1. / Maladies
  2. / ORL

Une nouvelle appli pour détecter les otites

Il ne remplacera jamais une consultation par un médecin mais ce nouvel outil testé aux Etats-Unis permettrait d'orienter les parents de jeunes enfants vers le bon diagnostic.

Rédigé le

Une nouvelle appli pour détecter les otites
Si l'application est autorisée, les parents inquiets pourront tester l'oreille de leur enfant avant de se rendre chez le médecin.

Ausculter son oreille comme on prend sa température. Des ingénieurs américains de l’université de Washington ont crée une application mobile qui permet d’estimer si l’on souffre d’une otite. Cette application, loin de remplacer la consultation chez un médecin, serait un moyen de répondre à une inquiétude très fréquente chez les parents de jeunes enfants. Elle a été présentée dans la revue Science Translational Medicine mercredi 15 mai.

Lire aussi: Otite: attention aux complications

Comment fonctionne-t-elle ? Une fois téléchargée sur un smartphone, elle émet un son continu, comme un pépiement d'oiseau, dans le canal auditif de l'enfant, via un simple entonnoir de papier fabriqué par les parents. Il faut le tenir dans l'oreille 1,2 seconde. L'application écoute ensuite, par le micro du smartphone, le signal acoustique renvoyé par l'oreille: si des fluides ou du pus se trouvent derrière le tympan, dans l'oreille moyenne, le son renvoyé sera plus grave et indiquera une infection.

85% d'otites détectées

"C'est un peu comme un verre de vin", a expliqué Shyam Gollakota, le chef du laboratoire qui a inventé l'application. Avant d’ajouter : "Si vous faites sonner le verre avec le doigt, le son sera différent selon le niveau de liquide dans le verre". L'application a été testée sur une centaine d'oreilles et a détecté 85% des otites. Selon Shyam Gollakota, elle est bien plus précise que l'évaluation visuelle par les médecins.

Autorisation en attente

Evidemment, en cas de signe d'otite, les parents devront de toute façon se déplacer chez le médecin pour confirmer et obtenir une ordonnance. Pour l’instant, l’application a été testée mais ne sera pas disponible avant plusieurs mois. Le professeur Gollakota compte sur une autorisation des autorités sanitaires américaines d'ici la fin de l'année, et une mise en ligne de l'application au premier trimestre 2020.

En parallèle, le laboratoire a créé d’autres applications dans le domaine de la santé : l’une détectant l'apnée du sommeil, l’autre qui avertit les proches d'une personne qui semble avoir une overdose par opiacés, la première cause de mortalité accidentelle aux États-Unis. 

Voir aussi sur Allodocteurs.fr