1. / Maladies
  2. / Drogues et addictions
  3. / Arrêt du tabac, cigarette électronique

La cigarette électronique moins dangereuse que le tabac

La cigarette électronique est-elle néfaste pour la santé ? Voilà une épineuse question qui ne cesse de revenir dans les médias, comme dans la littérature scientifique. Afin d'y voir plus clair, malgré le manque de recul pour un dispositif récent, une équipe de chercheurs a regroupé près de 100 études, et concluent que la cigarette électronique, ou e-cigarette, reste de loin moins dangereuse que le tabac.

Rédigé le , mis à jour le

La cigarette électronique moins dangereuse que le tabac
La cigarette électronique moins dangereuse que le tabac

De plus en plus populaire, la cigarette électronique ne cesse de faire parler d'elle et les études scientifiques à son sujet se suivent. Elles cherchent à dépister d'éventuels effets néfastes pour la santé, aussi bien dans leur composition que dans leur usage. Une étude publiée le 31 juillet 2014 a regroupé 99 de ces études, pour la plupart réalisées en Europe ou aux Etats-Unis, pour essayer de dégager les principales tendances.

"Vapoter" pour réduire sa dépendance

Bilan ? Ce sont principalement les personnes déjà fumeuses qui sont les plus susceptibles de se tourner vers ce dispositif. La cigarette électronique ne semble donc pas inciter à la consommation de tabac, comme le craignaient certains de ses détracteurs.

Les utilisateurs de cigarettes électroniques affirment dans la plupart des cas (42 à 99% selon l'étude prise en considération) que cet usage les a aidés à arrêter de fumer ou à diminuer leur consommation (60 à 86%). Aussi, la cigarette électronique est perçue comme moins addictive que la cigarette conventionnelle. "En Grande-Bretagne où les données sur l'usage de cigarettes électroniques et conventionnelles sont les plus abondantes, l'augmentation de l'utilisation de la cigarette électronique s'accompagne d'une augmentation du taux d'abandon de la cigarette, une réduction continue du nombre de fumeurs mais pas de l'augmentation de la consommation de tabac", indique l'étude.

Les auteurs précisent cependant que ces résultats sont à prendre avec précaution puisque les "vapoteurs" (les utilisateurs de cigarettes électroniques) sont souvent recrutés par Internet pour participer aux études, or ce sont plus souvent les convaincus qui se prêtent à ces études.

Une plus faible teneur en produits toxiques

L'un des plus grandes interrogations concernant l'innocuité des cigarettes électroniques porte sur la composition des substances liquides qu'elles renferment et celles des vapeurs inhalées. Selon les auteurs : "les e-liquides et aérosols testés contiennent des substances toxiques en concentrations bien moins importantes que dans la fumée de cigarette, ainsi que des concentrations négligeables en substances cancérigènes." De la même façon, "l'exposition passive aux aérosols de cigarette électronique peut exposer les non-fumeurs à la nicotine, mais à des concentrations qui ne sont pas susceptibles de causer le moindre effet pharmacologique".

Le regroupement d'études souligne également qu'aucune d'entre elles ne rapporte la survenue d'effets néfastes graves suite à l'utilisation de cigarette électronique. Toutefois, les effets à long terme ne sont pas encore connus faute de recul temporel. Mais selon es auteurs, ces effets seront probablement moins nocifs que pour la cigarette conventionnelle puisqu'elles ne rejettent pas de substances cancérigènes issus de la combustion. Les auteurs rappellent cependant que "l'ingestion de e-liquide peut être dangereuse, voire mortelle, en particulier chez les jeunes enfants."

Source : Electronic cigarettes: review of use, content, safety, effects on smokers and potential for harm and benefit. Addiction. Peter Hajek et al. 31 juillet 2014. doi:10.1111/add.12659

VOIR AUSSI