Image d'illustration. Représentation 3D de lymphoyctes B.
Image d'illustration. Représentation 3D de lymphoyctes B. Crédits Photo : © Shutterstock / Design_Cells

Après une infection au covid, l'immunité est logée dans la moelle osseuse

Des lymphocytes B logés dans la moelle osseuse assurent une immunité durable contre le covid, selon une nouvelle étude. Produits après une infection naturelle, leur efficacité est considérablement renforcée par la vaccination.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Pour combattre un virus, il n’y a pas que les anticorps. Le système immunitaire est en réalité bien plus varié et une grande partie de l’immunité dite longue durée repose sur une catégorie particulière de globules blancs : les lymphocytes B mémoire.

Concrètement, quand le corps rencontre un virus, comme celui du SARS-CoV-2, il fabrique des lymphocytes B, qui produisent eux-mêmes des anticorps capables de reconnaître spécifiquement le virus et de le bloquer. Quand l’infection est passée, un petit nombre de ces lymphocytes B s’installe en théorie dans la moelle osseuse. Ils sont alors prêts à produire à tout moment des anticorps en cas de nouvelle infection. Et ce pendant plusieurs années, voire plusieurs décennies. Mais est-ce bien le cas après un covid ?

Moins d’anticorps dans le sang

Des chercheurs de l’université de Washington (États-Unis) ont creusé cette question dans un article publié le 24 mai dans la revue Nature. Ils ont pour cela recruté 77 personnes infectées il y a un an : six avaient été hospitalisées et les 71 autres avaient eu une forme modérée du covid.

Un mois après leur infection, puis tous les trois mois, les chercheurs ont analysé le sang de ces volontaires.

Résultat, dès quatre mois après l’infection, les taux d’anticorps dans le sang ont chuté rapidement. Et c’est bien normal : le sang ne garde pas constamment tous les anticorps que le système immunitaire a fabriqué.

Mais des lymphocytes B dans la moelle

Les chercheurs ont ensuite voulu savoir si, en parallèle de la chute des anticorps, des lymphocytes B mémoire se logeaient bien dans la moelle osseuse. Ils ont alors recueilli les échantillons de moelle osseuse de 19 participants, sept mois après l’infection.

Première observation : quatre personnes sur 19 ne présentaient pas de lymphocytes B. Cela signifie qu’une infection au coronavirus n’occasionne pas forcément de réponse immunitaire suffisamment forte.

Mais les 15 autres présentaient bien des lymphocytes B. Et quatre mois plus tard, cinq d’entre eux se sont soumis une nouvelle fois au prélèvement et présentaient des niveaux toujours stables de lymphocytes B. "Ces cellules sont dormantes, restent dans la moelle osseuse et sécrètent des anticorps. Elles le font depuis que l'infection a disparu, et elles continueront à le faire indéfiniment" explique le professeur Ali Ellebedy, co-auteur de l’étude, dans un communiqué de l’université de Washington.

Faire durer l'immunité grâce au vaccin

Et pendant les mois et les années qui suivent l’infection, ces lymphocytes B vont se renforcer et maturer. C’est ici que la vaccination entre en piste. Selon une deuxième étude publiée sur le site BioRxiv,qui n’a pas encore été publiée dans une revue scientifique, l’efficacité des lymphocytes B est renforcée par le vaccin anti covid chez les personnes guéries du covid.

Les auteurs de l’étude parlent même d’ "expansion spectaculaire" des lymphocytes B mémoire "après la vaccination". A tel point que ces lymphocytes et les anticorps qu’ils fabriquent seraient aussi efficaces contre les nouveaux variants du coronavirus.

Immunité naturelle ou vaccinale ?

En somme, pour ces chercheurs de l’université Rockefeller de New-York, la majorité des personnes guéries qui reçoivent une dose de vaccin auront une protection immunitaire optimale.

Cette immunité serait même meilleure que celle des personnes jamais infectées mais vaccinées avec deux doses, qui auront probablement besoin de rappels de vaccins. Car la mémoire immunitaire pourrait s’organiser différemment face à une infection naturelle ou face à un vaccin.