1. / Se soigner
  2. / Médicaments

Mise en place d'un numéro vert après le rappel de médicaments à base de valsartan

Un numéro vert a été mis en place par l'ANSM ce mardi 24 juillet par l'Agence du médicament après le rappel par précaution début juillet de certains médicaments à base de valsartan.

Rédigé le

Mise en place d'un numéro vert après le rappel de médicaments à base de valsartan
Mise en place d'un numéro vert après le rappel de médicaments à base de valsartan

Certains de ces médicaments, utilisés en cas d'insuffisance cardiaque, d'hypertension artérielle et après un infarctus cardiaque récent, ont fait l'objet début juillet d'un rappel au niveau mondial. En cause : la présence d'une substance indésirable décelée chez le fabricant chinois.

L'ANSM a mis en place un numéro vert, le 0 800 97 14 03 accessible gratuitement du lundi au vendredi de 9h à 19h. Des documents d'information et la liste des médicaments concernés et ceux qui ne le sont pas sont consultables en ligne sur le site de l'ANSM

 

S' adresser à son médecin avant d'arrêter son traitement 

Le plus important est de n'arrêter son traitement en aucun cas. Si l'on prend un médicament concerné par le rappel, il faut s'adresser à son médecin ou son pharmacien, qui le remplacera par un autre qui ne l'est pas.

"Le message important, c'est qu'il n'y a pas de risque immédiat, aigu pour la santé des patients (qui prennent les médicaments concernés, ndlr), par contre l'arrêt immédiat du traitement représente un risque immédiat" a expliqué la directrice générale adjointe de l'ANSM, Christelle Ratignier-Carbonneil.

" Pas de risque immédiat "

Environ 1,3 million de patients sont concernés, soit près de la moitié des patients traités en France avec cette molécule.

Cette mesure de retrait des produits dans les pharmacies concerne à peu près la moitié des médicaments à base de valsartan. Neuf laboratoires sont concernés (Arrow Génériques, Biogaran, Cristers, EG Labo, Evolupharm, Ranbaxy Pharmacie Génériques, Sandoz, Zentiva et Zydus).

Un défaut de qualité à cause du fabricant chinois

L'anomalie a été signalée par l'Agence européenne du médicament (EMA), et a entraîné des mesures de rappel au niveau international.

Le défaut de qualité décelé est la présence d'une impureté dans la substance active fabriquée par la société chinoise Zhejiang Huahai Pharmaceuticals. Cette impureté est la N-nitrosodiméthylamine (NDMA), substance classée comme probablement cancérogène chez l’homme.

Les productions de la substance active de cette société ont été arrêtées et une investigation est en cours au niveau européen.