1. / Se soigner
  2. / Recherche

Un vaccin sur-mesure pour détruire le mélanome

Le mélanome, le plus redoutable des cancers de la peau, se forme bien souvent à la suite d'une accumulation de mutations génétiques provoquées par l'exposition au soleil. Une équipe de recherche américaine a mis au point trois vaccins expérimentaux, personnalisés, qui ciblent spécifiquement ces mutations pour détruire les cellules cancéreuses. Les résultats, prometteurs, devraient être prochainement confirmés sur d'autres patients.

Rédigé le

Un vaccin sur-mesure pour détruire le mélanome

Trois vaccins, personnalisés pour trois patients, ont été élaborés par une équipe de chercheurs de l'université de Saint-Louis aux Etats-Unis, en 2013. Un traitement "sur-mesure" contre une forme grave de cancer de la peau : le mélanome. Le but de ce vaccin thérapeutique est de stimuler le système immunitaire du malade, pour le forcer à détruire uniquement les cellules cancéreuses. Pour mettre au point cette injection, dont la composition est propre à chaque cancer, les chercheurs ont analysé les tumeurs de trois patients, "souffrant de mélanomes à un stade avancé, avec un risque élevé de récidive après intervention chirurgicale", précise l'étude.  

Qu'est ce qu'un vaccin thérapeutique ?

Contrairement aux vaccins classiques dits "préventifs", le vaccin thérapeutique n'a pas pour vocation de prévenir l'apparition d'une maladie, mais bien de contribuer à sa guérison en stimulant le système immunitaire, qui cible normalement les cellules étrangères à l'organisme. Or, les cellules cancéreuses ne sont pas réellement reconnues comme "étrangères" et sont donc épargnées par le système immunitaire. Le but du vaccin est donc de multiplier les cellules immunitaires, pour qu'elles aillent détruire les tumeurs visées.

L'ADN des cellules cancéreuses a été séquencé pour mettre en évidence les mutations responsables de chaque cancer. Ces anomalies génétiques témoignent notamment de l'exposition au soleil des malades. C'est à partir de l'identification et de la localisation de ces mutations que les chercheurs ont pu concevoir la composition de leur vaccin immunothérapeutique. La cible du traitement : les néo-antigènes, des protéines nouvelles, qui apparaissent à la surface des tumeurs lors de leur formation. "Une manière de voir les néo-antigènes est d'imaginer des petits drapeaux à la surface des cellules cancéreuses attirant l’attention du système immunitaire", précise le Dr Beatriz Carreno, professeure à l'université de Saint-Louis.

Tous les patients en rémission

"Chez un patient atteint de mélanome, il peut y avoir des centaines de drapeaux. Le défi est d'identifier l’unique drapeau qui sera le plus susceptible de provoquer une forte réaction immunitaire contre le cancer ", ajoute-elle. La seconde étape a donc consisté à faire le tri entre tous ces néo-antigènes. Au final, trois cibles par patient ont été retenues, des protéines pour lesquelles le système immunitaire a naturellement l'action la plus marquée. Pour détruire le maximum de cellules cancéreuses, le vaccin doit viser le plus d'antigènes possibles.

Après trois injections du vaccin, tous les patients étaient en rémission, selon les conclusions de l'essai clinique publiées le 2 avril dans la revue Science. Aucun effet secondaire grave n'a par ailleurs été observé. Des résultats "encourageants" selon les chercheurs, qui rappellent que le nombre de mélanomes cutanés a été multiplié par huit en 40 ans. La "qualité de la réponse immunitaire" est également mise en avant. En effet, au delà de son action sur la tumeur, le vaccin a augmenté et diversifié le nombre de lymphocyte T dans l'organisme, des cellules essentielles du système immunitaire.

Si ce vaccin est un pas de plus dans l'avancée des thérapies personnalisées, son efficacité à long terme reste à démontrer. Un second essai clinique devrait démarrer prochainement, sur 6 nouveaux patients. Pour les chercheurs, cette technique pourrait s'élargir à d'autres cancers qui présentent des taux élevés de mutations, comme le cancer du poumon ou de la vessie.  

Source : A dendritic cell vaccine increases the breadth and diversity of melanoma neoantigen-specific T cells. B. Carreno et al. Science, avril 2015. DOI: 10.1126/science.aaa3828