Ch@t : Japon, vos questions sur les risques nucléaires

Ch@t du 17 mars 2011 : Les réponses de Jean-René Jourdain, délégué auprès du directeur de la radioprotection de l'homme, à l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN).

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Ch@t : Japon, vos questions sur les risques nucléaires

Les réponses de Jean-René Jourdain, délégué auprès du directeur de la radioprotection de l'homme

  • Je suis enceinte de 8 mois. Que faire si le nuage passe au-dessus de la France ?

Une exposition à la radioactivité ne fait courir un risque à une femme enceinte, que si la dose est très élevée, environ 500 fois la limite annuelle réglementaire. Si cette dose est dépassée, la décision fait l'objet d'une discussion entre les parents et les médecins.

  • Je suis en hypothyroïdie traitée par hormones de substitution (Lévothyroxine sodique). L'iodure de potassium peut entraîner une hyperthyroïdie. Dois-je donc continuer mon traitement en cas de consignes pour l'ingestion d'iodure de potassium ?

Afin d'éviter une hyperthyroïdie dans votre cas, la posologie d'iode stable, si l'administration devait être nécessaire, sera adaptée par une diminution des doses administrées. Un contrôle ultérieur de votre concentration en hormones thyroïdiennes permettra alors de réajuster votre traitement par Lévothyroxine sodique.

En cas d'arrivée confirmée d'un nuage nucléaire contenant des quantités élevées d'iode radioactive, un comprimé d'iodure de potassium sera administré deux heures avant l'arrivée du nuage et au maximum 24 heures après. Attention, cette prise d'iode ne se fait que sur ordre du Préfet.

  • Un voyage scolaire est programmé en Chine du 10 au 20 avril avec séjour à Pékin et à Chengdu. Ce voyage présente-t-il un risque ? Des recommandations voire des consignes, sont-elles envisagées ?

Dans l'état actuel de la situation, ce voyage ne présente aucun risque. Je ne peux pas en dire plus car je ne connais pas comment la situation évoluera au Japon et surtout qu'elle sera la météo au mois d'avril. Les émissions radioactives se dirigent vers le Pacifique actuellement.

  • J'ai eu un cancer de la thyroïde traité par iode radioactif. Quel est le risque de développer une leucémie dans quelques années ? Risque que vous avez mentionné dans l'émission après une exposition à la radioactivité ?  

Il n'y a quasiment aucun risque de développer une leucémie après un traitement par l'iode radioactif. Le risque de leucémie concerne surtout les personnes qui ont reçu de très fortes doses de radioactivité par irradiation, comme par exemple les liquidateurs de Tchernobyl ou les victimes des bombardements de Nagasaki et Hiroshima.

  • Quelles précautions prendre en France pour l'instant ?

Il n'y a aucune précaution particulière à prendre en France actuellement.

  • Quelle est la durée de vie des molécules radioactives ?

La durée de vie des éléments radioactifs peut varier de quelques millisecondes à quelques millions d'années. Chaque élément radioactif a sa propre durée de vie.

  • Faut-il avoir peur d'une répercussion du nuage en France ? Y a-t-il une prévention du risque, instaurée par le gouvernement ?

Aujourd'hui, rien ne permet de penser que les émissions radioactives du Japon auront des répercussions sur la France. Des particules pourront être détectées dans les semaines à venir, mais à de très faible niveau d'activité, en l'état actuel de la situation. Tout dépend également de la météo (direction des vents et présence de pluies).

  • Pouvez-vous utiliser le terme de pollution de poussières plutôt qu'émission radioactive qui prête à confusion ?

Vous avez raison. Il est préférable de parler de pollution radioactive pour ce qui concerne les particules radioactives. Les émissions radioactives correspondent aux émissions de vapeur d'eau chargée de particules.

  • J'ai subi une thyroïdectomie partielle il y a 30 ans. Puis-je prendre malgré tout, de l'iode ?

Si l'ablation a été partielle, vous pourrez prendre de l'iode si cela s'avère nécessaire un jour. La posologie sera simplement diminuée en fonction de votre taux de fixation par le reste de thyroïde.

  • Est-ce que le nuage radioactif passera sur la Californie ? Quels sont les risques si on s'y trouve ?

Aujourd'hui, il n'y pas de risque de transfert des émissions radioactives vers la Californie.

  • On parle beaucoup de la pollution radioactive aérienne, mais qu'en est-il de la pollution aquatique ? J'y pense surtout à cause de la réfrigération en urgence.

