1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie
  3. / Sclérose en plaques

SEP : "On prend des claques et on se dit qu'on a pas le droit de baisser les bras. Il faut avancer"

Patricia Blondiaux souffre de la sclérose en plaques depuis six ans. Elle est venue nous présenter son livre « Sclérose en plaques. Petites leçons de bonheur apprivoisé à l’usage de tous ceux qui veulent retrouver le sourire»  » publié chez Michalon où elle raconte comment elle a appris à vivre avec la maladie. 

Rédigé le

SEP : "On prend des claques et on se dit qu'on a pas le droit de baisser les bras. Il faut avancer"

Pour Patricia Blondiaux, tout a commencé par une névrite optique et une très forte fatigue mais elle n'avait pas souhaité consulter à l'époque en se disant que ça allait passer et la peur de faire une IRM la bloquait.
« Effectivement, c'est passé, la vie a repris son cours et puis en 2013, ça a été une catastrophe, très difficile et très compliqué. Tout est arrivé en même temps. La concentration qui me faisait défaut. J'avais vraiment cette impression quand on me parlait de ne rien comprendre.» Coiffeuse, Patricia Blondiaux n'arrivait plus à lire ni à comprendre les notices des produits qu'elle utilisait, les brosses et les appareils devenaient extrêmement lourds et douloureux à porter au quotidien. C'est à ce moment là qu'elle se décide à consulter et le diagnostic tombe : elle est atteinte de sclérose en plaques, une SEP.
« Ça a été un choc émotionnel terrible. Je sais pas pendant combien de temps ça a duré mais j'étais là et j'étais pas là. J'entendais juste le mot sclérose en plaques qui résonnait et plus rien. Ça a été très très douloureux.»
Patricia Blondiaux vit avec une SEP depuis maintenant six ans et doit gérer au quotidien divers troubles et handicaps invisibles : elle ne voit que d'un oeil, ne ressent plus rien du côté gauche de son corps, elle est prise par des douleurs, par la fatigue, par des contractions, des brûlures et a de gros problèmes de mémoire et cognitifs.

La médecine alternative pour se soulager

Pour se soulager, Patricia Blondiaux s'est tournée vers les médecines alternatives. Réfléxologie, ostéopathie, hypnose...toutes ces médecines lui ont permis d'avoir une réflexion différente sur la maladie, sur elle-même et de pouvoir reprendre confiance en elle.
« Ça a été la révélation. Ces médecines alternatives sont réellement des médecines de confort. Ça accompagne les patients, ça soulage et ça prend en charge énormément de choses, que ce soient le stress, les insomnies, l'anxieté mais aussi ça peut soulager tout ce qui est dû aux symptômes, aux troubles de la sclérose en plaques [...] Ça veut pas dire arrêter tout traitement mais peut-être de diminuer les traitements. Ce serait une solution pour diminuer et puis pour ceux qui ne peuvent pas prendre de traitement comme moi, d'avoir une solution adaptée aussi [...] Mais ce que je peux dire, c'est qu'aujourd'hui je suis heureuse, même si.»

« Sclérose en plaques. Petites leçons de bonheur apprivoisé à l’usage de tous ceux qui veulent retrouver le sourire», Patricia Blondiaux, Ed. Michalon

Voir aussi sur Allodocteurs.fr