Mon mari dépressif ne se lave plus, comment l’aider ?

Il existe sûrement des questions que vous n'avez jamais osé poser, par pudeur, crainte, voire même honte... Aujourd'hui, il est question de vivre avec un conjoint dépressif qui ne veut plus, ne peut plus se laver.

Mélanie Morin
Rédigé le

La dépression altère fortement la vie quotidienne des personnes qui en souffrent et celle de leur entourage. Elle supprime la motivation, la personne n'a plus d'élan pour les actes du quotidien (cuisiner, se laver, s'habiller, aller travailler).

Ce problème d’hygiène est pris très au sérieux par les psychiatres, mais il est aussi difficile à gérer pour les proches de la personne dépressive.

Si cette absence d’hygiène corporelle apparaît alors qu’auparavant la personne parvenait à se doucher, à changer de vêtement, cela peut montrer une éventuelle aggravation de l’état dépressif. Il faut bien sûr en parler au médecin. Les proches se sentent souvent démunis face à cette situation. 

Quand la personne va bien, prendre une douche, se brosser les dents, sont des gestes qu’elle fait sans réfléchir, c’est une routine. Pour le patient qui souffre de dépression, c’est parfois une épreuve. 
S’il est épuisé, ralenti, les gestes les plus courants de la vie quotidienne comme manger, quitter son lit, se laver deviennent alors très compliqués. Il peut du coup y avoir un vrai décalage entre la personne dépressive et son entourage. C’est très ambivalent comme sentiment : un mélange d'agacement et d'inquiétude.

Le cercle vicieux de la dépression

Le malade dépressif manque de perspectives et perd ses repères. Sa journée n’est plus rythmée par les rituels comme la toilette et l’habillage puisqu’il se dit "à quoi bon ?" Bien souvent, le sommeil est impacté donc il a tendance à passer du lit au canapé en pyjama.

Ce manque d’hygiène peut bien sûr provoquer un problème d’odeur corporelle. Cela embarrasse le malade qui se renferme encore plus et l’estime de soi en prend un coup. L’entourage, un peu démuni, peut le délaisser, moins lui parler alors qu’il est important de conserver un lien avec le malade dépressif pour maintenir la communication et le stimuler.

Aider la personne à reprendre soin d'elle

L’idée est d’encourager la personne à réaliser de petites actions au quotidien, de lui fixer des objectifs facilement réalisables. Il peut s’agir de troquer le pyjama contre une tenue confortable et propre même si c’est pour rester à la maison.

Si ça passe, elle peut l’inciter à reprendre le brossage des dents, il faut que ce soit très progressif.
Si la situation est tendue entre conjoints, il ne faut pas hésiter à solliciter l’aide d’un autre membre de la famille ou d’une aide à domicile. En l’absence d’amélioration, il est impératif de solliciter rapidement l’avis du psychiatre pour réévaluer le traitement. 

Si c’est difficile, il faut lever le tabou et en parler comme l’a fait cette Américaine, Katelyn Mary Todd, en 2017. Son message sur les réseaux sociaux intitulé "Aujourd’hui je me suis brossé les cheveux" a été relayé dans le monde entier.
Elle a raconté la réalité très sombre de sa dépression et comment elle s’est relevée, ce qu’elle a ressenti en se coiffant et se lavant de nouveau. Elle a surtout appelé à faire preuve de plus d’empathie envers les personnes, comme elle, dont l’énergie vitale a été mise à mal par la dépression.