L'eau sert à refroidir les enceintes de confinement qui ne sont que faiblement radioactives. C'est à l'intérieur du réacteur que se concentre principalement la radioactivité. Les eaux fortement contaminées doivent être traitées comme des déchets radioactifs, mais il n'est pas exclu que la radioactivité augmente dans l'eau de mer à proximité de Fukushima.

  • Les pharmacies contiennent-elles des comprimés d'iode ? Si oui, comment sont-elles approvisionnées ?

Les pharmacies peuvent avoir des comprimés d'iode, mais il est très rare d'en trouver en dehors des zones proches des centrales nucléaires. Elles peuvent être approvisionnées par la pharmacie centrale des armées. Des stocks sont par ailleurs positionnés dans tous les départements de France. Ils seront distribués sur ordre du Préfet si la situation le nécessite.

Une personne irradiée ne peut pas transmettre sa radioactivité. Une personne contaminée doit être décontaminée par une douche si des particules radioactives se trouvent sur sa peau ou ses cheveux. La douche suffit à la décontaminer et elle ne peut alors pas transmettre de radioactivité.

Non, il n'y a aucun risque à ce jour pour l'Algérie.

  • Comment se protéger à l'intérieur de sa maison en cas de nuage radioactif ? Calfeutrage ou autre ?

Il faut calfeutrer les fenêtres, couper les systèmes de ventilation, de climatisation et de chauffage.

  • Je travaille à Roissy Charles De Gaulle pour une grande compagnie aérienne française. En tant que personnel au sol, je suis au contact des avions arrivant du Japon. J'aimerais savoir quel(s) risque(s) j'encours face aux dangers de la radioactivité ?  

Vous ne courez aujourd'hui absolument aucun risque à côtoyer des personnes en provenance des vols arrivant du Japon.

  • Pensez-vous sincèrement qu'il est plausible de parvenir à refroidir l'enceinte de confinement des réacteurs, qui abrite un combustible fissile qui avoisine les 5000 °C si ce n'est plus, et cela avec simplement de l'eau ?

Je ne suis pas un spécialiste de la sûreté des réacteurs, mais le refroidissement est possible sous réserve de disposer des quantités d'eau suffisantes et surtout de remettre en fonctionnement les systèmes d'injection d'eau. Pour cela, il faut que l'électricité soit rétablie sur le site, ce que s'efforcent de faire actuellement les autorités japonaises.

  • Maman d'un petit garçon de 7 ans, forcément inquiète pour son avenir, que dois-je faire pour le protéger en cas de pollution radioactive ? Serons-nous prévenus suffisamment longtemps avant un problème ? Y aura-t-il assez de capsules d'iode pour protéger tous les français ?

Vous n'avez aucune inquiétude à vous faire pour votre enfant en l'état actuel de la situation. En cas d'arrivée d'un nuage fortement contaminé en France, la météo permettra de prévenir de l'arrivée du nuage et laissera le temps aux autorités pour donner l'ordre de mise à l'abri et de prise d'iode stable si nécessaire. Il y a des stocks d'iode stable dans tous les départements français en quantité suffisante pour tous les Français. Ces stocks sont gérés par l'EPRUS = établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires.

  • Combien de temps avant le passage d'un nuage, serions-nous prévenus ?

Compte tenu de la distance qui nous sépare du Japon et de la précision actuelle des prévisions météo, nous serions prévenus au moins 72 heures avant minimum.

  • L'homme conçoit des technologies et des guérisons incroyables, à quand un antidote radioactif efficace pour tout le monde, excepté l'iodure de potassium ?

Malheureusement l'antidote radioactif universel n'existe pas encore. De plus, l'iodure de potassium ne protège que d'une contamination par l'iode radioactive, pas des autres éléments radioactifs.

  • Un avion en provenance du Japon est-il contaminé ?

Non, il n'y a pas de contamination des avions qui ne restent maintenant qu'une heure et demi sur le tarmac de Narita. Les avions font escale à Séoul avant. Ni Séoul, ni Narita ne sont contaminées.

  • Les quantités de doses radioactives mesurées autour de la centrale de Fukushima et communiquées à l'ASN et l'IRSN, sont-elles uniquement celles communiquées par les autorités japonaises ? Ou des organismes comme la CRIIRAD, ont-ils aussi effectués leurs mesures pour confirmer ces dernières ?  

À ma connaissance, il n'y a pas d'équipes de la CRIIRAD au Japon. Les mesures sont celles qui nous sont communiquées par les autorités japonaises, plusieurs fois par jour.

  • Ayant des enfants petits, quels sont les risques à héberger des japonais ayant vécu plusieurs semaines (sans précaution) très près de la centrale, et donc probablement contaminés de façon non quantifiable ?

Il n'y a plus personne dans les zones les plus contaminées. Si une personne avait séjourné dans une zone contaminée, il suffirait de la décontaminer par déshabillage et douchage. Il n'y a alors aucun risque à héberger des Japonais dans ces conditions.

  • Dans l'état actuel des rejets, est-il probable que nous soyons touchés par un nuage ? Personnellement j'en doute, car faible hauteur de dispersion qui n'est absolument pas comparable avec Tchernobyl.

En l'état actuel, la France n'est pas exposée à un danger immédiat. Au contraire de Tchernobyl, il n'y a pas eu explosion massive entrainant des particules radioactives à très haute altitude.

Si la fonction thyroïdienne est normale (concentrations en hormones thyroïdiennes normales), oui. Sinon, il est nécessaire d'en parler avec un endocrinologue avant.

  • Avec quoi et comment se calfeutrer efficacement chez soi ?  

Il faut avoir les mêmes gestes que dans le cas d'un incendie : serviettes mouillées par exemple. Le plus important est de couper les systèmes de ventilation, climatisation et chauffage.

  • L'eau de mer ou des océans risque-t-elle de recevoir les particules des nuages qui vont se dissiper en passant ? Quelles peuvent être les conséquences pour les poissons, pour la chaîne alimentaire, la baignade ?

Je suis désolé mais je n'ai pas de compétences sur les conséquences pour les poissons. Je ne peux pas répondre à votre question.

  • Si cela se produisait, un nuage radioactif au-dessus de la France serait pratiquement sans danger étant donné la dispersion qu'il aura subit pendant sa traversée du Japon à l'Europe ?

Il y aura effectivement un phénomène de dispersion et de dilution dans les masses d'air. Les retombées seront donc forcément plus limitées qu'au Japon. Par contre, la présence de pluies concomitantes au passage du nuage peut augmenter le risque car les particules radioactives seraient plaquées au sol au lieu d'être dispersées dans l'air.

  • Le sel iodé peut-il remplacer les capsules d'iode ? Et si oui, en quelle quantité ?

Non le sel iodé ne peut pas remplacer les capsules d'iode, il n'est pas suffisamment concentré en iode. De plus, prendre de grandes quantités de sel exposerait à un risque pour la santé.

  • Que va-t-il arriver d'un point de vue sanitaire, à la population japonaise résidant proche de la centrale ?

La population japonaise exposée à proximité de la centrale peut avoir un risque, d'une augmentation de la probabilité de développer certains types de cancers, comme le cancer de la thyroïde, le cancer du côlon. L'augmentation de cette probabilité dépend de la dose reçue. À Tchernobyl, elle est de 3 %, tous types de cancers confondus.

  • Si le nuage radioactif passe par un pays, quelles sont les précautions à adopter par ce dernier ?

Tout dépend des concentrations radioactives. Les précautions sont l'évacuation, la mise à l'abri des populations et l'administration d'iode stable en cas de présence de fortes concentrations d'iodes radioactives.

  • Pouvez-vous nous indiquer si il existe un examen médical permettant d'évaluer aujourd'hui les risques et conséquences sur la santé, liés au passage du nuage radioactif de Tchernobyl ? Il y a 25 ans, personne n'a fait preuve de transparence.... 

Non, il n'existe aucun examen médical permettant d'évaluer avec certitude les conséquences pour la santé 25 ans après l'accident de Tchernobyl.

Je ne suis pas au courant du nuage annoncé par TF1. Faites attention à ce que disent les médias sur le sujet ! Les autorités américaines communiqueront de toute façon s'il y a un risque pour la Californie.

  • Vous avez parlé de la contamination du sol dans "Allô docteurs", est-ce qu'un sol contaminé peut irradier les personnes qui marchent dessus ?

Oui, un sol fortement contaminé peut irradier les personnes qui marchent dessus. Il ne faut pas rester sur des sols fortement contaminés.

  • Parvenir à réinjecter de l'eau directement sur le combustible, même si les autorités japonaises y parviennent, n'aurait-il pas pour effet de tout simplement exploser le compartiment de confinement ? Ou alors de relâcher un jet de vapeur important ?  

Non, l'eau n'est pas directement injectée sur le combustible. C'est l'enceinte qui est refroidie. Le refroidissement est indispensable pour éviter une surchauffe du réacteur qui entrainerait une augmentation de la pression et à terme une explosion. Si le refroidissement n'est pas possible, il faut relarguer régulièrement de la vapeur d'eau radioactive pour faire diminuer la pression dans le réacteur. C'est le même principe que la cocotte minute.

  • Il ne faut pas oublier qu'entre l'Alsace et la frontière ukrainienne, il n'y a que 1000 km, alors qu'entre Paris et Tokyo, il y a 9714 km. Il faut relativiser !

Vous avez raison. La grande distance entre Paris et Tokyo laissera plus de temps aux autorités pour s'organiser si cela s'avérait nécessaire. De plus, cette distance permettra également de diluer le nuage s'il était émis à haute altitude.

  • Je suis atteinte d'hypothyroïdie d'Hashimoto depuis 4 ans. Stabilisée actuellement, serais-je plus rapidement sensible et menacée qu'une personne à la thyroïde saine, en cas de radioactivité en France ? 

La maladie d'Hashimoto rend votre thyroïde plus sensible d'une manière générale. La prise d'iode devra se faire de façon très contrôlée et à des doses qui seront décidées en fonction de votre taux d'hormones thyroïdiennes.

  • Vous avez dit que chaque élément radioactif a sa propre durée de vie. Qu'en est-il de la durée de vie des éléments radioactifs qui pourraient s'échapper d'une centrale nucléaire ?  

Les deux principaux sont l'iode 131 (8 jours) et le césium 137 (30 ans).

  • En suivant votre raisonnement, on va donc continuer à refroidir cette fameuse enceinte très très longtemps ?

Vous avez raison, les réacteurs des centrales nucléaires doivent en permanence être refroidis.

  • En cas de contamination, il y a surtout un danger pour les femmes enceintes et les enfants. Mais quand les scientifiques parlent d'enfants, c'est jusqu'à quel âge ?

Les risques sont plus élevés pour les enfants (surtout les enfants de moins de 4 ans) et les femmes enceintes, qui sont considérés comme les populations prioritaires à évacuer en cas d'accident majeur.

  • Mon quartier se situe entre 2 usines. Quels sont les risques en cas d'incident ?

Tout dépend de ce que fabrique ces usines ! Je ne peux pas répondre plus précisément à votre question.

  • Enceinte de 10 semaines, y a-t-il des précautions particulières pour protéger mon fœtus ?

Non, aujourd'hui il n'y a aucune précaution particulière à prendre.

  • Au nom du principe de précaution, ne faudrait-il pas distribuer des combinaisons si la météo venait à se dégrader ?

La distribution de combinaisons ne sert à rien car elles ne protègent pas de l'irradiation. Ce sont l'évacuation et la mise à l'abri qui doivent être entrepris.

  • Dans le pire des scénarios, qui serait la fusion du combustible et la forte contamination de la région de Fukushima, si j'ai bien compris, quelles répercussions peut-on craindre à Kyoto, qui est pour le moment décrit comme un endroit sûr ?

Tout dépend de la météo. Aujourd'hui les vents se dirigent vers le nord/nord est, donc vers le Pacifique. Si les vents se dirigeaient vers le sud, la situation serait différente. Cependant, Kyoto est très éloignée de Fukushima, encore plus que Tokyo où il n'y a pas de risque pour le moment.

  • Combien faudra-t-il de temps pour fermer cette centrale une fois l'accident maîtrisé ?  

Probablement plusieurs années, en fonction de l'état des centrales une fois l'accident maîtrisé.

  • Si les combinaisons ne servent à rien, pourquoi certaines personnes en portent ?

Ce sont les intervenants qui en portent car ils peuvent être exposés à des contaminations importantes, ce qui n'est pas le cas des populations qui ont été évacuées. Les intervenants sont amenés, eux, à aller dans les zones contaminées et doivent donc se protéger de l'inhalation de particules radioactives. Ceci dit ces combinaisons ne protègent pas de l'irradiation à laquelle sont soumis les employés de la centrale.

  • Faut-il se méfier de tous les produits alimentaires et non alimentaires, en provenance du Japon ou fabriqués au Japon ?

Des contaminations radioactives ont été décelées dans certains types d'aliments de la région de Fukushima (épinards par exemple). Des mesures d'interdiction de consommation et d'exportation ont été prises en conséquence par les autorités japonaises. Par exemple, tout colis en provenance du Japon fait l'objet de contrôle d'absence de radioactivité au départ du Japon ou à l'arrivée en France.

En savoir plus

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

Ailleurs sur le web