1. / Maladies
  2. / ORL
  3. / Grippe

Grippe A : six mois d'actu en vidéo

La circulation du virus A (H1N1) 2009 continue de diminuer et peut être considérée comme sporadique, selon l'InVs. Mais il convient de rester vigilant, le virus circule toujours et représente néanmoins la quasi totalité des virus grippaux isolés ces dernières semaines.

Rédigé le , mis à jour le

Grippe A : six mois d'actu en vidéo
Grippe A : six mois d'actu en vidéo
Sommaire

Six mois d'actu en vidéo

La France vend ses surplus de vaccins - Reportage du 4 janvier 2010

Jeudi 11 février :

- A l'international, selon l'InVs, "la situation de la grippe pandémique montre une diminution généralisée de la circulation du virus avec la persistance de foyers de transmission limités". En France, la proportion des prélèvements positifs pour la grippe A (H1N1) 2009 est en diminution. 291 décès ont été enregistrés depuis le début de l'épidémie, dont 45 survenus chez des personnes sans facteur de risque connu.

Lundi 25 janvier :

- Les centres de vaccination contre le virus de la grippe A (H1N1) installés dans les gymnases et autres lieux publics vont "progressivement fermer et cesseront leur activité le 30 janvier 2010", a annoncé le ministère de la Santé. La vaccination se fera désormais dans les cabinets des médecins libéraux qui le proposent. "Parallèlement, des centres de vaccination intégrés aux établissements de santé vont être ouverts dans les 100 établissements hospitaliers sièges de Samu jusqu'au mois de septembre 2010".

Jeudi 21 janvier :

- En métropole, la semaine du 11 janvier, les nouveaux de cas (incidence) de grippe vus en consultation de médecine générale ont été estimé à 73 cas pour 100 000 habitants, soit en dessous du seuil épidémique (181 cas pour 100 000), "confirmant la fin de l'épidémie", assure le réseau Sentinelles. Le virus continue toutefois de circuler et les personnes à risques doivent toujours se faire vacciner, selon le Dr Jean-Claude Manuguerra (Institut Pasteur).

Jeudi 14 janvier :

- L’épidémie de grippe A est terminée en France. C’est ce qu’a annoncé le réseau Sentinelles de l’Inserm. Alors faut-il s’attendre à un rebond dans les mois qui viennent ? Est-ce que cela signifie que le virus a déserté le pays ? Est-il encore utile de se faire vacciner ? Les explications en images.

Mercredi 13 janvier :

- L'InVS signale 7 nouveaux décès liés au virus de la grippe A (H1N1) 2009 en métropole, depuis le dernier point publié le 8 janvier, soit 240 depuis le début de l'épidémie. Par ailleurs, l'InVS recense 12 nouveaux cas graves de grippe A (H1N1) 2009 depuis le 8 janvier. Au total, depuis le début de l’épidémie, 1181 cas graves ont été hospitalisés en métropole. Parmi ces personnes, 180 sont toujours en réanimation ou unités de soins intensifs.

- Auditionnée hier soir par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, Roselyne Bachelot s’est expliquée point par point sur sa gestion de la pandémie de grippe A.

  • Roselyne Bachelot face aux députés
    Voir la vidéo
    La réaction du député PS, Gérard Bapt, en images.

Lundi 11 janvier :

- Les médecin généralistes et les pédiatres devraient pouvoir vacciner contre la grippe A dans leur cabinet médical. Les médecins seront approvisionnés avec des vaccins unidoses conditionnés pour une seule vaccination.

  • Les généralistes pourront-ils vacciner à partir de mardi ?
    Voir la vidéo

Vendredi 8 janvier :

- La grippe A a fait 233 morts en France depuis le début de l'épidémie, selon les chiffres diffusés par l'Institut de Veille Sanitaire (InVS). Depuis le début de l'épidémie, 1 169 cas graves ont été hospitalisés et 188 sont toujours en réanimation ou en soins intensifs.

Jeudi 7 janvier :

- Le Dr Wolfgang Wodarg, président du Comité européen de la santé, a déposé une motion, adoptée à l’unanimité par les membres du comité du Parlement européen à la santé, en faveur d'une enquête sur le rôle joué par les laboratoires pharmaceutiques dans la campagne de vaccination.

- Plus de 6,3 millions de personnes ont été infectées par la grippe pandémique H1N1 en France métropolitaine depuis le début du mois d’août, selon le réseau des Groupes régionaux d'observation de la grippe qui confirme la "décrue" de l'épidémie, mais souligne l'existence de "disparités" régionales. Depuis mi-septembre dernier, l'impact du virus est différent selon l'âge : "37 % des 5-14 ans, 25 % des 0-4 ans, 5 % des 15-64 ans, 1 % des 65 ans et plus ont consulté un médecin généraliste ou un pédiatre pour une grippe A (H1N1) 2009", note le réseau. La grippe pandémique a fait 216 morts depuis le début de l'épidémie en métropole.

Mercredi 6 janvier :

- Le ministère de la Santé a annoncé qu'il résiliait plus de la moitié des commandes de vaccins passées auprès de trois grands laboratoires pharmaceutiques. Mais l'Etat doit encore négocier pour échapper aux pénalités financières.

  • Les négociations avec les laboratoires ont commencé
    Voir la vidéo
    Avec les explications de Claude Le Pen, économiste de la santé.

Mardi 5 janvier :

- Volte face de la part du gouvernement. Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé, a annoncé que les médecins généralistes allaient pouvoir vacciner leurs patients contre la grippe A dès la semaine prochaine. Michel Chassang, le président de la Confédération des syndicats médicaux français, réagit.

Lundi 4 janvier 2010 :

- Dans la perspective d'une pandémie mondiale redoutée par l'OMS, le ministère de la Santé avait commandé l'été dernier 94 millions de doses de vaccins - d'un montant total de 869 millions d'euros - tablant sur une double injection. Il est apparu, dès le 20 novembre, qu'une dose unique suffisait à protéger les patients. Dès lors, la France a commencé à se tourner vers l'étranger pour écouler ses stocks. Depuis le début de la campagne de vaccination, lancée le 21 octobre, seules 5 millions de personnes environ ont été vaccinées.

- Signalé pour la première fois fin mars 2009 au Mexique, le virus H1N1 s'avère pour le moment moins meurtrier que redouté. Fin décembre, il avait causé près de 200 décès en France et 12 200 à travers le monde, dont 10 000 aux Etats-Unis, de loin le pays le plus touché. Pour l'OMS cependant, "il est trop tôt et prématuré d'affirmer que l'on soit arrivé à la fin de la pandémie au niveau mondial".

Mardi 29 décembre :

- L'Institut national de veille sanitaire (InVS) vient de publier une étude basée sur l'observation des formes graves de grippe H1N1. Il apparaît qu'un traitement précoce à l'oseltamivir (Tamiflu®) réduit les risques de complications et de décès. 

