1. / Forums et Ch@ts
  2. / Forums
  3. / Pervers narcissiques
Me connecter pour participer au forum
Auteur Victime d'une perverse narcissique, mon histoire.......
Eprouvé
Le 04/10/2013 22:04:48
Bonsoir à tous, Parce que j’ai eu besoin de lire et de m’imbiber de vos témoignages pour tenter d’admettre l’inconcevable pour moi. Oui, j’ai le sentiment aujourd’hui que j’ai subi les agissements d’une perverses narcissique. En me réfugiant dans vos histoires à m’en saouler, petit à petit je me soigne… Alors si je peux vous aider un peu à mon tour, je vous confie la mienne….. Il y a deux ans, je traversais une période très difficile. Au détour du net, je croisais une femme avec qui j’ai échangé des mots…. Nous nous parlions, nous nous écoutions, quel bonheur de retrouver du partage….. Nos langages étaient si proches…. Elle mariée, moi en instance de séparation, après pratiquement deux mois de correspondance assidue, nous ne faisions qu’un….. Autour de nos échanges épistolaires, quelques conversations téléphoniques nous avaient fait prendre vie l’un pour l’autre. (Elle m’appelait de temps à autre, elle conservait secret son numéro de téléphone, elle ne m’avait rien promis et souhaitait garder son anonymat) C’était bon, je reprenais mon souffle et mon naturel gai et aimant renaissait…. Mais un jour (au bout de ces presque deux mois), je n’ai plus eu de réponses à mes messages….. Très inquiet, j’avais pris soin de façon incognito à m’assurer que rien de grave ne lui était arrivé, (je connaissais son lieu de travail et nous avions échangé des photos), en la voyant discrètement, je comprenais qu’elle n’avait pas dû avoir de souci majeur. Me disant que le virtuel devait avoir une composante trop éphémère pour moi, avec grande difficulté et tristesse, je rangeais tout cela dans le tiroir à souvenir…. Quatre mois s’étaient passés après, quand un matin, sur mon lieu de travail, on m’annonçait qu’une femme qui ne souhaitait pas se présenter cherchait à me joindre au téléphone…. En insistant, elle réussissait à me contacter, M…. revenait….. Aussitôt, je retrouvais la douceur passée, elle était restée en moi incrustée….. Malgré le plaisir revenu, je demandais quelques comptes, tant j’étais resté stupéfait de sa brutale disparition …. Même si mon naturel est bon, je ne suis pas à traiter comme une girouette… Son mari avait surpris notre correspondance et lui avait posé un ultimatum sérieux, affolée, elle n’avait pas eu le courage de m’expliquer…… Mais nos échanges, nos points communs, l’avaient marquée et les jours passés ne lui avaient pas permis de m’oublier…. Elle avait besoin de me retrouver…. Portés par nos irrépressibles désirs, nous nous sommes rencontrés… Une alchimie opérait, nous étions l’un pour l’autre…., Portés par ces merveilleux auspices, nous sommes devenus amants. Mais seulement quelques jours après le début de notre liaison, le mari nous découvrait…. En analysant bien les éléments qui l’avaient conduit vers notre idylle, je comprenais vite, que le téléphone de M…… était sous bonne surveillance. Elle semblait de ne pas vouloir y croire !!!!! Après quelques provocations d’un mari outragé, je m’engageais à assumer notre liaison et à m’occuper de M…… Mais, ni le mari ni M……, n’étaient finalement prêts à mettre fin à leur union. M…….. décidait à contre-coeur que nous devions mettre un terme à notre histoire, elle ne pouvait abandonner un mari qui l’aimait et tant d’élément d’une partie de sa vie. Malgré tout l’amour que nous nous étions donné, je devais me résigner….. Mais j’étais investi par elle, nous nous entendions si bien, que 3 mois après, j’essayais de la retrouver…. C’est assez rapidement que nous avons repris une relation, pour ne prendre aucun risque disait elle, elle souhaitait la diriger complètement. Je ne devais pas me manifester sans signal de sa part….. N’étant pas d’un naturel à me soumettre, là, j’encaissais. Malgré tous les silences j’attendais, avec chaque jour l’espoir de ses nouvelles…. Même si je comprenais, je m’interrogeais sur ses façons. Mais, ce qui m’était donné me semblait si beau, si grand, si prometteur que j’endurais…… Cette période a duré 4 mois… Durant cette période, je découvrais mieux M……. Derrière un naturel très égocentré et un besoin permanent de séduire, je décelais de petites incohérences de discours et de comportement. M…… de temps à autre se plaisait aussi à me conter la convoitise de prétendants… N’étant pas jaloux de nature et les témoignages d’attachement que me montrait M….. étaient si fort que je ne voulais pas m’arrêter à cela…. Et puis elle me rassurait, M….. disait qu’elle espérait pour nous beaucoup, tant enfin, elle avait trouvé l’homme qui lui correspondait pleinement. Mais il me fallait bien comprendre, qu’elle ne pouvait rien me promettre….. Que c’était bon quand nous nous retrouvions, mais que de souffrance quand elle laissait sa place au vide et au silence…. Mes nuits commençaient à s’agiter et parfois devenaient plus difficiles… Des questions m’envahissaient….. Si fort, que je me suis mis à chercher des réponses et je découvrais la perversion narcissique en allant fouiller le net….. Ce n’était pas possible que M….. soit de celles-là…. Sa douceur, ses gestes si tendres, non, elle ne pouvait en être….. C’est dans un mode déstabilisant que j’étais rentré et je ne voulais surtout pas le considérer de façon pragmatique !!!!! Au bout de ces quatre mois, M….. me dit un jour au téléphone, qu’elle souhaitait que nous mettions de nouveau, un terme à notre histoire, dans le but de redonner une vraie chance à son mariage. Je tombais des nues. Tout ce que nous nous étions dit auparavant ne laissait présager en rien de tout cela…. Je ressentais un mélange de tristesse et d’aigreur, elle ne semblait pas comprendre ma douleur, elle occultait tout !!! Nous devions nous voir pour parler de la situation. Je me sentais comme un pantin et j’ai eu le sentiment que M….. devaient peut-être s’intéresser à l’un de ces admirateurs…. Extrêmement sceptique et décontenancé, je décidais de ne pas la rejoindre à notre rendez-vous et je ne l’informais pas…… Ce n’est pas l’inquiétude de ne pas me voir arriver qui la poussait à me téléphoner, mais une grande colère, très froide…… J’essayais alors de lui expliquer mon incompréhension, ma souffrance, mais elle n’entendait rien…. Je venais de lui faire un affront, je ne la respectais pas, je n’étais pas digne…. La discussion s’étant bloquée, sans fermer de porte je prenais congé, avec la maigre consolation de l’avoir bousculée sur son règne et en mettant un peu de discrédit sur ses si grands pouvoirs…. Notre relation s’arrêtait là, pendant 5 mois. Une brève entrevue cependant, dans l’intermède de ces 5 mois nous a ramené l’un à l’autre afin que nous puissions récupérer certains objets… M…… était là très douce, gentiment elle me reprochait mon petit coup bas… Et très clairement après, elle me faisait comprendre que ma place était à ses côtés, que nous étions l’un pour l’autre… Je lui trouvais un culot démesuré, nous en avons ri et nous en sommes restés là. Sachant que M…. devait passer un examen, au bout de ces 5 mois, je lui envoyais un petit message de sympathie, mais je le rédigeais de façon à ne pas induire de réponse. J’en étais arrivé à ne plus rien attendre, même si je pensais encore parfois à elle…. J’étais convaincu que c’était bien mieux ainsi….. Je n’attendais rien, mais M….. me répondait aussitôt. Nous nous sommes rappelés, elle souhaitait que nous nous revoyions. Elle avait quitté son mari, notre histoire lui avait fait comprendre qu’ils n’avaient plus rien à partager. Sceptique mais très désireux de la retrouver sous ce nouveau jour, j’acceptais…. Effectivement, M….. avait quitté son foyer pour un petit appartement. Dès nos retrouvailles, elle opérait de ses charmes… Je me laissais alors emporter avec des espoirs neufs. De ma tête, je balayais le passé en me convaincant que sa situation ambigüe devait s’être rangée, compte tenu de sa décision de partir pour une vie nouvelle…. Le sentiment que nous étions faits l’un pour l’autre était plus fort que jamais. Très vite j’ai eu la clef de son appartement, j’ai été présenté à une partie de la famille, à son enfant…. Quant à moi, j’étais toujours en cours de séparation, j’accélérais le processus porté par cet élan nouveau. M….. suivait de près toutes mes démarches et ne me lâchait plus d’une semelle, elle m’aimait tellement…… Cependant, je me questionnais au sujet de sa séparation. Je comprenais alors, que s’il y avait bien une séparation physique, mais il n’y avait pas de divorce envisagé ni de partage des biens communs….. Elle m’expliquait les heurts qu’elle avait encore avec son époux, pour autant elle laissait ce dernier s’introduire dans ces messageries téléphoniques et internet…. A chaque fois que je lui demandais de régler ce problème, elle éludait ma demande…. Elle me précisait que cela n’avait aucune importance, qu’il fallait laisser faire les choses et que le détachement se ferait avec le temps…. Je me retrouvais donc au milieu d’une relation que je ressentais malsaine et un malaise que je ne saurais décrire commençait à s’installer en moi. Avec cela, petit à petit m’étaient portées certaines piques, toutes sur le ton de la plaisanterie… Des petites attitudes aux accents despotiques voyaient le jour…. Un intérêt légèrement moins marqué pour ma personne, commençait à se révéler…. Certes, cela pouvait sembler imperceptible et si je n’avais pas remis à ma mémoire les comportements antérieurs, je n’aurais pas été alarmé…. Au bout de trois mois de ce qui semblait être une lune de miel, je commençais à me poser de sérieuses questions…. A tel point qu’une fois je me laissais aller à la piéger…. Je comprenais ainsi, que la relation avec son mari n’était vraiment pas clôturée….. Il aurait du découler de cela une discussion, elle n’a pas eu lieu, j’ai été licencié sur le champ, sous prétexte de trahison et de ne pas lui avoir fait confiance ! Moi qui était si droit à ses yeux, elle ne me reconnaissait plus ! Le désespoir de ne pouvoir discuter m’a poussé à lui dire avec véhémence certaines choses quant à son orgueil et son mépris. De cela elle a fait son cheval de bataille pour me noircir et me faire porter la volonté de la séparation !!!!. Conscient que nous ne pourrions discuter normalement, après quelques coups de téléphones vides échangés, je suis passé au silence…… Voilà quelques semaines que je n’ai plus de nouvelles. C’est très difficile pour moi. J’ai encore du mal à accepter que M…. ait pu se confondre dans le rôle d’un amour inconditionnel et passer sans transition à un état de détachement intégral !!!! Aujourd’hui je me convaincs que je suis bien face à une PM, mais je reste déstabilisé !!!! Je souhaiterais qu’il en soit autrement… Je voudrais comprendre, même si le sujet est pourtant clair. Aussi, j’ai écrit une lettre à M….. il y a quelques jours, mais j’ai hésité à lui adresser. Cette lettre je ne l’ai pas envoyée, je sens qu’elle serait restée vaine et sans réponse. Je vais la livrer ici dans un second post, elle sera pour tous ceux qui s’y retrouveront. Et si d’aventure, un ou une PM la lisait, j’accepterais qu’il me dise sans concession, ce que peut lui procurer un tel courrier….. Plaisir, jubilation, haine, jouissance, dédain…… ??????? Maintenant, je dois laisser le temps panser mes plaies, je sais que je ne serais plus jamais tout à fait comme avant….. Merci à tous pour votre soutient. Eprouvé.
nanie21
Le 05/10/2013 11:52:54
tu t'es bruler les ailes du a un amour interdit oui interdit elle est marié et c'est une femme qui avait peut être besoin de savoir si elle pouvait encore plaire!mais ces femmes sont dangereuses elles ne savent pas les dégâts qu'elles provoquent et vous les hommes rêveurs et romantiques vous êtes des proies faciles pour ces femmes perverses.la prochaine fois fais attention!!!sinon tu ne te relèveras plus se sera difficile courage.
Eprouvé
Le 06/10/2013 13:29:08
Bonjour Nanie, bonjour à tous, Je souhaite porter quelques éléments de réponses suite à la réaction de Nanie. Les hommes rêveurs et sensibles sont des proies faciles à priori pour les perverses... En ce qui me concerne, ces traits de personnalité ne sont pas les seuls, certes je peux être perçu comme un romantique, mais je ne suis que cela. De part mon activité professionnelle, j'ai appris et j'apprends toujours sur la nature humaine dans son plus large éventail.... Ainsi expérimenté, je peux dire aujourd'hui que généralement, je détecte bien les personnalité et les intentions générales des êtres que je suis amené à côtoyer.... Dans mon histoire avec M....., je me suis laissé berner!!!! Pourtant un élément important aurait du maintenir ma vigilance en éveil au début, je sentais que tout cela était trop beau pour être vrai!!!!!!!! Mais je n'ai pas voulu regarder vers ce signal, tant je me plaisais à baigner dans cette atmosphère d'amour immense.... En fait cela me faisait du bien, j'y ai pris goût et c'est devenu un besoin.... Au fil du temps, d'autres éléments auraient dû m'alerter, notamment un manque de sensibilité et d'affect évident au regard d'évènements qui se produisaient en dehors de notre scène immédiate (par exemple, des informations dur des catastrophes ou faits divers....). Est cette accoutumance à cet ersatz d'amour qui inhibe tout esprit critique? Devenons nous drogué de ce philtre qui nous est inoculé? Je dois confier ici que M.... me disait souvent, "Je pourrais devenir ta drogue...". Aujourd'hui ma dignité, mon amour propre, m'ont poussé à m'éloigner de tout cela, qui n'est tellement pas moi!!!! Mon besoin d'authenticité est resté intact et pourtant M.... me manque! Quel paradoxe!! Je lutte pour me détacher de cette histoire, je sais que c'est nécessaire, que c'est vital, mais quelque chose en moi semble presque laisser une porte ouverte.... Il me semble toutefois que je ne retomberais pas dans ces griffes. Je ne sais vraiment que penser de cette force diabolique qui sait retourner même les plus vives déterminations??? Si certains ou certaines voulaient échanger sur tout cela, ce serait avec grand plaisir. Bon dimanche à tous.
verone62
Le 06/10/2013 18:27:55
M.... est bien une perverse narcissique qui veut tester son pouvoir. Ce genre de personne n'éprouve pas de sentiment. Ce sont des êtres froids, manipulateurs et égocentriques. Cette séparation est la meilleure chose qui puisse vous arriver. Ces personnes sont juste capables de faire du mal. Le pire, c'est la fascination qu'elles exercent sur autrui. Dans leur perversion, elles peuvent entraîner d'autres personnes qu'elles rendent complices de leurs actes (je pense en particulier aux pervers qui occupent des places à responsabilité en entreprise et utilisent le harcèlement moral sur certains de leurs subordonnés (en particulier, ceux qui résistent et qu'il faut faire plier). Le meilleur conseil que je puisse vous donner, c'est d'essayer d'oublier cette personne en vous changeant les idées et en vous convaincant qu'elle ne vous aurait rien apporté de bon. Elle aurait de plus en plus pris le contrôle, aurait multiplié les vexations, humiliations, joué le chaud et le froid pour vous déstabiliser de plus en plus jusqu'à vous détruire. Dites-vous bien que désormais, vous êtes à l'abri de sa malveillance et songez à vous reconstruire. Il faut prendre conscience que face à certaines personnes, il vaut mieux fuir et se protéger. Ce n'est en aucun cas une forme de lâcheté mais l'instinct de conservation et de survie. Bon courage à vous et bon rétablissement ! L'amour est une belle chose mais seulement avec une belle personne (je veux dire belle intérieurement, pas forcément physiquement).
Eprouvé
Le 06/10/2013 19:15:16
Bonsoir Verone, Merci pour votre chaleureux message, vous avez raison et j ai pleinement conscience de tout le nocif que vous évoquez. Naturellement, je ne manque pas de confiance en moi, aujourd'hui non plus d'ailleurs. Ce qui me perd, c'est le sentiment d'attachement que j'éprouve encore. L'analyse est pourtant claire, je n'ai rien à partager de vrai avec cette personne! Comment se fait il que j'ai pus subir un tel conditionnement? C'est dans ce sens que je cherche des réponses! Peut-être devrais-je explorer ce qu'est mon réel besoin d'affection... Je ne suis pas encore bien stable, mais je vais chercher à me reconsolider et surtout à ne pas me laisser entrainer! Avant de clôturer mon message, je souhaite unir ma pensé à la votre, l'amour n'a de sens que s'il est partagé avec une belle personne..... Bonne soirée et merci encore
verone62
Le 07/10/2013 10:20:28
Moi aussi, j'ai été éprouvée plusieurs fois en amour mais j'ai compris pourquoi. J'ai souffert d'un manque affectif pendant mon enfance (avec mon père qui était dur et violent mais lui-même avait été un enfant battu par sa mère, bref un passé très lourd à porter). Il faut du temps pour se remettre de toutes ces épreuves mais croyez-moi, on a beaucoup plus de force en nous qu'on ne peut l'imaginer. J'ai aussi été victime d'une perverse narcissique dans le travail qui a tout fait pour me nuire quand je me suis installée à mon compte comme traductrice (je précise que j'avais fait ma formation en alternance dans l'entreprise où elle travaillait). Une fois, ma mère m'a demandé pourquoi cette femme me détestait à ce point et s'acharnait autant sur moi. Je lui ai répondu : "mais elle ne me déteste pas en particulier ; elle a simplement profité d'une situation particulière et du pouvoir que lui offrait sa récente promotion pour tester ce pouvoir et il se trouve que j'étais la victime toute désignée." C'est pourquoi je vous ai dit que ces personnes n'agissaient pas par rapport à des sentiments qu'elles éprouveraient (elles sont froides et incapables d'aimer). Elles sont simplement avides de pouvoir et éprouvent une jouissance perverse à en abuser.
josselin
Le 07/10/2013 12:19:39
Bonjour a tous. Je suis en même temps choquée et rassurée de voir tous ces temoignages. Pendant longtemps j'ai cru que ce phenomene venait de moi, et quil ne resultait donc pas dune pathologie presente chez l'autre. J'ai 30 et il y a 8 ans j'ai rencontré un homme charmant, prevenant, plein d'humour. Il avait 32 ans et moi 22. Il m'a raconté plusieurs histoires de femmes "hysteriques" qui l'avaient fait souffrir et comme il etait blessé. Cela m'a bien sur profondement touchée. Je ne comprenais pas comment une femme pouvait etre aussi vil et mechante. tout est allé tres vite et nous avons rapidement emmenagé ensemble. Il a tres vite parlé d'enfants, il avait un fort desir d'enfant. Il ma tout de suite presenté a sa famille, a qq amis. Et puis 6 mois apres notre rencontre, 2 mois apres notre emmenagement j'ai arreté la pillule a sa demande, et je suis tombée tres vite enceinte. Et la, j'ai rencontré un homme tout a fait different. Tout ce que je faisais n'etait pas assez bien (travail, cuisine, menage), comme je grossisais il ne voulais plus me toucher, en tous cas pas comme avant. Il sortait de plus en plus, je ne le voyais quasiment plus et quand je le voyais il etait desagreable disant que jetais chiante, la plus chiante des femmes enceintes, que je m'enlaidissais et qu'il fallait que je me reprenne si je ne voulais pas me retrouver seule. Aucun autre homme ne voudrait de moi. J'etais pourtant deja a l'epoque, une personne tres sociable, j'avais bcp d'amis, je travaillais comme attachée de presse dans la mode, et j'avais bcp de pretendant. Mais je comprenais ce quil me disait, c'est vrai je ne me sentais pas a la hauteur jetais tres souvent fatiguée, j'enchainais le travail, le menage et la cuisine, non stop. Je ne voyais plus mes amis, il essayait de les eloigner au maximum. Et ne donnant plus de nouvelles a ces amis, ils ont commencés a s'eloigner de moi. Une seule est restée Marlene. Je vous raconte tout ça, mais bien sur c'etait dans le cadre de la maison ce genre de comportement. Quand il me sortait, il ventait mon travail, ma beauté, mon humour, et tout le monde trouvait que nous etions le couple ideal. Il m'etait impossible de leur dire. Seul marlene avait qq details en plus, mais je ne lui racontais pas tout. Je ne lui racontais pas, ses pratiques sexuelles, comme je devais m'habiller pour qu'il daigne me regarder, et pendant l'acte la violence, et les insultes "jetais sa pute". J'ai du etre allité a J'avais trouvé un appart vraiment cool dans le sud de paris. cela faisait a peine 3 mois que nous etions ensemble. Ils para
Eprouvé
Le 07/10/2013 21:05:46
Bonsoir à tous, ce message s'adresse tout plus particulièrement à Verone62. D'abord merci pour votre implication. Il y une question que j'ai gardé au fond de moi par rapport à la fille de M..... C'est une ado, nous nous entendions bien et malgré le peu de temps que nous avons partagé une petite complicité s'était établie... Je ne lui ai pas dit au revoir comme je l'aurais souhaité, pas assez de choses, juste deux ou trois mots... A vous Verone qui avez évoqué une enfance douloureuse, je souhaiterais vous demander conseil. Pour garder un peu d'anonymat par rapport à cette enfant, je n'ose pas étendre ce que j'ai à dire ici directement. Accepteriez vous que nous puissions en discuter en privé? Sur le site, je ne sais comment procéder, me ferez vous un signe si je vous communique une adresse de messagerie? Par avance merci
verone62
Le 07/10/2013 23:11:04
J'ignore ce que vous avez à me dire car votre message est très mystérieux. Vous parlez de mon enfance douloureuse et cette enfant. Quel lien établissez-vous entre nous ? Si vous soupçonnez que cette enfant subit de la maltraitance, vous ne pouvez rien faire sans vous appuyer sur des faits ou des témoignages concrets. Il me parait également hasardeux de reprendre contact avec la fille de Mme M... . Celle-ci pourrait vous accuser d'utiliser sa fille pour renouer la relation. Et cela paraitrait tout à fait crédible même si vous êtes de bonne foi. Cela me parait fort compliqué et pour le moins hasardeux. D'autant que si Mme M... est manipulatrice, je peux vous assurer qu'elle aura toujours un coup d'avance sur vous. Ces personnes sont très habiles pour vous mettre échec et mat car elles connaissent à fond leur victime et savent parfaitement tisser leur toile pour les piéger. Je sais de quoi je parle et pourtant, sans vouloir me vanter, je suis très lucide et d'une intelligence légèrement supérieure à la moyenne. Cela ne m'a pas empêché de me faire écraser comme une mouche. Il est vrai que je n'étais pas en position de force dans cette entreprise. Ces personnes s'acharnent d'autant plus que l'on cherche à leur résister et à les affronter. C'est ce que j'ai fait et je me suis retrouvée totalement mise à l'écart. Si cette fille est en danger, elle doit comprendre que désormais de toute façon, vous ne pouvez rien faire pour l'aider. Si vraiment elle recherche une aide extérieure, j'espère qu'elle osera s'adresser aux personnes compétentes (services sociaux, numéro vert gratuit) car aujourd'hui, les jeunes victimes disposent de moyens qu'on n'avait pas quand j'étais jeune (j'ai 47 ans). Quand j'étais ado, j'ai eu plusieurs fois l'envie de fuguer et de tout raconter à la police, croyez-moi. Puis je me suis ravisée en me disant que je serais probablement ramenée chez moi manu militari. Je crois que cela ne se serait pas passé autrement car à l'époque, les jeunes étaient moins écoutés et protégés. Vous pouvez toujours me communiquer votre adresse de messagerie si vous le voulez sur ce site (je ne vois pas comment vous pourriez faire autrement). Si vous pensez pouvoir faire quelque chose de concret pour aider cette enfant, je peux éventuellement vous donner mon avis mais c'est tout ce que je peux faire. Je vous invite aussi à lire l'excellent ouvrage de Marie-France Hirigoyen, Le harcèlement moral : la violence perverse au quotidien. Elle décrit parfaitement les profils pervers et ce qu'ils font subir à leurs victimes dans le cadre privé ou professionnel. Cela peut vous aider par la suite à mieux démasquer ce type de personne et à vous en méfier.
Eprouvé
Le 08/10/2013 07:04:27
Bonjour Verone, Merci pour votre réponse, rassurez vous il n'y a pas de grand mystères par rapport à ce que je souhaiterais évoquer avec vous. Simplement je n'ose pas évoquer en ligne certains faits précis qui pourraient révéler les identités... Pour aller un peu plus loin par rapport à cette gamine, je dirais qu'elle est dans un certain isolement psychologique... Je pense qu'elle avait trouvé un lien de confiance avec moi... J'aurais souhaité évoquer avec vous son environnement et ses besoins, ses silences aussi..... Je sais que je suis très mal placé en tant qu'adulte (j'ai 46 ans) face à une enfant pour apporter quelque chose compte tenu du lien rompu avec sa mère... Mais je sens un gâchis tel que j'en suis triste et je n'arrive pas à me dire de tourner le dos que ce ne sont pas mes affaires, ma conscience.... Voici tout de même une adresse de messagerie créée pourvous84@yahoo.fr Je vous souhaite une bonne journée. Merci

Répondre

Pour répondre à ce sujet merci de vous identifier