Google, le nouvel expert santé ?

Le nouveau projet du géant américain s'appelle "Baseline Study". Son but est de dresser le portrait moléculaire d'un corps humain en parfaite santé à partir d'une collecte de données ADN. Une mission qui pourrait permettre de comprendre d'où viennent les maladies graves.

Rédigé le , mis à jour le

Google, le nouvel expert santé ?
Google, le nouvel expert santé ?

La santé semble être devenue la nouvelle lubie de Google. Après la voiture robotisée pour aveugles, la lentille de contact intelligente qui contrôle le taux de glucose et les lunettes permettant de connecter deux chirurgiens qui opèrent à distance, voilà que le géant américain récidive. Sa nouvelle mission a été présentée le jeudi 24 juillet 2014.

"Baseline study" est un projet de recherche à des fins médicales mené par Andrew Conrad, un biologiste qui s'est déjà illustré par ses recherches sur la transmission du VIH lors de transfusions sanguines. Il est entouré d'une équipe de 70 à 100 experts (biochimie, biologie moléculaire etc.), au sein des locaux de Google X, le laboratoire d'expérimentation de l'entreprise américaine.

Leur objectif : analyser les données génétiques et moléculaires de volontaires, qui resteront anonymes. 175 participants sont déjà sur les rangs, et ce n'est qu'un début, puisque à terme ils devraient être des milliers. Google promet de ne rien divulguer aux compagnies d'assurance, et tout élément permettant d'identifier un individu n'est pas entre les mains d'employés de l'entreprise mais de chercheurs volontaires extérieurs. 

Sont relevés entre autres le génome complet de l'individu, l'historique génétique de ses parents, ou encore la façon dont son organisme réagit à certaines nourritures, médicaments etc. Pour cela, les chercheurs collectent les fluides corporels (sang, larmes, urine, salive) des volontaires.

À partir de cette collecte de données, il s'agit de relever des "marqueurs biologiques" de ces personnes saines, et établir le profil type d'un individu en bonne santé. En fait, le but de "Baseline study" est de pouvoir détecter les éléments déclencheurs des maladies les plus graves pour pouvoir mieux les éviter, par exemple les cancers et les crises cardiaques. Il s'agit en quelque sorte de prévenir plutôt que guérir.

Ce mode opératoire prend à contre-pied les recherches médicales "classiques" qui relèvent les marqueurs génétiques sur des personnes très âgées ou malades, et non pas en parfaite santé. Comme l'explique Andrew Conrad dans une interview donnée au Wall Street Journal, "nous nous posons juste la question différemment : pour prévenir un problème, nous voulons d'abord savoir à quoi ressemble un élément réparé, qui fonctionne bien".

Le projet "Baseline Study" est une nouvelle preuve de l'ambition du géant américain en matière de santé, à l'image de la création de la société Calico en septembre 2013, ayant pour but d'améliorer la recherche scientifique pour augmenter la durée de vie des hommes.