- L'InVS signale 198 décès depuis le début de l'épidémie, dont 32 survenus chez des personnes sans facteur de risque connu.. Fin décembre, le virus avait tué plus de 11 500 personnes dans le monde, le continent américain ayant été le plus durement frappé, selon l'OMS. Les femmes enceintes, les personnes atteintes d'obésité extrême et les plus de 65 ans se sont révélés particulièrement vulnérables au virus.

Mardi 22 décembre :

- La grippe A (H1N1) a entraîné quatre nouveaux décès en France métropolitaine depuis vendredi 18 décembre 2009, soit un total de 168 depuis le début de l'épidémie, selon l'Institut de Veille Sanitaire (InVS). Le nombre de personnes vaccinées depuis le début de la campagne de vaccination était au total de 4 347 425 dimanche 20 décembre, soit un million de plus que la semaine précédentre.

Mardi 15 décembre :

- 3,5 millions de personnes ont déjà été vaccinées contre la grippe A, mais certains patients font figure d'oubliés du dispositif : les personnes âgées ou fragilisées qui ne peuvent pas se déplacer jusqu'aux centres.

Jeudi 10 décembre :

- Pour lutter contre l'épidémie, la Direction Générale de la Santé (DGS) recommande aux médecins de prescrire à compter de ce jeudi un traitement antiviral curatif pour tous les cas suspects de grippe, et non plus seulement lorsque la suspicion est combinée à un facteur de risques. La DGS recommande de prescrire ce même traitement aux personnes ayant été en contact étroit avec un cas suspect et présentant un facteur de risque. Il leur est maintenant conseillé de prendre un antiviral à pleine dose pendant cinq jours, au lieu de la prophylaxie précédente (une demi-dose pendant 10 jours). Ces nouvelles recommandations s'appuient sur un avis rendu par les scientifiques du Comité de lutte contre la grippe.

- Depuis une semaine les internes en médecine sont réquisitionnés pour prêter main forte dans les centres de vaccination. Mais les conditions dans lesquelles sont faites ces réquisitions suscitent la grogne : les étudiants dénoncent une désorganisation totale.

  • Grippe A : les réquisitions pour la vaccination grippent l’hôpital
    Voir la vidéo

Lundi 7 décembre :

- Depuis le début de la campagne de vaccination le 20 octobre 2009, 2 145 774 personnes ont été vaccinées au total.

- La prescription de Tamiflu® devrait se généraliser : à partir de mi-décembre, cet anti-viral sera délivré gratuitement, sur ordonnance, dans les pharmacies.

  • Grippe A : le Tamiflu® bientôt généralisé et gratuit
    Voir la vidéo

Vendredi 4 décembre :

- Le seuil des 100 décès de personnes touchées par le virus de la grippe H1N1, a été dépassé en France, avec un total de 111 victimes hors départements et territoires d'outre-mer, ont indiqué les autorités sanitaires.

- Selon un arrêté du ministère de la Santé publié au Journal officiel, à partir du 15 décembre 2009, les traitements antiviraux seront désormais délivrés gratuitement sur prescription médicale dans les pharmacies.

Mercredi 2 décembre :

- Près d'un million de nouveaux cas de grippe H1N1 a été recensé en France à ce jour, selon les estimations du réseau des Grog (groupes régionaux d'observation de la grippe). La moitié des personnes hospitalisées ont moins de quatre ans. Les régions les plus touchées sont l'Alsace, le Limousin, et le Languedoc-Roussillon. Au total, environ quatre millions de Français ont contracté la grippe H1N1 depuis le mois d'août 2009.

Mardi 1er décembre :

- Pour revoir l'émission spéciale Grippe A, diffusée sur France 5, à 20 h 35, rendez-vous sur France5.fr

Vendredi 27 novembre :

- 22 morts ont été recensés en une semaine et 730 000 consultations pour grippe, soit 72 % de plus que la semaine précédente. L'épidémie de grippe A (H1N1) "s'est brutalement accélérée", a confirmé la ministre de la Santé. Deux patients porteurs d'une mutation du virus récemment signalée en Norvège sont décédés en France, a annoncé l'Institut de Veille Vanitaire (InVS). Les deux patients n'avaient pas de relations entre eux et étaient hospitalisés dans des villes différentes.

Mercredi 25 novembre :

- La campagne de vaccination contre la grippe A a débuté, mercredi 25 novembre 2009, dans les collèges et les lycées. 5,3 millions d’élèves sont concernés, mais seuls ceux ayant l’accord parental pourront être vaccinés.

Lundi 23 novembre :

 - Les autorités norvégiennes ont annoncé avoir découvert une mutation potentiellement importante du virus de la grippe A (H1N1) chez trois patients, dont deux décédés.

  • En savoir plus : Grippe A, que signifie la mutation du virus ?
    Voir la vidéo

Jeudi 19 novembre :

- La vaccination contre la grippe A (H1N1) commence vendredi 20 novembre 2009, pour les femmes enceintes et les bébés de plus de six mois. Ils doivent se rendre dans les centres collectifs, mais ils bénéficieront d’un vaccin spécifique sans adjuvant.

Mercredi 18 novembre :

- Neuf décès supplémentaires, plus de 400 000 consultations, une augmentation des cas graves : en une semaine, tous les indicateurs de la grippe A sont passés au rouge.

Lundi 16 novembre :

- Le vaccin de Sanofi Pasteur contre la grippe A (H1N1), sans adjuvant, a été approuvé par les autorités sanitaires françaises, a annoncé lundi la division vaccins de Sanofi-Aventis. Ce vaccin est désormais autorisé en France pour utilisation chez les adultes et les enfants de plus de six mois.

- Une femme de 27 ans, atteinte de grippe A (H1N1), et ne présentant aucun facteur de risque, est morte d'un arrêt cardiaque à Viry-Châtillon (), mardi 10 novembre 2009.

- L'Institut de Veille Sanitaire (InVS) a recensé 59 décès liés à la grippe A (H1N1) en France, 32 en métropole et 27 outre-mer, selon un bilan épidémiologique publié le 10 novembre 2009.

Lundi 9 novembre :

- La ministre de la Santé a lancé la deuxième vague de vaccination contre la grippe H1N1 qui concernera à partir de jeudi 12 novembre 2009 toute la population, alors que la première vague, en direction des personnels de santé, a rencontré à ce jour un faible succès. En effet, seuls 10 % des effectifs des personnels de santé se seraient fait vacciner, alors que la vaccination leur est offerte depuis le 20 octobre 2009. Un chiffre "encourageant" mais "insuffisant", selon Roselyne Bachelot.

- A partir du 25 novembre, ce sont les enfants scolarisés qui seront concernés. Les enfants du primaire se feront vacciner dans les centres de vaccination, et ceux des collèges et lycées dans leurs établissements, par des équipes mobiles.

- Selon l'Afssaps, 50 000 doses environ de vaccin Pandemrix contre la grippe H1N1 pandémique ont été administrées entre le 21 octobre et le 5 novembre aux personnels de santé des établissements hospitaliers, sans qu'il y ait eu d'effets indésirables graves notifiés à ce jour.

Mercredi 4 novembre :

- Près de 6 millions de personnes, dont l'entourage des nourrissons de moins de 6 mois, seront dans un premier temps concernées par la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1) qui débutera le 12 novembre 2009 dans la population générale, a indiqué le ministère de la Santé. Les autorités sanitaires préfèrent attendre l'arrivée d'un vaccin sans adjuvant pour les femmes enceintes. La vaccination ne sera en aucun cas obligatoire. Le schéma vaccinal prévoit toujours à ce stade deux injections (à 3 semaines d'intervalle).

Jeudi 29 octobre :

- Selon l'InVs, en Ile-de-France, le nombre de consultations pour grippe a augmenté de 55 % en une semaine. Toutes les urgences pédiatriques en Ile-de-France ont une augmentation d'activité de 75 à 80 % par rapport aux années précédentes à la même période, selon le Pr. Chéron, responsable des urgences pédiatriques de l'hôpital Necker-Enfants malades à Paris.

- La progression du virus s'intensifie dans toute la France métropolitaine : on enregistre pour la semaine du 19 au 25 octobre 2009, 22 cas graves, dont 4 décès de malades porteurs du virus A (H1N1). Depuis le début de l'épidémie, 17 décès sont attribués au virus grippal A (H1N1), dont 14 personnes confirmées en métropole. Le réseau Sentinelles fait apparaître l'Alsace parmi les régions les plus touchées (528 cas pour 100 000 habitants), avec l'Ile-de-France (450 pour 100 000 habitants), suivie du Nord-Pas-de-Calais (379), du Poitou-Charentes (292), de la Champagne-Ardenne (240) et du Midi-Pyrénées (212).

Mercredi 28 octobre :

- Les salariés de l'AP-HP ne se font pas vacciner contre la grippe A. Selon des chiffres publiés par Le Canard enchainé, sur 100 000 personnes employées par l'AP-HP, 500 seulement se sont fait vacciner le premier jour. Que se passe-t-il en France pour que personne n'ait confiance en ce vaccin contre la grippe A ?

  • Question à Jean-Marie Le Guen, président du conseil d'administration de l'AP-HP
    Voir la vidéo

Lundi 26 octobre :

- Aux Etats-Unis, le président Obama a proclamé samedi 24 octobre l'état d'urgence sanitaire, après le décès de plus de 1 000 personnes dans le pays, et au moins 20 000 hospitalisations. La déclaration permet à la secrétaire à la Santé, Kathleen Sebelius, d'ordonner l'ouverture de centres de soins dans des écoles ou de donner une priorité à la prise en charge des patients dans les hôpitaux. Une mesure prise "afin d'être prêts dans l'éventualité d'une rapide augmentation des cas dans le pays qui pourrait submerger les services de santé", selon Barack Obama.

- En France, selon un récent sondage Ifop, les Français restent méfiants, seulement 17 % souhaitent se faire vacciner contre la grippe A (H1N1).

Mardi 20 octobre :

- La campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1) a débuté mardi 20 octobre dans les hôpitaux français. Le vaccin est proposé en priorité aux soignants des services de réanimation, néonatologie, maternité et pédiatrie. Les professionnels de santé hospitaliers exposés à des patients grippés seront ensuite concernés.

Lundi 19 octobre :

- La campagne de vaccination contre la grippe A(H1N1) commencera mardi 20 octobre, en France, pour le personnel hospitalier, a annoncé le ministère de la Santé. Celle pour les citoyens débutera "après les vacances de la Toussaint, début novembre, dans l'ordre de priorité défini par le Premier ministre. Les citoyens prioritaires sont les femmes enceintes, l'entourage des nourrissons de moins de six mois et les nourrissons de six à 23 mois avec des facteurs de risques. La France a commandé 94 millions de doses du vaccin contre la grippe A (H1N1) auprès des groupes Sanofi, Novartis, GlaxoSmithKline et Baxter.

Mardi 29 septembre :

- La Commission européenne a donné son feu vert à la mise en vente en Europe de deux premiers vaccins contre la grippe A (H1N1), l'un du laboratoire suisse Novartis et l'autre du britannique GlaxoSmithKline (GSK).

Vendredi 25 septembre :

- L'Agence européenne du médicament a donné son feu vert à deux vaccins contre la grippe A (H1N1), ceux des laboratoires GlaxoSmithKline et Novartis, ouvrant la voie à des programmes de vaccination massive en Europe dans les prochaines semaines. Les vaccins doivent encore recevoir l'aval de la Commission européenne, seule habilitée à autoriser la mise en vente des vaccins, une procédure qui pourrait prendre 10 à 20 jours.

Mercredi 23 septembre :

- L'arrivée de l'épidémie de grippe clinique est confirmée en France métropolitaine, avec 265 000 nouveaux cas en deux semaines, selon les estimations du réseau Sentinelles de l'Inserm. Selon les autorités, le nouveau virus pandémique A (H1N1) est majoritaire.

- Le bureau de l'Assemblée nationale a approuvé les mesures de prévention destinées à faire face à l'épidémie de grippe H1N1. Diffusion des consignes sanitaires du ministère de la Santé, constitution d'un stock de masques et de gel hydro-alcoolique notamment, ainsi que des "mesures d'hygiène particulières" dans les restaurants en libre-service ont été décidées.

- La préfecture du Nord a annoncé avoir pris un arrêté de fermeture de l'école maternelle Wicar de Lille, à la suite de la découverte de plusieurs cas confirmés de grippe H1N1.

Mardi 22 septembre :

- Alors qu'un médecin libéral sur deux refuserait de se faire vacciner (selon un sondage IFOP publié, lundi 21 septembre, par le Quotidien du médecin), le Conseil national de l'Ordre des médecins s'est officiellement exprimé, demandant aux praticiens "de se faire vacciner et d'inciter leurs patients à se faire vacciner" contre le virus grippal H1N1 et les a encouragés "vivement à être vaccinateurs". "Aujourd'hui face à une telle pandémie, il est du devoir des médecins, premièrement d'être en état de travailler, deuxièmement de ne pas être le vecteur de la maladie, et enfin d'avoir un comportement exemplaire en protégeant les individus et les familles", a souligné le Dr Michel Legmann, président du Conseil.

Lundi 21 septembre 2009 :

- La Chine lance son programme de vaccination à Pékin, en commençant par les élèves et étudiants qui participeront, le 1er octobre, aux festivités marquant le 60e anniversaire de la République populaire.

- Un homme de 42 ans est décédé samedi 19 septembre 2009 du virus de la grippe A au CHRU de Brest. Le patient avait été admis le 24 août pour une pneumopathie.

- Le groupe pharmaceutique Sanofi-Aventis pourra livrer à la France ses vaccins contre la grippe H1N1 "à partir de fin novembre", a déclaré son directeur général. La France a commandé 94 millions de doses de vaccins contre le virus de la grippe H1N1 auprès de Sanofi, GlaxoSmithKline et Novartis.

Vendredi 18 septembre :

- La grippe H1N1 a tué au moins 3 486 personnes depuis l'apparition du nouveau virus en mars-avril dernier, a annoncé vendredi une porte-parole de l'OMS.

- Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, a annoncé que la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière commencerait le 25 septembre 2009, demandant aux Français de se faire vacciner "le plus tôt possible" pour éviter un télescopage avec la vaccination anti-grippe H1N1.

Jeudi 17 septembre :

- La France mettra à la disposition de l'OMS 9 millions de doses de vaccins contre la grippe H1N1, soit 10 % de son stock, pour aider les populations des pays les plus pauvres.

- Le gouvernement vise un niveau de service comparable à celui du mois d'août dans les transports en commun en cas de pandémie de grippe H1N1, mais il n'envisage pas leur arrêt total, a indiqué le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau.

- Lors d'une table ronde organisée à la Cité des sciences à Paris, l'épidémiologiste Antoine Flahault a précisé que le risque de contamination par le virus pandémique H1N1 est "extrêment faible dans le métro", la transmission aurait davantage de risques de se faire entre voisins de bureau, en famille ou à l'école.

- Le Luxembourg a enregistré son premier décès lié à la grippe H1N1, un homme de 55 ans qui souffrait de maladies chroniques, a annoncé le gouvernement du Grand-Duché.

- Le Brésil reste le pays le plus touché par la pandémie, avec 899 décès à ce jour.

Mercredi 16 septembre :

- Selon l'InVs, "du 7 au 13 septembre 2009, l’incidence des consultations pour grippe clinique estimée par le réseau Sentinelles était en augmentation à 164 cas pour 100 000 habitants et se situe largement au-dessus du seuil épidémique (84 cas pour 100 000 habitants - à noter que le seuil épidémique pour la grippe hivernale était fixé à 169 cas pour 100 000 en janvier 2007). Par ailleurs, les réseaux SOS Médecins et Oscour montrent une très nette augmentation de l’activité grippale. Enfin, le nombre d’épisodes de cas groupés confirmés a fortement augmenté (42 épisodes en semaine 37), notamment en milieu scolaire. La progression rapide et concordante de ces indicateurs indique que l’épidémie a débuté en France métropolitaine".

- La Commission européenne a adopté son plan de stratégie de lutte contre la pandémie H1N1. Quels que soient l'opinion publique et le point de vue des professionnels ou de certains experts, la vaccination reste, pour la Commission européenne, le principal outil de lutte contre la pandémie.

-  46 classes et 22 établissements scolaires étaient fermés mercredi matin en France à cause de la grippe H1N1. Retrouvez la liste sur le site du ministère de l'Education.

- La Food and Drug Administration a annoncé l'autorisation de mise sur le marché de quatre vaccins contre le virus H1N1, aux Etats-Unis.

Mardi 15 septembre :

- Un Français, âgé de 29 ans, en vacances en Grèce, est décédé dans un hôpital d'Athènes. L'homme "a succombé à des complications d'une insuffisance pulmonaire après sa contamination par le virus A (H1N1), a indiqué le ministère grec de la Santé.

- Un homme de 26 ans porteur de la grippe A (H1N1) est mort, dimanche 13 septembre, au CHU de Saint-Etienne. Il ne souffrait apparemment pas d'une autre maladie. Ce serait la première victime du virus, en France métropolitaine, d'une personne ne présentant pas d'"affection associée".

- Dans les Deux-Sèvres, un collège de Parthenay accueillant 426 élèves, a été fermé lundi pour une durée de six jours en raison de 25 cas suspects de grippe A.

  • Grippe A : qu'est-ce qui tue ?
    Les explications avec le Pr. Michel Aubier, chef du service de pneumologie, à l'hôpital Bichat de Paris
    Voir la vidéo

Lundi 14 septembre :

- Le gouvernement français a appelé à la vigilance, après la mort d'une jeune fille de 14 ans, hospitalisée au CHU de Brest, porteuse du virus de la grippe A et souffrant d'autres maladies sévères."Ce que nous savons, c'est que les virus, même réputés peu sévères, peuvent avoir des conséquences graves chez les populations fragiles, a expliqué le ministre de la Santé sur TF1. Ce décès montre qu'il faut "se préparer à une stratégie de vaccination" dans la mesure où "la grippe A peut avoir sur les personnes fragiles un effet très aggravant", a-t-elle précisé.

- Une jeune femme de 18 ans porteuse du virus est décédée dimanche soir au centre hospitalier universitaire (CHU) de Saint-Denis. La patiente, qui souffrait d'une maladie chronique grave entraînant un déficit immunitaire, avait été admise le 10 août au service d'hématologie.

- Après le collège de Castries, près de Montpellier, et deux classes de deux collèges qui ont suspendu leurs cours dans le département du Nord, le lycée Pierre et Marie Curie de Menton (Alpes-Maritimes) a fermé ses portes samedi, pour une durée de sept jours, en raison de l'apparition de symptômes de grippe H1N1 chez 21 élèves et deux adultes. Ailleurs, de nombreuses classes ont été fermées ponctuellement dans divers départements.

- Le gouvernement a décidé de maintenir l'alerte pour l'épidémie de grippe A au niveau 5A.

Vendredi 11 septembre :

- La circulation du virus de la grippe H1N1 "est en train de s'accélérer" depuis une semaine en France, a estimé le ministre de la Santé. "Ce que nous attendons c'est qu'avec la rentrée des classes et la rentrée sur les lieux de travail on pourrait avoir un premier pic épidémique fin septembre début octobre, mais très probablement la pandémie évoluera par vagues", a précisé Roselyne Bachelot.

- Le collège de Castries, près de Montpellier, est fermé jusqu’à lundi 21 septembre. Seize élèves scolarisés ont présenté des symptômes du virus A H1/N1 dans des classes de 4ème, 5ème et 6ème. La préfecture de l’Hérault a décidé de fermer cet établissement qui accueille 840 élèves. La continuité pédagogique sera assurée par Internet. Depuis la rentrée, plusieurs écoles et classes d’établissements secondaires ont déjà été fermées en France pour cause de grippe A.

- Outre la campagne de vaccination, qui devrait débuter fin octobre, l'Etat réfléchit à un dispositif de chômage partiel afin de venir en aide aux entreprises (TPE et PME) en difficulté, en cas d'absentéisme élevé pour cause de grippe A.

Jeudi 10 septembre :

- Le Haut Conseil de la Santé Sublique (HCSP) préconise une vaccination ciblée sur trois groupes prioritaires en France face à la grippe A (H1N1) et non une vaccination de masse. Il recommande que le vaccin soit donné en priorité aux personnels de santé et de secours, aux femmes enceintes, ainsi qu'aux nourrissons âgés de 6 à 23 mois avec facteur de risque et à leur entourage. Viennent ensuite les personnes à risque âgées de 2 à 64 ans et les nourrissons sans facteur de risque.

  • Grippe A : pourquoi cibler la vaccination ?
    Explications avec le Pr. Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations.
    Voir la vidéo

- Avec 83 cas pour 100 000 habitants, la France a atteint le seuil épidémique. Si ce dépassement devait se renouveler la semaine prochaine, la phase épidémique serait confirmée.

  • Les chiffres en question
    Explications avec Benoît Thévenet, rédacteur en chef du Magazine de la santé
    Voir la vidéo

Mercredi 9 septembre :

  • La grippe A est-elle liberticide ?
    Entretien avec le Pr. Emmanuel Hirsch, directeur de l'Espace éthique de l'Assistance publique des hôpitaux de Paris.
    Voir la vidéo

  • Don du sang : comment faire en cas d'épidémie ?
    Voir la vidéo

Mardi 8 septembre :

- Après la fermeture d'une classe de première du lycée d'Arsonval à Saint-Maur, dans le Val-de-Marne, neuf autre classes ont été suspendues sur ordre des préfectures. En Seint-Saint-Denis, les élèves d'une école primaire privée Merkaz Hatorah à Gagny sont dispensés de cours "jusqu'à nouvel ordre". En Seine-et-Marne, une classe de l'école maternelle Bel Air de Torcy a été suspendue pour une semaine, après la découverte de quatre cas. Dans l'Ariège, cinq élèves dont quatre de la même classe de 3ème étaient absents et présentaient tous des symptômes grippaux, diagnostiqués par leur médecin traitant. Dans le Lot, à Castelnau-Montratier, les cinq classes de l'école publique élémentaire fermeront pour 6 jours. Dans l'Aude, 9 cas ont été signalés au lycée Lacroix de Narbonne, dont 7 élèves d'une classe de terminale qui restera fermée six jours.

- Avec la rentrée scolaire et l'accroissement du nombre de cas à travers le pays, la Chine a déclaré qu'elle lancerait le 1er octobre, jour anniversaire de la fondation de la république communiste, sa campagne de vaccination contre la grippe A. Les quelques 200 000 participants - essentiellement des soldats et des élèves - à la parade de la fête nationale seront en priorité concernés.

Lundi 7 septembre :

- Les experts du Comité de lutte contre la grippe, présidé par Jean-Claude Manuguerra (virologue de l'Institut Pasteur), ont dressé la liste des personnes à vacciner en priorité contre le virus H1N1. Le Haut Comité de santé publique devrait examiner cette liste, avant que Roselyne Bachelot ne prenne les décisions finales. Les experts proposent de vacciner prioritairement 15 millions de personnes : 800 000 femmes enceintes, 2 millions d'enfants de moins de 2 ans, 9 millions de malades chroniques (asthmatiques, insuffisants respiratoires, diabétiques, immunodéprimés et insuffisants cardiaques) et 3 millions de personnels exposés, à savoir les professionnels de santé, les pompiers et les policiers.

  • Le point sur le vaccin avec le Pr. Jean-François Saluzzo
    Voir la vidéo

- Après la fermeture d'un collège près de Toulouse en juin pour cause de grippe H1N1, c'est une classe de 1ère du lycée d'Arsonval à Saint-Maur (Val-de-Marne) où 8 cas de grippe ont été recensés depuis la rentrée qui est fermée pour une semaine à partir de ce lundi. La préfecture du Val-de-Marne a indiqué samedi dans un communiqué avoir demandé au proviseur de "suspendre pour 7 jours les activités au sein de l'établissement scolaire" des élèves de la classe concernée "afin de réduire les risques de propagation du virus dans l'établissement".

- Un homme de 64 ans est décédé dans le Vaucluse, troisième décès en métropole, des conséquences du virus associé à de multiples facteurs de risques. Ce patient, qui souffrait d'insuffisance rénale, cardiaque, diabétique et d'obésité, a été "hospitalisé pour syndrome de détresse respiratoire".

- Le nombre cumulé de cas de grippe A(H1N1) à La Réunion s'établissait à 49 700 le 30 août, selon les autorités sanitaires de l'île, où deux personnes porteuses du virus sont décédées.

- L'épidémie de grippe A(H1N1) continue à s'étendre un peu partout dans le monde, mais la gravité de la maladie reste stable, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui fait état de 2 837 décès.

Vendredi 4 septembre :

- La ville d'Istres (Bouches-du-Rhône) a annoncé ce jour la fermeture d'une crèche de la commune pour une durée de sept jours, après la confirmation d'un cas de grippe H1N1 et l'apparition de deux cas suspects parmi les assistantes maternelles. Les enfants et les sept membres du personnel ont reçu la consigne de rester chez eux. La ville recommande "aux parents une surveillance attentive et de ne pas attendre pour faire examiner leur enfant en cas de symptôme grippal". Une cellule d'écoute (Numéro Vert : 0800 126 756) a par ailleurs été mise en place pour répondre aux interrogations de la population.

- L'Italie a enregistré son premier décès lié au virus de la grippe A (H1N1), un homme de 51 ans mort dans la nuit de jeudi à vendredi dans un hôpital de Naples.

- La pandémie qui touche au moins 177 pays dans le monde a déjà provoqué plus de 1 800 décès, selon l'Organisation mondiale de la santé.

Jeudi 3 septembre :

- Le virus de la grippe A (H1N1) aurait peu de risque de muter et de renforcer sa virulence au contact d’autres virus grippaux, selon une étude publiée par l'Université américaine du Maryland.

- Plus de 4 000 personnes par semaine en France seraient touchées par le virus.

- Un homme de 25 ans, malade du coeur, est décédé dans un hôpital d'Athènes des complications d'une pneumonie provoquée par le virus. Ce qui porte à deux le nombre de décès liés à la pandémie en Grèce.

Mercredi 2 septembre :

- Douze millions d'élèves et 870 000 enseignants reprennent le chemin de l'école en France, sous le signe de la grippe A. Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, n'a pas jugé nécessaire de reporter la rentrée, qui a lieu mercredi 2 ou jeudi 3 septembre selon les établissements, considérant que le nombre de cas "ne connaît pas d'accélération alarmante" et que "la gravité de la grippe reste modérée".

- La ministre de la Santé souhaite que le personnel de santé soit vacciné avant le personnel de sécurité contre la grippe A/H1N1. Roselyne Bachelot a ajouté vouloir "lancer la campagne sur la grippe saisonnière le 18 septembre". "Il conviendra que les personnes, en particulier les plus âgées d'entre nous, qui reçoivent des bons de vaccination gratuite sur la grippe saisonnière se fassent vacciner contre la grippe saisonnière" a-t-elle déclaré.

- La France a consacré à ce jour 1,5 milliard d'euros à la lutte contre la pandémie de grippe A (H1N1), selon Roselyne Bachelot.

- Aux Etats-Unis, tous les jeunes new-yorkais scolarisés dans le primaire seront vaccinés gratuitement à l'automne et à l'hiver contre la grippe A (H1N1) et contre la forme saisonnière de la maladie, dans le cadre d'un plan de prévention dévoilé par le maire de la ville, Michael Bloomberg.

- La grippe A a jusqu'ici été fatale à 2 185 malades à travers le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). L'ONU estime qu'elle pourrait toucher deux milliards de personnes.

Mardi 1er septembre :

- Qui va réussir à sortir le premier vaccin contre la grippe A ? Les laboratoires pharmaceutiques sont lancés dans une course effrénée depuis le début de l’été 2009 pour mettre au point un vaccin. Mais au-delà de la question des délais, il y a aussi d’énormes enjeux financiers et sur ce point le gagnant pourrait bien être un groupe chinois... Mais comment peut-on fabriquer un vaccin moins cher ?

- Premier décès en Suède d'un patient atteint de la grippe A (H1N1). Il s'agit d'une homme âgé d'une trentaine d'années, mort vendredi dans la ville d'Uppsala, à 70km au nord de la capitale Stockholm. Dans son communiqué, l'hôpital ne précise pas si l'homme était atteint d'autres pathologies et s'il avait contracté le virus H1N1 à l'étranger ou dans le pays.

- Une femme âgée de 36 ans et un nourrisson sont décédés des suites d'une pneumopathie provoquée par le virus H1N1, en Nouvelle-Calédonie. Ces deux décès portent à sept le nombre de victimes porteuses du virus dans l'île. A ce jour, treize personnes porteuses du virus sont décédées en France : deux en métropole, sept en Nouvelle-Calédonie, trois en Polynésie française et une à La Réunion.

Lundi 31 août :

- La France en fait-elle trop ?

  • Entretien avec le Dr Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières
    Voir la vidéo

- Selon les estimations, 35 000 personnes pourraient avoir été touchées par la grippe A (H1N1) en Nouvelle-Calédonie depuis la fin du mois de juin, mais les professionnels de santé de l'archipel estiment désormais que le plus fort de l'épidémie est derrière eux.

- D'importants lots de masques FFP2 (filtrants à l'inspiration) et chirurgicaux (FFP1) ont été commandés par les grandes entreprises, dans les transports et la grande distribution notamment (3 millions de masques FFP2 par Auchan, 18 millions par la SNCF, dont 8 millions de type FFP2, et 4 millions par le groupe Axa, etc.). Porter un masque de type chirurgical (FFP1) évite de contaminer son entourage (à condition de le changer régulièrement), mais seuls les masques FFP2 et FFP3 protègent leurs utilisateurs.

  • Faut-il porter le masque en cas d'explosion épidémique ?
    Voir la réponse en vidéo, avec Michel Cymes et Marina Carrère d'Encausse.

- Selon un sondage TNS Sofres/Logica effectué pour Le Figaro Magazine du 18 au 19 août 2009, près de deux tiers des Français ne sont pas inquiets face à une possible épidémie, 78 % des personnes interrogées pensent en outre que la France est bien préparée.

- La France devrait attendre la mi-octobre pour avoir la majorité des 94 millions de doses de vaccin commandées et les autorisations de mise sur le marché.

Vendredi 28 août :

- La France et la Grande-Bretagne ont reçu les premières doses de vaccins contre la grippe A ont annoncé hier les ministères de la Santé des deux pays. Mais ces vaccins n'ont pas encore reçu d'autorisation de mise sur le marché. La France a commandé 94 millions de doses de vaccins.

- L'OMS publie ses dernières informations permettant de tirer des conclusions provisoires sur l’évolution probable de la pandémie au cours des prochains mois.

Jeudi 27 août :

- Le plan de vaccination en France sera opérationnel à partir du 28 septembre selon une circulaire des ministres de l'Intérieur et de la Santé. Ce plan, qui pourra être activé par les préfets, prévoit au moins 3 centres de vaccination par département et des équipes mobiles se déplaçant dans les établissements scolaires. Mais les vaccins ne seront probablement pas disponibles à cette date.

- La Réunion a probablement enregistré ses deux premiers décès liés à l'épidémie de grippe A. Les victimes âgées de 90 ans et 60 ans souffraient de lourdes pathologies chroniques. L'analyse de prélèvements sanguins doit confirmer la présence du virus H1N1.

- Selon une information publiée par l'hebdomaire Le Point, les infirmières et médecins en néonatalogie et en réanimation pédiatrique seront les premiers à être vaccinés. L'opération pourrait avoir lieu autour du 20 septembre.

- Le Brésil est actuellement le pays qui compte le plus grand nombre de morts liés au virus H1N1. Le dernier bilan, publié hier par le ministère brésilien de la Santé, fait état de 557 décès. Le continent américain est la région du monde la plus touchée par le virus, avec 90 % des cas recensés par l'Organisation Mondiale de la Santé.

Mercredi 26 août :

- 51% des personnes décédées de la grippe A dans le monde avaient entre 20 et 49 ans, selon une étude publiée dans la revue Eurosurveillance. Les chercheurs ont analysé 574 des 684 décès survenus entre le début de la pandémie et le 16 juillet. L'âge moyen des victimes était de 37 ans, et dans la moitié des cas, aucune maladie préexistente n'avait été signalée. Parmi les cas mortels, 12% concernaient des enfants de 0 à 9 ans et 10% des jeunes de 10 à 19 ans, et 16 décès ont été recensés chez des femmes enceintes.

- Les experts de la santé de l'Union Européenne, réunis hier à Bruxelles, recommandent de vacciner en priorité les personnes de plus de 6 mois souffrant de pathologies chroniques, les femmes enceintes et le personnel médical. Ces groupes prioritaires sont "indicatifs" et les pays de l'UE restent libres d'adapter leur stratégie vaccinale en fonction de leur situation sanitaire et de leurs ressources, précisent les experts.

Mardi 25 août :

- Selon le dernier bilan de l'Institut de veille sanitaire (InVS) publié hier, 10 personnes sont mortes de la grippe A en France (2 en métropole, 5 en Nouvelle-Calédonie et 3 en Polynésie française). En métropole, la deuxième victime est une femme de 56 ans résidant dans un foyer pour adultes handicapés de Mont-de-Marsan (Landes). Elle présentait plusieurs pathologies chroniques et avait été hospitalisée mercredi pour une infection pulmonaire.

- 3 000. C'est le nombre de cas de grippe A estimés par semaine en France. Ce chiffre, annoncé hier par le Ministre de la Santé, Roseline Bachelot, résulte d'un nouveau système de comptage fondé sur le nombre de visites chez les médecins généralistes.

- La grippe A pourrait contaminer près de la moitié de la population américaine cet automne et cet hiver et provoquer jusqu'à 90 000 morts ont annoncé hier des conseillers scientifiques du président américain Barack Obama.

Lundi 24 août :

- Le nombre de décès liés à la grippe A (H1N1) s'élève désormais à cinq, en Nouvelle-Calédonie. Les deux nouveaux morts ont été confirmés, lundi 24 août 2009, par la Direction de l'Action Sanitaire et Sociale (DASS) de l'île. Les deux personnes - un homme de 30 ans, une femme de 46 ans - étaient hospitalisées depuis mi-août. Contrairement aux précédentes victimes de l'épidémie, "ces deux patients ne présentaient aucun facteur de risque connu", indique la DASS. Ils sont tous deux morts des suites d'une pneumopathie causée par la grippe A.

- L’OMS a publié des lignes directrices sur l’utilisation des antiviraux pour la prise en charge des patients infectés par le virus pandémique H1N1. Elles recommandent l'usage de l’oseltamivir et du zanamivir pour éviter les formes graves et les décès, réduire le nombre des hospitalisations et diminuer leur durée.

- Après le ministère de l'Education nationale, la secrétaire d'Etat chargée de la famille et de la solidarité, Nadine Morano, a présenté le plan élaboré pour protéger les enfants jusqu'à 3 ans de la grippe A. Les directeurs de crèches devront signaler les cas groupés - au moins trois en une semaine. Le préfet décidera ou non d'une fermeture temporaire pour éviter la diffusion du virus. Ces consignes adressées pour la rentrée aux 9 405 crèches et 300 000 assistantes maternelles ressemblent à celles qui ont été prévues dans les écoles. Un dispositif est aussi prévu pour informer au mieux les familles. Plus d'un million de documents seront ainsi diffusés à destination des parents à la rentrée.

Vendredi 21 août :

- En Nouvelle-Calédonie, une femme de 58 ans et un homme de 27 ans sont décédés des suites de la grippe A. Les deux victimes ont succombé à une pneumonie et présentaient des facteurs de risques. Ces 2 nouveaux décès portent à 3 le nombre de victimes de la grippe A à Nouméa, après la mort, lundi. d'une fillette de 8 ans.

- Marc Gentilini, ancien président de la Croix-Rouge française, dénonce ce matin dans le journal Le Parisien, "l'emballement politico-médiatique" face à la grippe A et demande au Président de la République et au Premier ministre de "refixer le cap" au gouvernement. Selon lui, "certains experts ... tiennent un discours catastrophiste et forcent notre gouvernement à en faire trop". Interrogé sur la fermeture des classes si plus de trois élèves sont malades en une semaine, Marc Gentilini déclare que ces mesures d'exclusion sont "inefficaces et inapplicables".

Jeudi 20 août :

- 1 799 décès dans le monde. C'est le dernier bilan de l'épidémie de grippe A publié hier par l'Organisation Mondiale de la Santé. Le continent américain, où l'on recense 1 579 décès, est le plus touché, suivi par l'Asie du sud-est (106 décès) et l'Europe (53 décès). En France, sur les 3 décès recensés à ce jour, 2 sont toujours en cours d'investigation pour confirmer la présence du virus. Selon le dernier bilan publié par l'Institut de veille sanitaire, la France métropolitaine compte 1 223 cas probables et confirmés de grippe A. 

- La grippe A a été diagnostiquée chez 20 étudiants italiens en stage sportif et linguistique à Eaubonne (Val-d'Oise). Selon la préfecture "il s'agit de cas bénins".

- En Australie, où 121 décès liés au virus ont été enregistrés, le ministère de la Santé annonce qu'une campagne de vaccination va débuter en septembre. 

Mercredi 19 août :

- Une fillette de 8 ans est décédée lundi des suites de la grippe A à Nouméa en Nouvelle-Calédonie. Placée sous traitement antiviral depuis une semaine, elle a succombé à une pneumonie. Ce nouveau décès porte à 3 le nombre de victimes du virus H1N1 en France.

- Roseline Bachelot, ministre de la Santé, a déclaré ce matin qu'il était "trop tôt" pour passer au niveau d'alerte 6 en France. Selon elle, il y avait la semaine dernière 23 000 consultations pour la grippe et les experts estiment qu'il y a pandémie à partir de 70 000 consultations par semaine. Le ministre a également indiqué que les vaccins devraient être disponibles "fin septembre/mi-octobre" et que les femmes enceintes feront partie des "publics prioritaires".

- Face à l'extension de la pandémie de grippe A, le pèlerinage à La Mecque à l'occasion du ramadan est déconseillé par le Conseil français du culte musulman (CFCM)  La maladie est responsable de 14 décès en Arabie Saoudite.

Mardi 18 août :

- Aux Pays-Bas, le ministère de la Santé annonce qu'une campagne de vaccination contre la grippe A sera organisée en octobre pour les populations les plus à risques, soit 5 à 6 millions de personnes.

Lundi 17 août :

- À la rentrée, une classe pourra être fermée si 3 cas de grippe A surviennent en moins d'une semaine, a indiqué hier Luc Chatel, le ministre de l'Education nationale.

- Une femme de 23 ans, enceinte de 7 mois, aurait succombé au virus de la grippe A au début du mois d'août en Polynésie française. Les analyses pratiquées sur la patiente ont révélé la présence du virus. Des prélèvements ont été transmis à Paris pour confirmation.

Source : Avec AFP, Reuters, LeFigaro.fr, LeMonde.fr, InVs


Le point sur l'épidémie de grippe A (H1N1) et les tests cliniques du vaccin

Les test cliniques avant le lancement de la campagne de vaccination contre le virus A (H1N1)

Une préoccupation internationale. Le comité d'urgence convoqué, samedi 25 avril 2009, par l'Organisation mondiale de la santé a conclu que l'apparition d'un virus de la grippe porcine transmissible d'homme à homme représentait une "urgence en terme de santé publique et une préoccupation internationale". En vertu de cette conclusion, la directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, "a recommandé (...) que tous les pays intensifient leur surveillance de tous les cas inhabituels de maladie ressemblant à une grippe ou à une grave pneumonie".

La grippe saisonnière tue chaque année entre 200 000 et 500 000 personnes. La grippe A (H1N1) peut aussi toucher des jeunes adultes en bonne santé. Elle se transmet par voie respiratoire, d'homme à homme. Les symptômes (fièvre, maux de tête, toux, courbatures) sont similaires à ceux de la grippe saisonnière qui tue chaque année dans le monde entre deux cent cinquante mille et cinq cent mille personnes.

A/H1N1, une nouvelle grippe. Ce type de virus de la grippe H1N1, (à ne pas confondre avec le H5N1 de la grippe aviaire), n’a jamais été observé auparavant dans le monde. C'est la première fois que les chercheurs découvrent une souche aviaire, deux souches porcines et une souche humaine au sein du même virus. Ce nouvel H1N1 résiste aux antiviraux amantadine et rimantadine, mais est sensible à des molécules plus récentes, tels que l'oseltamivir et le zanamivir.

Alerte niveau 6. Le comité d'urgence de l'OMS, a relevé son degré d'alerte pandémique au niveau 6, jeudi 11 juin 2009, sur une échelle allant de 1 à 6. La France reste au niveau 5A. La phase 4 définit une maladie qui se transmet d'humain à humain jusqu'à provoquer une épidémie au niveau d'une communauté. Le niveau 5 signifie que la maladie se répand entre humains dans au moins deux pays d'une même région et la phase 6 correspond à l'état de pandémie, soit une transmission soutenue d'humain à humain au niveau mondial.

Dans le monde, la diffusion du virus continue de progresser. Depuis le 16 juillet 2009, l’OMS recommande l’arrêt du décompte des cas individuels dans les pays fortement touchés, au profit d’une surveillance des recours aux soins liés à la grippe. Ainsi, le bilan officiel des cas confirmés et/ou probables sous-estime largement l’ampleur de l’épidémie et ne constitue plus un indicateur fiable de l’évolution de la pandémie.

De fait, de nombreux pays ne communiquent plus de façon régulière sur leur nombre de nouveaux cas confirmés. Par ailleurs, dans de nombreux pays, seuls les cas graves et/ou groupés bénéficient d’une confirmation biologique.

Le vaccin. La France a décidé d'acheter 94 millions de doses de vaccin contre la grippe A(H1N1) pour un montant d'un milliard d'euros auprès de trois laboratoires. Les vaccins contre la grippe A (H1N1) sont proposés aux Français, depuis le 20 octobre 2009. La vaccination n'est pas obligatoire obligatoire.

(Source : Avec AFP, AP, Reuters, InVS, OMS)

En savoir plus :

Recommandations sanitaires et utilité des antiviraux

La France dispose-t-elle de stocks suffisants de médicaments pour lutter contre une épidémie de grippe A ?

Les symptômes de la grippe A (H1N1) sont ceux d’une grippe saisonnière : fièvre, toux, écoulement nasal, douleurs articulaires et/ou musculaires, fatigue persistante. En cas d'apparition de fièvre ou de signes respiratoires, les personnes doivent consulter rapidement leur médecin traitant.

Depuis le 23 juillet 2009, le dispositif de prise en charge de la nouvelle grippe mobilise les médecins libéraux. Les patients sont traités par les médecins de ville et non plus par les hôpitaux, exceptés dans les cas les plus graves. A partir partir du 15 décembre 2009, l'Oseltamivir sera délivré gratuitement, sur ordonnance, dans les pharmacies.

Si vous êtes en forme, votre médecin vous prescrira deux ou trois jours de repos à domicile, avec un traitement classique type paracétamol ou ibuprofène. Si vous avez des visiteurs, et notamment des personnes à risque, il pourra vous fournir des masques protecteurs.

Si vous êtes initialement fragile, votre praticien pourra vous prescrire un traitement antiviral. S'il ne note pas d'évolution favorable au bout de 48 h, il pourra être amené à vous adresser au service spécialisé d’un hôpital.

Des antiviraux contre la grippe saisonnière sont disponibles dans certains pays et ils permettent de prévenir et de traiter efficacement cette maladie. Il existe deux classes d’antiviraux : 1) les adamantanes (amantadine et rémantadine) et 2) les inhibiteurs de la neuraminidase des virus grippaux (oseltamivir et zanamivir).

La plupart des cas de grippe A notifiés ont montré un rétablissement complet sans assistance médicale ni antiviraux.

Certains virus grippaux développent une résistance aux antiviraux, limitant l’efficacité de la chimioprophylaxie et du traitement. Les virus obtenus à partir des cas de grippe porcine dépistés chez l’homme sont sensibles à l’oseltamivir et au zanamivir mais résistants à l’amantadine et à la rémantadine. Ces médicaments sont efficaces contre tous les virus grippaux connus à ce jour. En effet, malgré les mutations, l'oseltamivir a pour particularité d'agir sur une partie constante du virus.

Sachez que l’oseltamivir n’a d’intérêt que si vous êtes infecté. La molécule ne tue pas le virus, mais freine sa multiplication dans l'organisme, il ne sert donc à rien de le prendre en prévention. L'oseltamivir n'est pas un vaccin, il ne protègera pas de l'infection, par contre s'il y a infection il va la traiter. L'usage des antibiotiques ou des antiviraux ne se fait que lorsqu'il y a infection virale ou bactérienne.

L’OMS a publié, vendredi 21 août 2009, des lignes directrices sur l’utilisation des antiviraux pour la prise en charge des patients infectés par le virus pandémique H1N1. Elles découlent du consensus auquel sont parvenus les experts d’un tableau international, après avoir examiné toutes les études publiées sur l’innocuité et l’efficacité de ces médicaments. L’accent a été mis sur l’utilisation de l’oseltamivir et du zanamivir pour éviter les formes graves et les décès, réduire le nombre des hospitalisations et diminuer leur durée.

La Commission européenne a adopté, mardi 15 septembre 2009, son plan de stratégie de lutte contre la pandémie H1N1. Quels que soient l'opinion publique et le point de vue des professionnels ou de certains experts, la vaccination reste, pour la Commission européenne, le principal outil de lutte contre la pandémie.

Source : Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

Ces recommandations sont susceptibles d'évoluer en fonction de l'évolution de la situation et des informations disponibles.

De manière générale, et quelque soit le pays dans lequel vous résidez ou séjournez :

  • Conformez-vous aux recommandations émises par les autorités sanitaires locales
  • Évitez les lieux de rassemblement (salles de spectacles, réunions publiques, etc.),
  • Lavez-vous souvent les mains à l’eau et au savon, ou avec une solution hydroalcoolique
  • Aérez régulièrement les lieux dans lesquels vous vous trouvez
  • Évitez le contact avec les personnes malades
  • Consultez un médecin en cas de fièvre ou de symptômes grippaux (courbatures, douleurs musculaires notamment).
  • Pour toute aide lors d'un séjour à l'étranger, prenez contact avec l’ambassade ou le consulat

Pour en savoir plus :

  • Plateforme téléphonique Grippe A
    Tél. : 0 825 302 302 (0,15 euro/min depuis un poste fixe)
    Informations sur l'épidémie et la grippe A
  • Plateforme du Ministère des affaires étrangères
    Tél. : 01 45 50 34 60 (prix d’un appel local depuis un poste fixe)
    Depuis l’étranger : +33 1 53 56 73 23
    Informations voyageurs.

Source : InVS, OMS et ministère de la Santé

 

S'informer sur le A/H1N1

Sources d'informations officielles

  • Health Map
  • Carte des épidémies dans le monde (décochez toutes les cases et cochez "influenza" ou "grippe").

Contacts utiles

  • Info' Pandémie grippale
    Tél. : 0 825 302 302 (0,15 centime d'euro la minute)
    Plate-forme d'information sur la grippe A H1N1 et site interministériel traitant des menaces pandémiques grippales.
  • InfoVac
    Ligne directe d'information et de consultation sur les vaccins.

Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Actualités :

Questions/Réponses :

Livre

  • La vérité sur la grippe A H1N1
    "La prévention, le traitement, le vaccin, la gestion de l'épidémie"
    Pr. Bruno Lina, Dr Jérôme Salomon
    Ed. Frison-Roche, septembre 2009

Avez-vous la grippe ? Testez-vous en ligne !

TEST

  • Avez-vous la grippe ?
    Ce quizz est un questionnaire d'auto-évaluation en ligne. Simple et rapide d'utilisation, il vous permet de :
    - apprécier le risque d'avoir attrapé la grippe (A ou saisonnière)
    - vous orienter en fonction des résultats de l'évaluation
    - trouver les réponses à vos questions sur la grippe

Ce test a été conçu par une équipe de médecins et d'experts animée par le Dr Loïc Etienne, médecin-urgentiste.

LE FORUM
Echangez, dialoguez, questionnez... sur notre forum dédié à la grippe A. 

NB : Les modérateurs des forums de discussions de Bonjour-docteur.com sont tous étudiants en médecine, en quatrième année minimum, externes ou internes de médecine et bénévoles.

Sponsorisé par Ligatus