1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Choléra

Soupçons de choléra dans un vol en provenance d'Oran

EN BREF – Sur le tarmac de l'aéroport de Perpignan, dans un avion en provenance d'Oran, un enfant soupçonné d'être porteur du vibrion du choléra a fait l'objet d'une prise en charge par les pompiers. La maladie est récemment réapparue en Algérie.

Rédigé le

Soupçons de choléra dans un vol en provenance d'Oran
Image d'illustration.

Selon l'Agence France Presse, les occupants d'un avion de ligne en provenance d'Oran (Algérie) ont été prises en charge ce 5 septembre à l'aéroport de Perpignan en raison d'une suspicion de choléra chez un enfant voyageant à bord.

Le choléra a fait son retour en Algérie dans le courant du mois d'août. Début septembre, les autorités recensaient une soixantaine de cas confirmés et deux morts. Si les nouveaux cas sont désormais circonscrits dans l’une des six régions initialement concernées, la vigilance reste de mise à l’échelle nationale et internationale.

"Un enfant est susceptible d'être porteur du choléra et va être évacué vers l'hôpital pour des examens", ont indiqué les pompiers aux journalistes.

Après avoir été retenus à bord un peu plus d'une heure, les 146 autres passagers et les membres d'équipage ont été évacués vers 15h15.

"Aucune raison de paniquer"

"Il faut redescendre d'un cran avec cet affaire", nous confie le professeur Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Tenon. "On a plutôt l'habitude de traiter des cas en provenance du Yémen, d'Afghanistan, de zones de conflits. Mais ce cas-là n'a rien d'inquiétant. Premièrement, parce qu'il n'est pas encore confirmé. Ensuite, parce que le niveau de transmissibilité du choléra est extrêmement faible, quinze fois inférieur à la rougeole. Ce n'est pas Ebola ! Il est peu probable que d'autres voyageurs aient été contaminés."

Troisième raison de garder la tête froide, "en France, les procédures d'isolement sont très bien définies, avec des mesures renforcées, notamment pour éviter ce qu'on appelle le péril fécal (il s'agit d'avoir un circuit dédié pour l'élimination des selles). N'importe quel hôpital du territoire peut faire cela".

Enfin, le Pr Pialoux souligne que le choléra est une maladie qui est grave "dans les pays où les structures hospitalières sont fortement dégradées". "En Europe, il n'y a pas de mort lié à des cas importés, et il n'y a actuellement aucun risque épidémique".

Voir également : La réapparition du choléra en Algérie, une crise révélatrice de nombreux dysfonctionnements