1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie

Comment notre regard reflète-t-il nos émotions ?

Depuis le déconfinement, nous sommes pour la plupart masqués, et nous ne voyons plus que les yeux de nos interlocuteurs. Cela suffit-il pour communiquer de manière correcte ? Sylvie Chokron, neuropsychologue nous répond.

Rédigé le

Comment notre regard reflète-t-il nos émotions ?

À l’état normal, pour communiquer et interagir, nous bénéficions d’un grand nombre d’informations sur les émotions faciales qui proviennent d’un triangle formé par les yeux et la bouche. Ce qu’on ne sait pas, c’est que la plupart du temps, à l’état normal, sans en avoir conscience, on perçoit, on traite et on imite même ces émotions faciales, de manière imperceptible. 

Si on met des capteurs sur le visage d’une personne qui regarde un autre visage qui exprime des émotions, on enregistre ainsi de faibles contractions musculaires, invisibles à l’œil nu, qui reproduisent l’émotion que nous sommes en train de regarder. Cette imitation des émotions faciales est sans doute la base de l’empathie, car nous reproduisons les émotions sans doute pour les éprouver et les comprendre.

Nous sommes donc actuellement avec le port du masque, privés de ces informations cruciales pour la relation, et, de plus, depuis que nous ne pouvons plus voir les lèvres de notre interlocuteur, nous percevons également moins bien ce qu’il nous dit car, même lorsque nous entendons bien, nous nous aidons, sans en avoir conscience du mouvement des lèvres du locuteur. De fait, depuis que nous sortons masqués, nous n’avons plus que les informations liées aux yeux qui sont certes informatives, mais beaucoup moins, évidemment, que l’ensemble du visage. 

Les yeux sont utiles pour communiquer  

Même s'ils ne représentent qu’une toute petite partie des informations, les yeux expriment une des parties du visage qui attire le plus l’attention dès la naissance et on sait à quel point le contact visuel est important pour établir une relation précoce entre un bébé et son environnement, d’où, on ne le répétera jamais assez, la nécessité de bien tester la vision chez les bébés. 

Néanmoins, si le contact visuel est crucial pour la relation, c’est plus difficile de traiter les émotions en ne percevant que la région des yeux, même lorsque ce sont des acteurs qui produisent volontairement les émotions. 

Pourtant, les yeux nous apportent une information essentielle que nous traitons sans en avoir conscience, c’est la taille des pupilles…Encore faut-il ne pas être trop loin de la personne en face de nous.

La taille de la pupille peut également être liée aux émotions 

On sait en général que la pupille se dilate et se rétrécit en fonction de la lumière ambiante, on sait depuis quelques années qu'elle ne réagit pas qu’à la lumière. Elle est également un marqueur très important de notre activité cérébrale et sa taille reflète notre degré d’éveil, notre niveau d’attention, voire même nos émotions ou encore la difficulté de la tâche que nous sommes en train de réaliser. 

On sait ainsi par exemple maintenant qu’une pupille dilatée correspond à une attention plus importante. Mais ce n’est pas tout, la pupille se dilate également lorsque nous sommes joyeux  ! Alors qu’elle se rétrécit lorsque nous sommes en colère. Notre pupille est donc très informative pour la personne qui est en face de nous  et cela explique peut-être aussi l’intérêt que la plupart d’entre nous a pour le regard de l’autre. 

La taille de la pupille peut nous influencer dans le jugement qu’on se fait d'une personne  

Lorsque la personne en face de nous présente une pupille dilatée, on va lui attribuer un caractère plus joyeux que si sa pupille est contractée. Mariska Kret, une chercheuse hollandaise, a beaucoup travaillé sur ces phénomènes et a proposé une expérience très simple.

Elle a montré des visages joyeux ou tristes dessinés au trait à des enfants et des adultes dans lesquels il ne manquait que la pupille. La tâche des sujets était simplement de compléter le dessin en coloriant la pupille. Ses résultats confirment le fait que les sujets dessinent une pupille plus large pour le visage gai que pour le visage triste, et c’est exactement ce qu'on constate dans la réalité. 

C’est ce qu’illustre cette photo, avec à gauche et à droite les yeux d’une même personne mais la pupille de gauche rétrécie exprimant plus une émotion sévère ou négative, et la pupille de droite dilatée une émotion positive. 

Une préférence pour une pupille dilatée ou rétrécie  ? 

Sans le savoir, nous avons une préférence très nette pour les pupilles larges. En effet, la dilatation de la pupille est en général associée à des émotions positives, et le regard nous paraît plus gai. La dilatation est également associée à un état plus attentif, tant et si bien qu’une autre expérience a montré qu'on fait plus confiance à des visages dont la pupille est dilatée plutôt que rétrécie car de fait, on a l’impression qu’ils sont plus attentifs à nous et plus joyeux.

De la même façon, il nous est difficile de ne pas nous approcher de quelqu’un dont la pupille est dilatée alors qu’on a tendance à éviter et à s’éloigner de quelqu’un dont la pupille est rétrécie. Il y a aussi une influence nette de la taille de la pupille sur nos préférences esthétiques.
Le visage le plus attirant sur cette photo semble être celui de droite, qui possède justement les pupilles les plus dilatées, tout le reste étant par ailleurs identique.

La pupille, véritable fenêtre sur notre pensée

A-t-on le temps d'analyser la taille de la pupille de la personne en face de nous ?  Cela se fait totalement à notre insu , nous ne sommes ni conscients des variations de taille de notre pupille, ni de l’analyse que nous faisons de la pupille en face de nous.

Pourtant, de manière totalement inconsciente, nous modulons la taille de notre pupille en fonction de tous les facteurs cités précédemment, mais, également pour la rendre de la même taille que celle de la personne en face de nous. Par ailleurs, ce processus existe déjà chez le bébé très jeune.

Mariska Kret, a conduit une expérience chez des bébés de 6, 12 et 18 mois, ainsi que chez des adultes. Elle a mis des sujets face à des yeux d’inconnus, avec des pupilles dynamiques qui se contractaient ou se dilataient et a pu montrer que tous les sujets, bébés et adultes adaptent la taille de leur pupille à celle de la personne en face d’eux. Ce phénomène de mimétisme de la dilatation pupillaire existe même face à un visage d’une autre ethnie jamais vue auparavant.

Chez le bébé, le processus de contraction ou de dilatation est un tout petit plus lent que chez l’adulte, mais l’imitation de la taille pupillaire se produit exactement de la même façon que chez l’adulte.

C’est d’ailleurs un phénomène qui existe aussi chez le singe, dont la taille de la pupille s’adapte également à celle de ses congénères. On pense d’ailleurs que, lorsqu'on imite la dilatation de la pupille de la personne qu'on regarde, cela rassure cette personne et elle nous fait plus confiance . C’est donc sans doute un mécanisme très bien ancré chez les êtres vivants qui vivent en groupe qui sert sans doute à créer un lien entre les personnes qui se regardent. 

Peut-on volontairement faire varier la taille de la pupille ?  

Notre pupille peut donc révéler tout un tas d’informations au sujet de ce que nous pensons, mais malheureusement ou heureusement, la taille de la pupille varie indépendamment de notre volonté et nous ne pouvons pas faire croire par exemple que notre pupille est plus dilatée que ce qu’elle n’est pour nous rendre plus attirant. 

Cela en fait un marqueur très précieux de nos états mentaux qu’il est difficile de modifier volontairement. C’est quand même possible de tricher un peu en retouchant ses photos  ou en utilisant des substances qui dilatent la pupille ! C’est ce que faisaient les femmes au XVIIème siècle lorsqu’elles voulaient avoir l’air plus séduisantes. Elles utilisaient une plante, la Belladone, qui tire justement son nom de "Bella Dona" belle femme en italien du fait qu’elle contient de l’atropine, qui dilate la pupille et était donc censée embellir ces femmes .

Plus récemment, les studios Disney ont également très bien compris l’intérêt d’avoir une pupille dilatée, il n’y a qu’à voir la taille des pupilles de Bambi ou des autres personnages. Seule possibilité pour tricher, profitez de votre prochain rdv chez l’ophtalmo, peut-être vous mettra-t-il de l’atropine pour vous faire un fond d’œil et vous pourrez profiter de la dilatation artificielle de votre pupille pour faire des photos de vous sous votre meilleur jour  ! 

 

Voir aussi sur Allodocteurs.fr