1. / Maladies
  2. / Covid

Ouvrir les fenêtres, un geste essentiel pour lutter contre l’épidémie

Aérer les pièces : le geste est simple. Mais pourtant; nous le négligeons trop souvent. C’est ce que soulignent quatre spécialistes de la circulation des virus dans la revue médicale britannique BMJ.   

Rédigé le

Ouvrir les fenêtres, un geste essentiel pour lutter contre l’épidémie

Depuis le début de la pandémie, nous avons pris l’habitude de respecter les gestes barrières : port du masque, distanciation, désinfection des mains et des surfaces... Mais une recommandation ne serait pas suffisamment appliquée: l’aération des pièces.  Une mesure pourtant essentielle pour lutter contre la propagation du virus. « Dans une pièce confinée, les études montrent qu'il y a 10 fois plus de risques de se contaminer que lorsqu’on est à l’extérieur, explique le Dr Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré (AP-HP). Au début de la pandémie, en Chine, un cas intéressant avait été relevé. Il y avait eu des contaminations sans que les individus ne se croisent jamais, dans un ascenseur, où justement il n’y avait pas d’aération. Les individus s’y étaient retrouvés les uns à la suite des autres et s’étaient contaminés au sein d’un même immeuble.» 

Des particules restent en suspension plusieurs heures

Se contaminer sans même se croiser, c’est possible : quand nous expirons, nous émettons de toutes petites particules, qui peuvent être porteuses du virus. Or, ces particules peuvent rester en suspension pendant plusieurs heures.  Il est donc nécessaire de renouveler fréquemment l’air pour éviter les contaminations.  « Il faut aérer idéalement 10 minutes toutes les heures les pièces, pour permettre justement d’assurer une ventilation suffisante. Et évidemment, ce n’est pas parce qu’on aère une pièce qu'il faut enlever son masque: Il faut essayer de le garder le plus possible »,  ajoute le Dr Benjamin Davido.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr