Baisse record des ventes de cigarettes en France

Les ventes de cigarettes ont chuté de 7,6% en 2013, "un recul sans précédent" depuis 10 ans, selon des données de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) relayées le 26 février 2014 par le quotidien Les Echos. Selon les analystes de l'OFDT, cette baisse s'explique à la fois par l'augmentation du prix du tabac et par l'essor de la cigarette électronique sur le marché français.

Rédigé le

Baisse record des ventes de cigarettes en France
Baisse record des ventes de cigarettes en France

Selon le quotidien Les Echos, relayant les chiffres de l'OFDT sur le marché du tabac en 2013 (actuellement non accessibles sur le site de l'OFDT), "les ventes de cigarettes ont chuté de 7,6%, un recul sans précédent depuis les fortes hausses de prix de 2003 et 2004".

"Les buralistes ont vendu 47,5 milliards de cigarettes l'an dernier, 4 milliards de moins qu'en 2012. Le tabac à rouler continue certes de progresser, mais beaucoup moins vite (+ 2,6%)", précise le quotidien économique.

Pour l'Observatoire, poursuit le quotidien économique, "cette baisse exceptionnelle" peut s'expliquer d'une part par "la régularité de l'augmentation des prix au cours des quatre dernières années, qui a porté celui du paquet de cigarettes de la marque la plus vendue à près de 7 euros", et d'autre part par "l'essor prononcé de la cigarette électronique".

La part de la baisse imputable à l'essor de la cigarette électronique n'est toutefois pas précisée.

La cigarette électronique n'est pas une panacée

Une enquête de l'OFDT sur la cigarette électronique, menée auprès de 2.000 individus âgés de 15 à 75 ans, réalisée fin 2013, révèle que 8 et 9 millions de Français auraient déjà essayé ce dispositif.

La moitié des participants déclarant utiliser simultanément tabac et cigarette électronique affirment que leur objectif principal "est d'arrêter toute consommation de ces deux produits". Parmi les motifs évoqués, viennent ensuite "la réduction de la consommation de tabac mais sans arrêt complet" (11,5%) puis "le remplacement du tabac par la cigarette électronique" (8,2%) ce qui, note l'OFDT, "peut s’apparenter dans les deux cas à une forme de réduction des risques". Les autres utilisateurs mettent en avant la moindre dangerosité pour la santé, la diminution des désagréments du tabac, celle des dépenses et le fait de pouvoir vapoter partout.

Comme le précise l'OFDT, "parmi la très faible proportion d’enquêtés qui sont anciens fumeurs (même occasionnels) et usagers dans le mois de la cigarette électronique (soit 1,2%), la plupart (84%) estiment avoir arrêté complètement de fumer grâce à celle-ci : cela représente 1% de la population française."

"Sans présager de l’efficacité réelle de la cigarette électronique pour le sevrage tabagique", souligne l'OFDT, "il semble bien que les fumeurs soient convaincus de son utilité pour atteindre ce but, comme alternative aux substituts nicotiniques et aux médicaments pour l’arrêt du tabac".

Au regard de l’extrême dangerosité du tabac, l’essor de la cigarette électronique enthousiasme de nombreux médecins. Selon plusieurs études, lorsqu’ils sont utilisés pour dispenser de la nicotine, ces dispositifs ont une efficacité analogue aux patchs nicotiniques pour le sevrage tabagique à court terme. Toutefois, son efficacité à long terme n’est pas avérée. De fait, les e-cigarettes sont aujourd’hui moins considérées comme une aide au sevrage tabagique que comme une aide au sevrage de la gestuelle tabagique.