1. / Maladies
  2. / Allergies

Les masques peuvent-ils provoquer des allergies ?

Les personnes anti-masques accusent cette protection de provoquer de nombreux problèmes de santé, comme des lésions ou des allergies. La composition du masque est-elle réellement dangereuse ?

Rédigé le

Les masques peuvent-ils provoquer des allergies ?
Crédits Photo : © Shutterstock / Dmytro Zinkevych

Depuis les premiers arrêtés rendant le port du masque obligatoire, de nombreuses personnes se plaignent de lésions ou de réactions allergiques violentes. On peut trouver sur des groupes Facebook anti-masque ce genre d’images :

Selon cette femme, c'est une allergie au masque qui aurait provoqué des marques rouges sur son cou. Pourtant, de nombreux soignants portent des masques au quotidien depuis des années, sans connaître ce genre de problème. La matière du masque peut-elle réellement causer des allergies ?

A lire aussi : Covid : qui devra porter le masque à l’école ?

Des masques intégralement en plastique

D'après le Pr Jean-François Gérard, délégué scientifique aux projets scientifiques transverses à l’Institut de chimie du CNRS, les masques chirurgicaux neufs sont fabriqués à partir d'une forme particulière de plastique. 

« Les masques sont constitués de polypropylène, un des polymères les plus produits et les plus utilisés dans le monde », affirme-t-il. « On réduit le polymère à une fibre très fine, et on applique ensuite le même principe que pour le tissu non-tissé. Un fil se dépose sur une surface et finit par la recouvrir. Pour filtrer l'air, le secret c’est la taille du fil et l’espace entre les fils. »

Le spécialiste présume qu’il existe probablement des personnes sensibles aux frottements. « Mais le polypropylène n'est pas censé causer d’allergies chimiques », assure-t-il. « De plus, il n’y ni solvant, ni colle, ni additifs à l’intérieur des masques », complète-t-il. « En revanche, si le masque a traîné quelque part, on peut faire une réaction allergique à ce qui l'a sali. »

A lire aussi : Les visières et les masques à valves pas assez efficaces contre le covid

"Pas un problème de santé publique"

Malgré tout, le Dr Philippe Assouly, dermatologue, rapporte que certains de ses patients sont confrontés à de l’irritation là où le masque touche la peau. Ceux-ci affirment également souffrir d’acné, car le masque empêche la peau de respirer. Enfin, les allergies qu'ils mentionnent proviendraient des colorants de masques textiles.

«Théoriquement, tout peut être allergène, » selon la Dr Madeleine Epstein, allergologue. « Mais les allergies au masque à proprement parler, ce n’est pas une situation qu’on voit tous les jours. Je n’ai pas de patients atteints. » 

Au sujet des frottements, même réponse : « Cela a pu arriver, mais ça ne ressort vraiment pas. Je ne dis pas que ça n’existe pas, mais c’est très marginal et très anecdotique. Ce n'est pas un problème de santé publique. » En revanche, le masque peut amplifier une allergie préexistante, à un produit utilisé sur le visage par exemple.

A lire aussi : COVID-19 ou allergies ? On vous aide à distinguer les différents symptômes

Le casse-tête écologique 

Par ailleurs, l'impact écologique des masques constitue une question délicate. Puisqu’ils sont en plastique, ils posent les mêmes problématiques de biodégradation que tous les autres objets issus de la pétrochimie et peuvent mettre 450 ans à disparaître.

Néanmoins, il est possible de recycler les masques. Comme tous les plastiques, le polypropylène est un matériau très recyclable. Mais les masques déjà portés peuvent retenir des virus de personnes contaminées par le Covid. Leur collecte et leur tri sont donc difficiles. Le gouvernement recommande de les placer dans un sac poubelle fermé, dans la poubelle non-recyclable.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr