1. / Maladies
  2. / Os et articulations

Ostéome : une ossification anormale

Les ostéomes sont des excroissances osseuses anarchiques situées dans les parties molles, les muscles en général, qui apparaissent fréquemment à la suite d'un traumatisme, parfois après une lésion de la moelle épinière ou un AVC. Les ostéomes apparaissent au niveau des articulations et entravent la mobilité du patient.

Rédigé le , mis à jour le

Ostéome : une ossification anormale
Ostéome : une ossification anormale
Sommaire

Qu'est-ce qu'un ostéome ?

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent l'ostéome.

Dans un tiers des cas, l'ostéome est localisé au niveau de la hanche. Mais un ostéome peut aussi survenir au niveau du genou, de l'épaule ou encore du coude.

En cas d'ostéome, c'est un peu comme si des cellules du muscle décidaient brutalement de fabriquer de l'os et du cartilage là où il ne devrait pas y en avoir.

Cette ossification anormale pousse rapidement en quelques semaines à peine pour se densifier au bout de six à neuf mois. Plus de la moitié des paraplégiques qui développent des ostéomes en ont au moins deux.

À l'heure actuelle, on ne sait pas ce qui entraîne l'apparition d'un ostéome. Plusieurs hypothèses sont émises : le manque de protéines, l'immobilisation, les troubles circulatoires et les troubles graves d'oxygénation notamment.

Ces excroissances ont un processus de développement semblable à celui de tumeurs mais elles ne sont pas cancéreuses. Toutefois, les ostéomes engendrent une gêne fonctionnelle (le patient ne peut plus plier le coude par exemple). De plus, il font courir des risques de phlébite s'ils compriment un nerf ou un vaisseau sanguin et peuvent être à l'origine d'embolie pulmonaire.

Le retrait des ostéomes

Attention, images d'intervention chirurgicale : le retrait chirurgical des ostéomes

Les traitements préventifs ou pharmacologiques ne permettent pas encore d'éviter l'apparition ou la récidive de l'ostéome. Seul le traitement chirurgical, associé à une prise en charge post-opératoire rigoureuse, permet un réel traitement.

L'objectif de l'intervention est de retirer l'ostéome pour que le patient puisse de nouveau fléchir et étendre ses membres correctement. La principale difficulté de l'opération intervient quand l'ostéome se développe tout autour des vaisseaux sanguins. Le chirurgien doit alors repérer au plus vite l'artère imbriquée dans l'ossification afin de ne pas l'endommager.

Les bénéfices du retrait de l'ostéome sur la mobilité sont immédiats. L'objectif n'est pas forcément de retirer l'ostéome dans son intégralité, seulement la partie qui gêne le patient. Car l'intervention comporte des risques parmi lesquels des lésions vasculaires, des infections…

Grâce à la rééducation, les patients peuvent ensuite retrouver une mobilité proche de la normale. Puisqu'ils sont bénins, les morceaux d'ostéome ne sont pas analysés en anatomopathologie comme le sont les tumeurs cancéreuses. En revanche, ils servent à la recherche fondamentale.

Après une opération, le pourcentage de récidive de l'ostéome existe, mais il demeure faible, inférieur à 5%.

Ostéome : retrouver une mobilité articulaire

Témoignage de Nora, paralysée pendant plus de deux ans et demi par de multiples ostéomes jusqu'aux premières opérations qui ont changé sa vie.

L'opération est importante car en redonnant sa mobilité à l'articulation, le patient peut avoir accès à une rééducation jusque là impossible. Or, en cas de blessure de la moelle, d'AVC ou de traumatisme crânien, plus la rééducation commence tôt, plus les chances pour le patient de regagner en autonomie sont importantes.

De récentes études permettent d'espérer qu'à l'avenir, il sera possible d'éviter la constitution des ostéomes grâce à des traitements médicamenteux.