1. / Maladies
  2. / Maladies hormonales

Glandes parathyroïdes : quand les os se fragilisent

Fatigue intense, fragilité osseuse et risque de fractures... Autant de symptômes qui mènent la vie dure aux personnes souffrant d'hyperparathyroïdie. Cette maladie peu connue touche une personne sur 800, le plus souvent des femmes de plus de 50 ans.

Rédigé le , mis à jour le

Glandes parathyroïdes : quand les os se fragilisent
Glandes parathyroïdes : quand les os se fragilisent
Sommaire

Qu'est-ce que l'hyperparathyroïdie ?

Marina Carrère d'Encausse et Régis Boxelé expliquent l'hyperparathyroïdie

L'hyperparathyroïdie correspond à un dysfonctionnement de glandes, dont la localisation est proche de la thyroïde : les parathyroïdes.

Les glandes parathyroïdes se situent à la base du cou. Elles sont au nombre de quatre mais il peut y en avoir six ou huit. Chacune mesure normalement quelques millimètres. Impossible donc de les palper comme on peut le faire pour la thyroïde.

Les parathyroïdes sécrètent une hormone appelée parathormone (PTH). Cette hormone multitâche gère et régule le taux de calcium et de phosphore dans les os et le sang. Elle agit aussi au niveau des reins et des intestins.  Quand le taux de calcium dans le sang est trop bas, la production de PTH augmente pour le relever. A l'inverse, s'il est trop élevé, la sécrétion de PHT diminue.

On parle d'hyperparathyroïdie quand l'une des glandes parathyroïdes sécrète trop de parathormone. Il peut s'agir d'une hyperparathyroïdie primaire, où le taux de calcium est augmentée en réactions ; il peut s'agir d'un adénome parathyroïdien, une tumeur bénigne de la glande. Le corps réagit alors en essayant d'éliminer ce calcium dans les urines. Face à l'excès de calcium, des calculs se forment dans la vessie ou dans les voies urinaires. Le calcium en excès attaque aussi les vaisseaux sanguins et le coeur. L'autre conséquence, c'est l'ostéoporose. La parathormone produite en excès provoque une perte de masse osseuse. L'os se fragilise avec à la clé un risque de fracture, notamment de l'avant-bras, du col du fémur ou des vertèbres.

L'hyperparathyroïdie peut être secondaire à un taux de calcium abaissé et liée par exemple, à une insuffisance rénale ou une carence en vitamine D. Les glandes parathyroïdes fonctionnent bien et ne présentent pas d'adénome.

 

Hyperparathyroïdie : poser le diagnostic

L'hyperparathyroïdie est une maladie qui a des conséquences sur l'ensemble du corps et qui le fragilise. Il faut du temps pour récupérer.

Seules des analyses sanguines peuvent révéler une hyperparathyroïdie car sa progression est silencieuse.

Hyperparathyroïdie : quand il faut opérer

Attention, images de chirurgie ! La parathyroïdectomie correspond à l'ablation chirurgicale d'une ou plusieurs glandes parathyroïdes

Le plus souvent, l'hyperparathyroïdie est due à une tumeur bénigne des parathyroïdes. Les cellules de la glande grossissent et se multiplient produisant ainsi plus d'hormone. Il n'existe pas de traitements médicamenteux qui puissent diminuer cet excès de production.

Chez 80% des patients, une seule glande sur les quatre est atteinte et présente une hypersécrétion de parathormone. Le seul recours reste la chirurgie, elle est de plus en plus souvent réalisée en ambulatoire. La parathyroïdectomie correspond à l'ablation chirurgicale d'une ou plusieurs glandes parathyroïdes.

Après l'intervention, le plus souvent, les patients n'ont pas de traitement à prendre. Ils sont suivis durant un an pour bien vérifier le retour à la normale du taux de calcium et surtout contrôler l'impact sur les reins, le coeur et les os.

On estime qu'une femme sur 250 est ou sera atteinte d'hyperparathyroïdie au cours de sa vie (l'affection est deux fois plus fréquente chez les femmes, notamment après la ménopause) et dans 30% des cas, la maladie peut réapparaître dans une autre glande parathyroïde. Pensez donc à faire régulièrement des bilans sanguins complets pour surveiller tout cela !