Je postillonne beaucoup : que faire ?

Il existe sûrement des questions que vous n'avez jamais osé poser, par pudeur, crainte, voire même honte... Notre journaliste, Mélanie Morin, les a posées à votre place à un spécialiste ! Aujourd'hui, il est question du complexe des postillons.

Mélanie Morin
Rédigé le , mis à jour le
Je postillonne beaucoup : que faire ?
Je postillonne beaucoup : que faire ?  —  Le Magazine de la Santé

Le fait de postillonner est socialement gênant et peut être perçu comme quelque chose d’intrusif car ces postillons sont des gouttelettes de salive, des petits missiles qui jaillissent de la bouche notamment quand vous parlez. 

L’air expiré en même temps, va les projeter. Si vous constatez que votre interlocuteur s’essuie le visage plus ou moins discrètement, c’est que vous l’avez malencontreusement visé... Maintenant que vous portez moins le masque, vous êtes davantage confrontés à ces gouttelettes, potentielles vectrices de covid et autres virus !

C'est très désagréable de recevoir un postillon. Vous pouvez craindre la contamination ou simplement vous avez l’impression que quelqu'un pénètre votre espace vital. Un postillon bien lancé peut en effet avoir une portée de deux mètres ! C’est pour cela qu'il vous a été appris ces dernières années à respecter la distanciation sociale.

Pourquoi postillonne t-on ?

Certains facteurs favorisent le postillon. En effet et le stress en fait partie ! Forcément, si vous êtes amené à beaucoup parler, à argumenter, vous êtes tendu. Les orthophonistes expliquent que quand vous êtes stressé, vous avez tendance à parler plus vite, à moins déglutir. Du coup la salive s’accumule et elle est davantage projetée dans la précipitation.

Il y a deux autres cas très particuliers qui prédisposent aux postillons. Certains adultes ont conservé le même réflexe de déglutition que les nouveaux-nés, ils déglutissent en positionnant leur langue entre les dents, ce qui est propre au réflexe de tétée.

Quand cette position de la langue s'installe juste derrière les dents, elle devient habituelle, en dehors de la déglutition, cela a tendance à faire postillonner. Dans la famille des postillonneurs, il est également possible de citer les personnes dotées de dents de devant écartées, dites du bonheur, comme la célèbre actrice Béatrice Dalle.

Les dents écartées
laissent passer les gouttelettes de salive propulsées par la langue. Dans ce cas, si c’est un complexe, un traitement d’orthodontie peut être préconisé.

L'orthophonie au secours des postillonneurs

S’il ressort que les postillons sont liés au stress, au débit de parole ou à la façon de parler, il serait pertinent de consulter un orthophoniste pour passer un bilan. Le professionnel va notamment observer si la langue du patient appuie trop vers l’avant de la bouche quand il parle car cela fait stagner la salive derrière les lèvres et favorise les postillons.

Les orthophonistes amènent donc le patient à prendre conscience du placement de sa langue, ils lui apprennent à la muscler. La langue est un organe qui comporte 17 muscles et il est possible d'apprendre à bien la mobiliser...c’est ensuite plus facile de bien la replacer vers l’arrière du palais pour moins postillonner.

En moyenne, il faut compter 7 séances d’orthophonie pour acquérir toutes les techniques qui vous aideront à ne plus éclabousser vos interlocuteurs ! 

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !