Aphasie : quelle récupération ?

Avec deux séances d'orthophonie par semaine et deux ans après mon AVC, je cherche mes mots dans toutes les phrases. Faut-il poursuivre ? Pour récupérer au mieux d'une aphasie, quel spécialiste consulter ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses du Pr Serge Bakchine, neurologue :

"Il est difficile de répondre à cette question. Habituellement on estime que la récupération maximale (80% de la récupération) est faite dans la première année à condition d'avoir eu une rééducation intensive. Beaucoup de personnes n'ont pas de rééducation adaptée et précoce. Et quand on dit rééducation intensive, cela signifie au moins une fois par jour, si ce n'est pas deux fois par jour ce qui est loin d'être le cas partout. Ensuite, au bout de deux ans, on est sur une pente extrêmement lente de progression. On peut encore avoir des progrès et dans ce cas, cela dépend de l'analyse qu'en fait l'orthophoniste et éventuellement le neurologue qui suit le patient en terme d'évaluation.

"Il n'y a pas assez d'orthophonistes et notamment dans les structures hospitalières. Beaucoup d'orthophonistes à juste titre sont tellement mal payés à l'hôpital qu'il faut vraiment vouloir rester à l'hôpital. S'ils restent à l'hôpital, c'est un miracle. Ensuite, avoir des orthophonistes formés dans le domaine de l'aphasie est aussi une difficulté car beaucoup ont une formation très générale. Dans cette formation, il y a l'aphasie mais pas que ça. Or, rééduquer dans l'aphasie est difficile. Trouver une orthophoniste ou un orthophoniste spécialisé peut donc être difficile dans certaines régions.

"En cas d'aphasie, la première étape est souvent une étape faite en stade aigu. Quand un patient arrive dans une unité de neurovasculaire car il fait son accident vasculaire, ou dans une unité de traumatologie car il a fait un trauma crânien, la première phase est une phase d'évaluation. Cette évaluation en phase très aiguë, les premières semaines, peut être un peu trompeuse dans la mesure où environ 30% des patients aphasiques vont avoir une récupération quasi complète spontanément quand leur lésion n'est pas très sévère. Mais pour les 70% restants, il va falloir des évaluations qui vont préciser le besoin en orthophonie et surtout la stratégie à adopter. Il existe beaucoup de types d'aphasie différents et en fonction de ce qui ne fonctionne pas, et ce qui fonctionne encore (ce sont les deux éléments importants du bilan), il faut savoir ce qui ne marche plus et sur quoi on peut s'appuyer pour faire la rééducation. De ce bilan va dépendre la qualité de la rééducation ensuite. Il y a le neurologue pour la prescription de cette évaluation et des orthophonistes spécialisés pour la deuxième étape."