Le virus du sida pour combattre la leucémie

Des chercheurs de l'université de Pennsylvanie ont réussi à guérir un homme de 65 ans, atteint de leucémie, grâce à la thérapie génique. Des cellules immunitaires prélevées ont été mises en contact avec le virus du sida inactivé, avant d'être réinjectées dans le sang du patient. Quelques semaines plus tard, la leucémie avait disparue.

Rédigé le

Le virus du sida pour combattre la leucémie
Le virus du sida pour combattre la leucémie

William Ludwig, estimait "n'avoir rien à perdre". Atteint de leucémie, cet ancien officier de police de 65 ans, originaire de Bidgeton, dans le New Jersey, s'est facilement laissé convaincre par Carl June, directeur de recherche, et professeur de pathologie à l'université de Pennsylvanie, de tester ce traitement expérimental. Le professeur explique : "Nous avons prélevé près d'un milliard de ses lymphocytes T (globules blancs qui participent à la défense immunitaire du corps contre le cancer du sang) puis les avons mis en contact avec un virus du sida inactivé, qui les a transformés pour combattre efficacement le cancer, et nous les avons réintroduits dans le sang du patient."

Après 10 jours, les réactions du patient ont commencé à inquiéter les chercheurs : William Ludwig souffrait de forte fièvre et sa tension artérielle chutait dangereusement. Jusqu'à ce que l'équipe se rende compte que ses symptômes étaient dus à une bataille des lymphocytes contre le cancer. Quelques semaines plus tard, la leucémie avait disparue. Les chercheurs ont estimé que près d'un kilo de cellules cancéreuses avaient été tuées par le traitement.

Même si les médecins tiennent à modérer les résultats en précisant que le cancer peut revenir à tout moment, William Ludwig profite pleinement de sa rémission totale : "Je peux rejouer au golf alors qu'il y a un an je sortais à peine de mon lit".

Si le virus du sida avait déjà été utilisé dans le traitement de maladies, cette réussite sur un cancer est une première. Selon le Pr. Walter J. Urba, oncologue américain, "cela fait longtemps que l'on essayait de créer des cellules capables de reconnaître le cancer, de l'attaquer et de se multiplier, mais à chaque fois, la capacité des cellules à se battre avec les tumeurs était temporaire". Il reste cependant prudent sur la généralisation de ce traitement : "Pour être valables, les résultats devront être répétés sur plus de patients et par différentes équipes de recherche."

Le Dr June et ses collègues prévoient de le tester dans d’autres leucémies et cancers comme celui de l’ovaire, du pancréas et de la plèvre. Toutefois, comme le relève le docteur Felipe Suarez du service d'hématologie de l'hôpital Necker, interrogé par Le Figaro, la technique mise au point par l'équipe du Dr June est couteuse car elle doit être adaptée à chaque patient.

Source : "Genetically Modified "Serial Killer" T Cells Obliterate Tumors in Patients with Chronic Lymphocytic Leukemia,
Penn Researchers Report", Université de Pennsylvanie

En savoir plus

Sur Bonjour-docteur :

Dans les médias :