1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie
  3. / Mémoire, troubles de la mémoire

Mémoire : à entretenir sans attendre !

Le cerveau, plus on s'en sert et moins il s'use ! Pour éviter que l'âge s'accompagne d'un déclin de la mémoire, il faut donc la faire travailler... et il n'y a pas d'âge pour commencer à booster sa mémoire ! L'alimentation peut-elle, par exemple, favoriser la mémorisation ? Et comment bien entraîner sa mémoire ?

Rédigé le , mis à jour le

Mémoire : à entretenir sans attendre !
Mémoire : à entretenir sans attendre !
Sommaire

Qu'est-ce que la mémorisation ?

Marina Carrère d'Encausse et Antoine Piau expliquent la mémorisation

Un code de carte bleue, un numéro de téléphone, le prénom de vos neveux et nièces, la date d'anniversaire de votre père... La mémoire sert à conserver les informations dans notre cerveau. Des données que l'on stocke en mémoire soit pour quelques minutes, soit pour la vie entière. Mais parfois, la mémoire flanche et tout se complique. Poser plusieurs fois les mêmes questions, oublier des rendez-vous, ne plus se souvenir où se trouvent des clés... les trous de mémoire peuvent être très invalidants et nécessiter une prise en charge médicale.

La mémoire peut être comparée à une gigantesque médiathèque qui permet de stocker des informations à court et à long terme. La porte d'entrée de cette bibliothèque est souvent ce que captent nos différents sens. L'information arrive au cerveau par la vue ou par l'audition, elle passe dans le cortex préfrontal, lieu de la mémoire sensorielle. L'information n'est pas traitée, elle est seulement retenue moins d'une seconde.

Très vite, elle arrive dans la zone de la vision, le lobe postérieur (occipital) pour être analysée : "je sais ce que je vois". L'information est ensuite transmise à un autre réseau de neurones, qui va retenir cette information un peu plus longtemps (quelques secondes). C'est la mémoire à court terme, la mémoire de travail, capable de mémoriser jusqu'à sept informations à la fois.

Pour que l'information soit retenue plus longtemps, il faut qu'elle passe dans un circuit assez complexe, au cœur du cerveau où elle est encodée et cataloguée. Elle reçoit en quelque sorte une "étiquette" qui la date, une autre qui l'associe à des souvenirs et à des connaissances déjà acquises... Une fois que cela est fait, l'information est stockée dans l'hippocampe, lieu de la mémoire à long terme.

Si stocker une information est important, il faut aussi pouvoir la récupérer. Se rappeler d'un souvenir enfoui dans notre mémoire demande aussi un cheminement cérébral. Sa mise en route demande de l'entraînement. Au bout d'une heure, on oublie 50% des informations reçues, et 80% au bout d'un mois. D'où l'importance d'entraîner sa mémoire et de développer des stratégies de mémorisation.

Faire le point sur sa mémoire

Les exercices de mémoire permettent de déterminer quelles zones du cerveau sont en cause dans les troubles de la mémoire du patient

Lorsque dans le quotidien, la mémoire commence à faire défaut un peu trop souvent, peut-être est-il temps de prendre les devants en allant consulter son médecin. Votre généraliste peut vous orienter vers un neurologue pour établir un diagnostic.

Les consultations mémoire au sein des hôpitaux accueillent les patients et leurs proches à tous les stades des troubles mnésiques. Les causes sont multiples, il est donc important de faire un bilan. Chaque patient passe un examen complet associant des entretiens avec des neurologues, des tests cognitifs et de l'imagerie cérébrale.

La rééducation orthophonique des troubles de la mémoire

Comment se déroule une séance de rééducation orthophonique ?

Pour aider les personnes qui souffrent de troubles de la mémoire, des séances de rééducation orthophonique sont souvent prescrites. Elles peuvent être remboursées par la Sécurité sociale.

Une salle de sport pour les neurones

Lors de ces ateliers, les personnes âgées entraînent leur mémoire

Avec l'âge, les problèmes de mémoire inquiètent. Mais il est toujours possible de s'améliorer car la mémoire se travaille à tout âge.

À Paris, une association qui reçoit des personnes âgées en accueil de jour propose des ateliers mémoire. Un moment convivial qui met leur cerveau à rude épreuve !

Entraînement cérébral : tout un programme...

Jeux vidéo, livres, applications pour smartphone, sites Internet… De nombreux supports proposent des exercices pour stimuler son cerveau.

Depuis leur sortie en 2005, les programmes d'entraînements cérébraux en tous genres se sont vendus comme des petits pains, aussi bien sur console de jeux vidéo que sur ordinateur. Mais leurs promesses sont-elles crédibles ?

Pour exercer nos neurones, on trouve des jeux sous toutes les formes. Livres, applications pour smartphone, programmes d'entraînement sur Internet… des dizaines de produits multimédias promettent de doper notre matière grise.  

Certains adeptes de la gymnastique cérébrale se rendent d'ailleurs à l'espace seniors de leur ville pour se remuer les méninges. Dans ces espaces, on ne soigne pas les troubles de la mémoire, il s'agit plutôt de donner confiance en soi et de rassurer les personnes âgées sur leurs capacités comme l'explique Vincent Cocquerel, animateur multimédia à l'espace seniors d'Issy-les-Moulineaux : "L'objectif de l'atelier, c'est de s'entraîner comme pour un exercice physique mais ici on se concentre sur les fonctions cognitives. On sollicite tous les types de mémoire, la concentration donc la mémoire directe, le visuo-spatial, le langage et l'attention".

Mais s'il est démontré qu'à force d'entraînement, les joueurs s'améliorent dans leurs exercices, aucune étude ne démontre que ces programmes à eux seuls maintiennent de bonnes capacités cognitives.

Booster sa mémoire pour réussir ses études

Entraîner et développer sa mémoire, ça s'apprend ! Le champion de France de la mémoire 2015, Sébastien Martinez, organise des stages pour apprendre à booster sa mémoire.

Contrôler son stress, rester concentré, inventer des rimes et des histoires... Lors de ces stages, Sébastien Martinez donne aux étudiants des conseils et astuces pour développer leur mémoire.

Booster sa mémoire grâce aux plantes

Les vertus cachées du romarin

Et si les plantes pouvaient vous aider à surmonter vos trous de mémoire et mieux gérer votre stress ? Guarana, ginkgo biloba, bacopa, sauge, rhodiola rosea, ginseng, thé vert... Grâce à leurs principes actifs, ces plantes peuvent être de bonnes alliées.

On pense souvent au romarin pour parfumer des poissons ou des viandes, mais savez-vous que le romarin peut aussi favoriser l'apprentissage ?

Comme la menthe, le romarin fait partie de la famille des lamiaceae. Poussant dans la nature, il est facilement reconnaissable. Bien connu pour ses effets bénéfiques sur les troubles gastriques ou encore la prévention des maladies cardiovasculaires, le romarin cacherait selon certaines études d'autres atouts : il serait protecteur des cellules du cerveau, aurait un effet antioxydant, un effet stimulant des capacités cérébrales, des capacités de mémoire...

Pour profiter longtemps de ces vertus, il faut d'abord faire sécher les feuilles pendant quelques jours. Pour préparer une tisane de romarin, il suffit de placer deux petites poignées de feuilles dans une théière mais attention à la température de l'eau, 85 degrés maximum. Veillez à bien fermer la théière et laissez infuser pendant une dizaine de minutes avant de déguster.

Et si vous n'êtes pas très "branché" tisane, la macération alcoolique est faite pour vous. Pour la préparer, c'est encore plus simple. Il suffit de remplir un bocal de feuilles de romarin bien tassées et d'ajouter de l'alcool à 45 degrés. Laissez macérer le tout pendant une quinzaine de jours. Il suffit ensuite de diluer une cuillère à café deux fois par jour dans un verre d'eau pour profiter des bienfaits du romarin.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus