1. / Se soigner
  2. / Urgences
  3. / Médecine humanitaire

Syrie : un rassemblement pour dénoncer la crise humanitaire

Depuis le début du conflit syrien, "plus de 700 soignants ont été tués délibérément", dénoncent deux ONG médicales, qui appellent à un rassemblement de soutien ce jeudi 8 décembre à 16h30 sur le parvis des droits de l'Homme, à Paris. Le docteur Raphaël Pitti, formateur en médecine de guerre de retour de Syrie, était l’invité du Magazine de la santé ce jeudi 8 décembre 2016.

Rédigé le , mis à jour le

Alors qu’une réunion des pays dits "affinitaires" sur la Syrie se tiendra le 10 décembre à Paris, les deux ONG proposent ce 8 décembre "un temps de solidarité et de soutien" - Vidéo : entretien avec le Pr Raphaël Pitti, spécialiste de médecine de guerre

Deux organisations médicales non-gouvernementales – l'Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux et Médecins du Monde – appellent à un rassemblement "contre la résignation et l'indifférence de la communauté internationale".

Tous les hôpitaux d’Alep "hors-service"

"L'état des structures de santé et des hôpitaux en Syrie, notamment à Alep Est, est catastrophique", insistent les ONG. "Le corps médical est la cible quotidienne de bombardements. En 144 jours, 143 attaques en Syrie contre des installations médicales, dont un tiers, à Alep ont été recensées sur le terrain. Un hôpital est ciblé toutes les 17 heures. Les hôpitaux à Alep sont devenus les lieux les plus dangereux au monde. Les huit hôpitaux de la ville sont aujourd'hui hors service. Le personnel médical est épuisé."

"Nous, ONG médicales présentes en Syrie, ne pouvons tolérer plus longtemps la terreur et la mort qui depuis presque 6 ans s’abattent indifféremment sur les populations civiles syriennes et sur ceux et celles qui tentent de les soigner", expliquent les deux organisations dans un communiqué commun. "Depuis le début du conflit, plus de 700 soignants ont été tués délibérément en Syrie".

Elles appellent à un cessez-le-feu "immédiat et durable", et surtout à la protection des lieux de soins et des personnels soignants et humanitaires dans le respect du Droit Humanitaire International. Les ONG demandent également l’ouverture et la sécurisation de voies d’accès humanitaires "pour l’évacuation sans entrave des civils et des blessés par des acteurs non partie prenante du conflit".

Durant le rassemblement, les membres de l'Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux (UOSSM) porteront une blouse tachée de rouge "en mémoire des centaines de médecins tués délibérément" en Syrie depuis le début du conflit.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr