1. / Se soigner

Les bénéfices de la cryothérapie sont-ils démontrés scientifiquement ?

Les bénéfices de la cryothérapie sont-ils évalués scientifiquement ? Y a-t-il des études ?

Rédigé le , mis à jour le

Les bénéfices de la cryothérapie sont-ils démontrés scientifiquement ?

Les réponses avec le Pr Jean-François Toussaint, médecin physiologiste, et avec le Dr Serge Perrot, rhumatologue, médecin de la douleur :

"Les preuves scientifiques des bénéfices de la cryothérapie sont un gros problème. Sur l'ensemble des effets, on va les détailler à la fois sur le domaine sportif et sur le domaine médical, il y a très peu d'études qui sont faites. À l'INSEP qui dispose d'une chambre de cryothérapie, on a pu observer un certain nombre d'effets et on voit que toutes les hypothèses qui avaient été émises jusqu'à présent, ne sont pour l'instant pas confirmées. On voit des effets forts par exemple sur la diminution de la fréquence cardiaque (on a en moyenne sept battements en moins) à la sortie de la séance. On retrouve ensuite sa fréquence cardiaque normale après quelques dizaines de minutes.

"Des études sur les molécules de l'inflammation, les cytokines, les TNF... sont ensuite sorties. Et on voit que les effets sont très incertains. Il n'y a pour l'instant aucune démonstration ni sur la performance, ni sur la récupération et c'est principalement l'effet douloureux qui va être l'argument principal."

"Il faut différencier deux situations. Quand vous vous cognez la tête, vous avez un hématome, vous avez mal et vous mettez du froid. Depuis longtemps on met du froid, ça ferme les vaisseaux, ça soulage… la cryothérapie a donc un effet sur la douleur aiguë, cela est évident. Il y a encore quelques années quand on devait faire des points de suture aux urgences, on avait un cryospray qui diminuait les douleurs, qui envoyait plein de microbes… Il y a un effet immédiat sur la douleur aiguë qui est tout à fait net, qui est surtout un anti-inflammatoire et anti-oedémateux. Concernant l'effet chronique qui correspond à l'immersion dans des chambres de congélation à -110°C pendant plusieurs minutes, cet effet est très discuté.

"Il est utilisé dans deux situations, et notamment la situation préventive. Avant des compétitions, les sportifs ont recours à cette technique mais nous n'avons pas vraiment d'études montrant d'effet préventif. Probablement que les sportifs se sentent motivés par cette stimulation à des froids extrêmes mais il y a un effet placebo majeur."