Les patients sont-ils toujours aussi gênés pour parler des hémorroïdes ?

Malgré la médiatisation des hémorroïdes, les patients sont-ils toujours aussi gênés pour en parler ?

Rédigé le

Les patients sont-ils toujours aussi gênés pour parler des hémorroïdes ?

Les réponses du Dr Philippe Godeberge, gastro-entérologue à l'Institut mutualiste Montsouris :

"Il y a en moyenne 18 mois entre le début des symptômes et la première consultation quand les symptômes sont inquiétants comme une hémorragie. Cela montre que les hémorroïdes sont des symptômes que l'on essaie de montrer le moins possible. Il y a une culture médicale qui est parfois imparfaite car il s'agit d'une pathologie qui ne déchaîne pas les passions des patients et même ni celles des médecins traitants. On va donc chercher à les traiter avec une pommade, un suppositoire sans avoir forcément examiné.

"Les médecins généralistes n'examinent pas forcément les patients qui ont des hémorroïdes. Le plus souvent ils connaissent cette pathologie extrêmement fréquente mais aussi parce que le patient n'est pas demandeur. On parle d'une consultation la main sur la poignée de la porte. C'est-à-dire qu'en sortant du cabinet, le patient signale au docteur son problème d'hémorroïdes. De plus, il s'agit d'un symptôme intermittent. On ne l'a pas tout le temps. On pense toujours que c'est la dernière fois. La motivation pour consulter varie avec les symptômes."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :

  • J'ai des hémorroïdes internes depuis des années. Je n'ai eu que des traitements locaux : quand faut-il aller plus loin ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses du Dr Philippe Godeberge, gastro-entérologue à l'Institut mutualiste Montsouris

Sponsorisé par Ligatus