1. / Maladies
  2. / Drogues et addictions
  3. / Alcool, alcoolisme

Alcool : un quart des Français dépassent les consommations conseillées

Les jeunes ont davantage tendance à pratiquer le binge drinking, tandis que les plus âgés étalent leur consommation sur la semaine, selon Santé publique France.

Rédigé le

Alcool : un quart des Français dépassent les consommations conseillées
© Fotolia

Avez-vous bu plus de deux verres d’alcool en une journée au moins une fois au cours de la semaine précédente ? Si oui, vous êtes déjà au-dessus des limites conseillées. Vous n’êtes d’ailleurs pas le seul, puisque 23,6% des Français dépassent ce repère de consommation, selon le Baromètre 2017 de Santé publique France [1], publié le 26 mars. En détails, "19,2% déclarent avoir bu plus de deux verres d’alcool en une journée au moins une fois au cours de la semaine précédente, 9,7% déclarent avoir bu plus de 10 verres d’alcool au cours des sept derniers jours et 7,9% déclarent avoir consommé de l’alcool plus de cinq jours sur sept".

Les plus jeunes davantage sujets au binge drinking

Selon SPF, les hommes sont plus concernés que les femmes : 33,4% dépassent ce seuil, contre 14,3% des femmes. De même, les personnes aux revenus faibles à modérés ont tendance à boire davantage. Santé publique France note en effet qu’un tiers des Français dépassant le seuil de consommation conseillé ont un revenu mensuel net inférieur ou égal à 1.200 euros.

Par ailleurs, l’âge influence le mode de consommation. "Les plus jeunes sont plus nombreux à consommer plus de deux verres un jour de consommation, tandis que les plus âgés observaient moins fréquemment des jours d’abstinence dans la semaine", indique Santé publique France.

L'agence se dit toutefois consciente des limites de son baromètre, purement déclaratif. Elle craint notamment une minimisation de la consommation chez les répondants. "La comparaison des quantités d’alcool effectivement mises sur le marché aux quantités d’alcool que déclarent consommer les personnes interrogées dans les enquêtes suggère une forte sous-déclaration", développe l’agence. Celle-ci précise également que la nature même de l’exercice – faire état de sa consommation sur la semaine écoulée – peut engendrer une sous-estimation "très importante" des pratiques de binge drinking.

L'alcool reste la deuxième cause de mortalité évitable après le tabac, avec 7% du nombre total de décès de personnes âgées d'au moins 15 ans en 2015. En tête des maladies mortelles causées par l’alcool : le cancer, avec 16.000 décès directement imputable à la consommation d’alcool.


[1] Pour son Baromètre 2017, qui s’est déroulé du 5 janvier au 18 juillet 2017, 25.319 personnes de âgées de 18 à 75 ans ont été interrogées.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr