Ligature des trompes : les coulisses de cette contraception définitive

Parmi les moyens de contraception, il y a la stérilisation contraceptive qui peut être masculine ou féminine. Chez la femme, il s’agit d’une ligature des trompes. Anna a choisi d’y avoir recours après plusieurs grossesses.

Marie Guyot
Rédigé le
Ligature des trompes : une contraception définitive  —  Le Magazine de la Santé

Aujourd’hui, Anna, 42 ans, va être opérée pour une ligature des trompes. C'est une intervention mûrement réfléchie. 

"J’ai 5 enfants qui ont entre 16 ans et 4 mois. Pendant toutes ces années, j’ai pris la pilule mais à chaque fois je suis tombée enceinte. Mon premier je le voulais, ma 2e aussi. Jusqu’au 3e ça allait encore, mais les 4e et 5e, ils sont venus avec la pilule", explique Anna.

Respecter un délai de réflexion de 4 mois

Pourtant il y a 5 ans, Anna avait déjà évoqué avec les médecins l’idée d’une contraception définitive. Elle avait alors 37 ans.  

"Peut-être qu’ils ont trouvé que j’étais un peu trop jeune... Je pense qu’ils n'ont pas bien pris en compte ma demande", regrette Anna.

Après la naissance de son dernier enfant, il y a 4 mois, elle a fait une demande officielle de stérilisation à visée contraceptive.  

"La patiente est vue en consultation, nous lui transmettons un petit livret d’information qui permet d’expliquer les modalités de cette stérilisation tubaire. Après le délai de réflexion de 4 mois, on signe un consentement aussi bien la patiente que le médecin et on peut programmer l’intervention", explique la Dr Estelle Wafo, gynécologue obstétricienne au Grand Hôpital de l’Est francilien (Marne-la-Vallée).

Par cœlioscopie, en ambulatoire et sous anesthésie générale

Depuis la loi du 4 juillet 2001, la contraception définitive est autorisée pour toute personne majeure, quelle que soit sa motivation.  

"Dans une grande majorité des cas, nous avons des patientes qui ont déjà eu des grossesses mais il peut s’agir aussi de patientes qui expriment le souhait de ne jamais avoir de grossesses et qu’il faut entendre", commente la Dr Estelle Wafo.

Cette intervention consiste en une ligature des trompes. Elle se déroule en ambulatoire, sous coelioscopie et sous anesthésie générale.  

"J’introduis la pince dans le trocart et je positionne le clip sur la trompe, je vérifie que j’ai toute la portion de la trompe, je serre et le clip est positionné. Ca va permettre d’interrompre la communication entre l’ovaire et l’utérus, comme ça il ne pourra pas y avoir de passage de l’ovocyte pour la fécondation", explique la gynécologue.

Une solution contraceptive définitive et irréversible

La gynécologue positionne un second clip sur la deuxième trompe.  

"Les deux clips sont sur chacune des trompes. C’est du matériel qui reste à vie, pour lequel la patiente n’a aucune intolérance, aucune allergie", confie la Dr Estelle Wafo.

Cette chirurgie est irréversible. Elle n’aura toutefois aucun impact sur la sexualité d’Anna ni sur ses règles. D'après les derniers chiffres connus, 4,5% des françaises ayant recours à une contraception choisissent la ligature des trompes.  

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !