1. / Alimentation

Un régime riche en friture et soda doublerait le risque de maladies cardiovasculaires

Une étude américaine révèle que les adeptes du régime typique du sud des Etats-Unis, à base de plats riches en fritures, charcuteries et boissons sucrées, augmentent de 56% leur risque de développer des pathologies cardiovasculaires par rapport à ceux qui adoptent d’autres menus.

Rédigé le

Un régime riche en friture et soda doublerait le risque de maladies cardiovasculaires
La nourriture typique du sud des Etats-Unis ou "soul food" est pointée du doigts par les cardiologues américains

Si la triade fritures–charcuteries-sodas n’a jamais eu bonne presse auprès des cardiologues, une nouvelle étude américaine, publiée lundi 10 août dans Circulation, la revue de la société américaine de cardiologie, dénonce ce menu typique du sud des Etats-Unis comme le pire régime possible pour la santé cardiovasculaire.

Des chercheurs de l’université d’Alabama, au sud-est des Etats-Unis, se sont penchés durant six ans sur le régime de 17 418 Américains, en fonction de leurs origines géographiques et sociales.

Menus « sudistes » ou « alcool et salade »

Interrogés sur leurs habitudes alimentaires et soumis à des tests médicaux, les participants ont été répartis en 5 groupes en fonction de leurs menus habituels. Soit le régime « pratique » (à base de pâtes, pizza, cuisine mexicaine ou chinoise), le régime « végétal » (riche en fruits et légumes), le régime « sucreries » (avec desserts et confiseries), le régime « alcool et salade » (riche en vin, bière et légumes verts) et enfin le régime « sudiste ». Au menu de ce dernier: poulet et pommes de terre frits, oeufs, viande rouge, bacon et jambon, le tout accompagné le plus souvent de sodas sucrés.

Hormis le menu « végétal », aucun de ces régimes ne peut vraiment être qualifié de « diététique » mais c’est bien le régime sudiste qui semble le plus préoccupant d’après l’étude qui révèle une plus forte prévalence de  diabète, hypertension et dyslipidémie dans ce groupe. Les personnes les plus friandes de ce régime augmenteraient de 56% leur risque de développer des pathologies cardiovasculaires par rapport à celles qui l’évitent au maximum.

« Quels que soient votre sexe, race ou l’endroit où vous vivez, si vous mangez fréquemment des aliments typiques de la cuisine du Sud, vous devez être conscients du risque accru de maladies cardiovasculaires et vous efforcer de changer vos habitudes », estime le docteur en épidémiologie James Shikany qui a dirigé ces travaux.

L’étude publiée ce lundi révèle également que les adeptes du régime sudiste sont les plus enclins à fumer, développer un surpoids et faire l’impasse sur l’activité physique, autres facteurs de maladies cardiovasculaires.

Aux Etats-Unis, 735.000 personnes ont une crise cardiaque chaque année et de 120.000 en meurent selon l’American Heart Association.