Covid-19 : Il est sauvé par une machine qui oxygène son sang

Les poumons de Gislain, très gravement atteints par le Covid-19, ne pouvaient plus oxygéner son sang. Il a eu la vie sauve grâce à une machine qui les a remplacés.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Dans le combat qui se joue contre le coronavirus en réanimation, des vies sont parfois sauvées in extremis grâce à des techniques créées pour la chirurgie cardiaque. Gislain, 45 ans, a pu sortir de l’hôpital après un mois de lutte contre le Covid-19.  “Je reviens de loin grâce à la compétence de toute l’équipe, à toute l’assistance dont j’ai bénéficié”, témoigne-t-il. 
Gislain a passé trois semaines en réanimation. Il a développé une des pires complications de la maladie. Au point que l’assistance respiratoire classique ne suffisait plus. Ses poumons étaient tellement atteints qu’ils ne faisaient passer l’oxygène dans l’organisme. C’est grâce à une machine que Gislain est toujours viviant.  

Six litres de sang oxygéné par minute

Cette machine permet d’oxygéner le sang à l’extérieur du corps. "On a une canule qui prend tout le sang qui vient du coeur. Le sang est noir car il n’y a plus du tout d’oxygène. Il passe ensuite dans cette machine qui l'oxygène, avant d’être réinjecté dans le patient”, explique le Dr Emmanuel Lansac, chirurgien cardiaque à l’Institut Mutualiste Montsouris.  
L'appareil est capable d’injecter six litres de sang par minute mais nécessite une surveillance continue par une équipe de réanimation très spécialisée. Pendant deux semaines, il a respiré à la place de Gislain, le temps que ses poumons récupèrent. 

"Une joie immense"

“Je ressens une joie immense, une joie indescriptible”, explique Gislain à la sortie de l'hôpital. Après ces moments passés entre la vie et la mort, il se remet avec une rapidité exceptionnelle. Mais il faudra encore de longues semaines avant qu'il ne récupère entièrement de l’épreuve qu’il a traversée.

Les équipes puisent dans cette victoire l’énergie nécessaire pour retourner auprès des patients qui luttent encore contre le Covid-19.