1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie
  3. / Troubles du langage

Aphasie : quand paroles et pensées ne sont plus en phase

Le langage permet de traduire la pensée en parole. Quand on souffre d'aphasie, on perd partiellement ou complètement cette capacité à communiquer. Quels sont les causes et les signes d'une aphasie ? Quels sont les traitements ?

Rédigé le , mis à jour le

Aphasie : quand paroles et pensées ne sont plus en phase
Aphasie : quand paroles et pensées ne sont plus en phase
Sommaire

Qu'est-ce que l'aphasie ?

Benoît Thevenet et Régis Boxelé expliquent l'aphasie

Près de 300.000 personnes souffrent d'aphasie en France. Impossibilité de prononcer certains mots, confusion, difficultés d'élocution... ce trouble du langage est assez fréquent. Bien souvent, il s'agit d'une séquelle d'accident vasculaire cérébral, de traumatisme crânien ou encore de tumeur cérébrale. L'aphasie correspond à la perte partielle ou totale du langage. La parole et la pensée ne sont alors plus synchronisées. Les personnes aphasiques doivent faire face à de nombreuses difficultés dans la vie de tous les jours et pour leurs proches.

L'aphasie résulte d'une lésion située dans les zones du langage. Chez la plupart des personnes, ces zones du langage sont situées dans l'hémisphère gauche, dans les aires de Broca et de Wernicke. L'aire de Broca est située au niveau du lobe frontal, tandis que l'aire de Wernicke est située à l'arrière du lobe temporal tout près du cortex auditif qui reçoit les sons.

La zone de Wernicke joue le rôle d'un récepteur qui participe à la compréhension des mots qu'il perçoit, alors que l'aire de Broca fonctionne comme un émetteur chargé de produire les mots, comme lorsque l'on doit répondre à une question. Notre langage articulé est conçu par la zone de Broca mais exécuté par une autre partie du cerveau, qui commande les mouvements de la langue et de la mâchoire.

Il existe différentes sortes d'aphasies en fonction du siège de la lésion. Quand elle survient au niveau de la zone de Broca, c'est-à-dire au niveau de l'émetteur, la personne a du mal à parler. Elle n'arrive pas à prononcer les phonèmes, ni à les assembler en mots. En revanche, elle comprend parfaitement le discours qu'elle entend.

Quand la zone de perception (Wernicke) est atteinte, la personne peut parfaitement parler, mais elle perd la capacité à trouver ses mots. Elle ne peut plus nommer les objets, ni retrouver le nom des personnes qu'elle connaît. Dans ce type d'aphasie, la personne a tendance à beaucoup parler mais ses phrases n'ont plus aucun sens.

Aphasie : une rééducation orthophonique

Des séances d'orthophonie pour mieux récupérer

Impossibilité de prononcer des mots, les déformer ou encore les confondre… Tels sont les symptômes de l'aphasie. Une séquelle fréquente des accidents vasculaires cérébraux mais aussi des traumatismes crâniens ou des tumeurs cérébrales. Pas moins de 300.000 personnes sont concernées en France.

L'aphasie est la perte partielle ou totale du langage. La parole et la pensée ne sont alors plus synchronisées. Dans la prise en charge de l'aphasie, la rééducation orthophonique est primordiale pour aider le patient à communiquer autrement en s'adaptant à son handicap. Lorsque la personne est encore fatiguée et fragile, dans l'impossibilité de se déplacer, l'orthophoniste peut proposer des séances de rééducation à domicile.

Après un AVC

Après un AVC, ce patient souffre d'aphasie.

La prise en charge de l'aphasie passe obligatoirement par de la rééducation avec un orthophoniste.

"Nous ne sommes pas dans un apprentissage ou un réapprentissage parce qu'il n'y a pas des mots que le patient a oubliés et d'autres qu'il n'a pas oubliés. Cela n'a rien à voir. C'est l'accès qui peut se faire ou non en fonction des circonstances", explique Marie Nogues-Lassiaille, orthophoniste.

La rééducation orthophonique a deux objectifs : restaurer les capacités à parler et comprendre. Mais si l'on ne peut pas tout récupérer, elle sert aussi à trouver des stratégies compensatrices.

Des ateliers "théâtre" à destination des personnes aphasiques

Il existe des ateliers de théâtre spécialement réservés aux personnes aphasiques. Un bon moyen de travailler sur la communication et de poursuivre le travail mis en oeuvre par les orthophonistes.

Le cours de théâtre commence toujours par un échauffement où une à une, toutes les parties du corps sont stimulées. Une étape importante pour les personnes aphasiques qui souffrent pour la plupart de troubles de la mobilité et d'un manque d'expressivité.

"Les ateliers théâtre sont bénéfiques pour les aphasiques parce qu'ils permettent un travail sur l'expression vocale et sur l'expression corporelle via des exercices de mimes, de textes, de voix", explique Manuel Lambinet, professeur de théâtre et membre de la Fédération nationale des aphasiques de France.

Les exercices de mimes se mêlent à des performances vocales. L'objectif est de travailler la communication sous toutes ses formes. À la fin de la séance, les plus aguerris s'attaquent à des textes plus compliqués. Un exercice difficile qui demande beaucoup de concentration et un effort de prononciation. L'objectif des participants étant d'être prêts pour un spectacle de fin d'année.

Le bilan orthophonique

Marc, qui souffre d'aphasie, fait des exercices pour évaluer sa capacité à communiquer

Tous les six mois, les orthophonistes font un bilan pour mesurer les améliorations du patient. Audition, lecture, écriture… La compréhension et la formulation du langage sont testées.

Des ateliers d'écriture pour la rééducation

Réapprendre à mettre les bons mots sur l'idée que l'on veut exprimer

L'aphasie est un trouble du langage qui se répercute aussi sur l’écriture. Des ateliers spécifiques sont donc proposés aux malades, ateliers qui permettent aussi de se retrouver et de lutter contre l’isolement.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus