1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Coronavirus

Covid-19 : une immunité observée chez des patients guéris

Des médecins chinois ont observé dans le sang de patients guéris les preuves d’une immunité spécifique au coronavirus. Cette immunité permettrait d’éviter les deuxièmes infections et pourrait aider à l’élaboration d’un vaccin.

Rédigé le , mis à jour le

Covid-19 : une immunité observée chez des patients guéris
Image d'illustration. Représentation conceptuelle en 3D du coronavirus SARS-CoV-2 et d'anticorps spécifiques à ce virus.. Crédits Photo : © Shutterstock / Kateryna Kon

Bonne nouvelle dans la lutte contre le coronavirus. Des médecins chinois ont observé une immunité efficace contre le SARS-CoV-2 chez des patients guéris du Covid-19. Cela signifierait qu’une réponse immunitaire existe contre ce virus, réduisant ainsi les risques de deuxième infection.

A lire aussi : Coronavirus : pourquoi les "passeports immunitaires" sont une mauvaise idée

14 patients récemment guéris à l’étude

A l’origine de cette étude pré-publiée dans la revue Immunity le 3 mai 2020 : des médecins de l’hôpital Chui Yang Liu et de l’université de Tsinghua à Pékin, en Chine. Pour mieux comprendre la réponse immunitaire de l’organisme au coronavirus, ils ont collecté le sang de 14 patients souffrant du Covid-19 et récemment guéris. Ils ont ensuite cherché dans ces échantillons des cellules et des molécules du système immunitaire.

Les 14 patients présentaient des symptômes légers du Covid-19 et ont été testés positifs par test PCR. Huit d’entre eux venaient de quitter l’hôpital mais les six autres étaient sortis depuis deux semaines.

Traquer les anticorps et les lymphocytes

Parmi les marqueurs recherchés dans leur sang se trouvent deux types d’anticorps, des molécules que le corps fabrique de façon ciblée pour se défendre contre un virus ou une bactérie. Les anticorps IgM, qui sont les premiers à être fabriqués en cas d’infection, et les anticorps IgG, qui participent à la mémoire immunitaire sur le long terme. Leur présence prouve que l’organisme se défend contre le virus et se souvient de lui pour éviter une deuxième infection.

Les médecins ont également cherché la présence de lymphocytes T, des globules blancs capables de détruire les cellules infectées par un virus.

Des anticorps présents et persistants

Résultats : Par rapport à des témoins sains, les 14 patients présentaient des niveaux plus élevés d’anticorps IgG et IgM spécifiques du SARS-CoV-2. Mieux, les anticorps IgG étaient toujours présents chez les six patients sortis de l’hôpital depuis deux semaines.
En résumé, cela signifie que les patients atteints du Covid-19 peuvent développer des anticorps en réponse au virus et que ces anticorps persistent dans le sang pendant au moins deux semaines après la sortie de l'hôpital.

Autre constat : 13 patients sur 14 présentaient des anticorps dits "neutralisants" contre le virus qui, comme leur nom l’indique, sont capables de neutraliser et de détruire le virus ciblé.
Enfin, chez les huit patients sortis récemment de l’hôpital, les chercheurs ont aussi détecté des concentrations plus élevées de lymphocytes T, les globules blancs qui jouent un rôle essentiel dans la mémoire immunitaire.

Concevoir un vaccin "efficace"

Ces travaux sont encourageants et devraient permettre de mieux comprendre la réponse immunitaire du corps humain contre ce coronavirus. Ils pourraient même aider à "la conception d’un vaccin efficace pour protéger et traiter l’infection par le SARS-CoV-2", avancent les auteurs de l’étude.

Principale limite de cette étude : le très petit échantillon de patients sur lequel elle s’appuie. Ces résultats seront donc à "confirmer dans une plus grande cohorte de patients Covid-19", notamment pour savoir si l’âge des patients peut jouer un rôle dans leur réponse immunitaire, reconnaissent les médecins dans leur publication.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr