1. / Maladies
  2. / Covid

Jean Castex : "La quatrième vague, on y est"

Face à la nouvelle flambée épidémique, le Premier ministre a annoncé l’ouverture de cinq millions de rendez-vous de vaccination dans les 15 jours, visant 50 millions de primo-injections d’ici fin août.

Rédigé le

Jean Castex :
©Frederic Legrand / Shutterstock

"La quatrième vague, on y est." Invité du journal de 13 heures de TF1 ce 21 juillet, le Premier ministre Jean Castex a alerté sur la situation épidémique en France, révélant que le nombre de contaminations avait bondi de 140% en une semaine.

A lire aussi : CARTE. Vacances et Covid : le virus se répand dans les régions touristiques

Cinq millions de nouveaux rendez-vous

Pour faire face à cette flambée, l’exécutif mise sur un nouveau coup de collier sur la campagne vaccinale, d’autant que 96% des 18.000 personnes recensées comme positives au covid le 20 juillet n’étaient pas vaccinées.

Le chef du gouvernement a donc annoncé l'ouverture de cinq millions de nouveaux créneaux de vaccination dans les deux prochaines semaines. Dans cet intervalle, l’objectif est de huit millions de primo-vaccinés supplémentaires.

Objectif 50 millions de primo-vaccinés

En avance sur le tableau de marche fixé en juin, à savoir le but de 40 millions de personnes ayant reçu au moins une dose fin août, Jean Castex a relevé la barre à 50 millions à la même échéance.

"C'est un objectif très ambitieux, mais qui montre aussi que nous aurons compris la gravité de la situation", a plaidé le Premier ministre.

Pas de pass sanitaire à l'école

Concernant le pass sanitaire, dont la première extension aux lieux de culture et de loisirs entre en vigueur ce jour, le Premier ministre a annoncé qu’il ne sera pas exigé "dans les établissements scolaires".

"Toute notre stratégie depuis le début de la crise (...) a consisté à ce que les enfants de France soient le plus possible scolarisés. (...) Alors on ne va pas dire maintenant, si vous n'êtes pas vaccinés, d'autant que certains n'y peuvent rien, on va vous priver d'école. Donc pas de pass sanitaire dans les établissements scolaires", a détaillé Jean Castex.

Vacciner dans les collèges et lycées

En revanche, l'exécutif entend accélérer la campagne vaccinale pour les 12-17 ans. A ce titre, le Premier ministre a souligné que des "dispositifs d'aller vers" seront déployés dans les collèges et lycées à la rentrée de septembre pour y faire de la "vaccination à l'intérieur".

Une semaine de tolérance avant les sanctions

Plus généralement, le chef du gouvernement a apporté des précisions sur ce pass sanitaire, notamment sur le fait que les responsables d’établissements qui devront contrôler les pass sanitaires à l’entrée ne seront pas chargés de la "vérification de l'identité" des personnes qui les présentent.

Enfin une tolérance d'"une semaine" sera accordée pour faire de la "pédagogie" après l'entrée en vigueur du pass sanitaire étendu, "le temps des sanctions" venant seulement après.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr