1. / Se soigner
  2. / Fin de vie
  3. / Soins palliatifs

190 millions d'euros pour développer les soins palliatifs

Chaque année, 225.000 patients décèdent dans des conditions nécessitant des soins palliatifs. Mais, seuls 20% d’entre eux y ont accès. Pour améliorer la prise en charge, Marisol Touraine a détaillé ce matin son plan pour la fin de vie. Il est doté d'une enveloppe de 190 millions d'euros sur trois ans et s’articule autour de quatre grands axes. 

Rédigé le

190 millions d'euros pour développer les soins palliatifs

Réduire les inégalités territoriales

Mieux prendre en charge les patients en fin de vie, c'est d'abord réduire les inégalités d’accès entre les territoires. D’ici 2018, chaque région devra disposer d’au moins un lit de soins palliatifs pour 100.000 habitants. Six nouvelles unités de soins seront ainsi créées.

Développer les soins palliatifs à domicile

La grande majorité des Français souhaitent passer leurs derniers instants chez eux, entourés de leurs proches. Le plan prévoit donc de développer la prise en charge de proximité. Trente nouvelles équipes mobiles de soins palliatifs vont être mises en place dès l'année prochaine pour renforcer les soins à domicile et dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Objectif : éviter les hospitalisations inutiles.

Mieux former les professionnels de santé

La formation des professionnels de santé va être renforcée. Une filière universitaire dédiée aux soins palliatifs sera créée. "Il s’agira d'une formation qui se déroulera tout au long du cursus universitaire, a expliqué Marisol Touraine, elle pourra déboucher sur des soins spécialisés avec une filière dédiée, des enseignants spécialisés dans les soins palliatifs, pour que partout sur notre territoire, nos professionnels de santé soient mieux armés face à ce moment de la maladie où les soins ne peuvent plus rien, mais où l’accompagnement peu beaucoup."

Informer les Français de leurs droits

Une campagne nationale de communication va être lancée en 2016. Il s'agira d’informer les patients sur leurs droits et sur le fonctionnement des directives anticipées (déclaration écrite réalisée par une personne majeure sur ses souhaits concernant sa fin de vie). 


Soins palliatifs : le nouveau plan est-il suffisant ?
La réaction du Dr Charles Jousselin, président de la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs