Un risque de prématurité en cas de naissances trop rapprochées

Parmi les femmes qui accouchent à nouveau moins d'un an après la naissance de leur premier bébé, une sur cinq met au monde un prématuré, né avant 37 semaines de grossesse, indique une étude américaine qui alerte sur l'espacement des naissances.

Rédigé le

Un risque de prématurité en cas de naissances trop rapprochées
Un risque de prématurité en cas de naissances trop rapprochées

Avoir un deuxième enfant trop rapidement après la naissance du premier n'est pas sans risque, selon une étude américaine publiée par le Royal College of Obstetricians and Gynaecologists. Moins une femme attend entre deux naissances, plus elle a de risque de donner naissance à un prématuré. Un risque qui augmente lorsque l'espacement entre deux naissances est inférieur à 18 mois.

Chaque année, environ 60.000 enfants naissent prématurément, soit 7% des naissances. Leur nombre ne cesse d'augmenter et les causes d'une naissance prématurée sont encore méconnues. Un bébé prématuré peut garder des séquelles, comme des anomalies congénitales ou des problèmes de comportement.

Pour les auteurs de l'étude, il est urgent que les professionnels de santé informent les femmes sur les conséquences de ces grossesses rapprochées.

53,3% des femmes qui ont un deuxième enfant dans l'année accouchent avant de mener leurs 39 semaines de grossesse à terme. C'est le cas pour 37,5% des femmes qui ont attendu plus de 18 mois.

Au moins deux ans

La gynécologue Marie-Claude Benattar, qui travaille au centre hospitalier des Quatre Villes en région parisienne, avance une piste physiologique pour expliquer ces naissances prématurées. "Quand on est enceinte, le col de l'utérus grandit et se ramollit. Le col de l'utérus est un verrou pour maintenir le bébé. Si une femme n'attend pas suffisamment entre deux grossesses, le corps n'a pas le temps de se raffermir".

Le Dr Marie-Claude Benattar recommande à ses patientes d'attendre au moins deux ans avant de faire un nouvel enfant. "Non seulement pour que le premier ait le temps d'aller à la crèche, mais aussi pour que le col et l'utérus puissent retrouver de la fermeté".

L'étude américaine préconise de son côté un espacement optimal entre deux naissances d'au moins un an et demi.

Des mères plus âgées

Selon l'étude, les femmes plus âgées ont tendance à vouloir faire un deuxième enfant plus rapidement. En cause : le déclin plus rapide de leur fertilité. "Auparavant, une femme avait son premier enfant à 22 ou 23 ans. Aujourd'hui, c'est plutôt après 30 ans. Le col de l'utérus et les ligaments qui assurent sa suspension se relâchent", précise le Dr Marie-Claude Benattar.

L'étude a été réalisée sur un échantillon de plus de 400.000 femmes ayant donné naissance à un premier enfant, dans l'état de l'Ohio, aux États-Unis, entre 2006 et 2011.

Source : Influence of Interpregnancy interval on birth timing, BJOG : An International Journal of Obstetrics & gynaecology, Emily DeFranco. Article published online the 4th of June 2014.


En savoir plus

Sur Allodocteur.fr