1. / Maladies
  2. / Cancer
  3. / Cancer du pancréas

Détecter le cancer du pancréas grâce à l'urine ?

C'est les plus meurtrier des cancers. Seuls 6 à 7% des personnes atteintes de cancers du pancréas survivent en France. Alors que la mortalité ne cesse de chuter pour d'autres cancers, celle du pancréas stagne depuis des décennies, notamment parce qu'il est très difficile à détecter précocement. Le 3 août, une équipe de recherche britannique a mis en lumière des marqueurs spécifiques présents dans l'urine de personnes souffrant de cancers du pancréas. Trois protéines qui pourraient un jour aider au dépistage.

Rédigé le

Détecter le cancer du pancréas grâce à l'urine ?
Trois protéines sont présentes en plus grande quantité chez les personnes souffrant de cancer du pancréas (Image d'illustration)

Aucun symptôme ne permet de prédire l'avancée d'une tumeur du pancréas. Et lorsque les premiers signes apparaissent, il est souvent trop tard : chez 80% des malades, le cancer s'est déjà généralisé. Pour cette maladie, l'espoir réside alors dans la mise au point d'un test de dépistage précoce. Une équipe de recherche britannique pourrait avoir trouvé une trace de ce cancer, à un stade peu avancé. Des niveaux élevés de trois protéines combinées ont été retrouvées dans l'urine des malades. Elles mettraient en évidence un cancer avec 90% d'exactitude.

Quels sont les symptômes du cancer du pancréas ?

Les premiers signes cliniques du cancer du pancréas arrivent à un stade souvent trop avancé de la maladie. Des douleurs abdominales peuvent apparaitre, souvent exacerbées la nuit et irradiant parfois dans le dos. La peau et le blanc des yeux peuvent jaunir et les selles se décolorer. Un amaigrissement rapide et une intense fatigue peuvent aussi être révélateurs d'un cancer du pancréas.

L'équipe, dont les travaux sont publiés dans la revue Clinical Research le 3 août, a analysé des échantillons d'urine provenant de 488 personnes, dont 192 déjà diagnostiquées d'un cancer du pancréas, 92 atteintes de pancréatite et 87 en bonne santé. Les chercheurs ont également analysé 117 autres échantillons d'urine de patients souffrant d'autres pathologies hépatiques bénignes ou d'un cancer du foie ainsi que de problèmes de vésicule biliaire. Au total, près de 1.500 protéines diverses et variées ont été identifiées, et parmi elles, trois ont retenu l'attention des chercheurs : LYVE1, REG1A et TFF1.

Une bonne spécificité

Les malades atteints d'un cancer du pancréas avaient des teneurs nettement plus élevées de chacune de ces trois protéines dans leur urine comparativement aux personnes en bonne santé. Les patients souffrant de pancréatite chronique avaient des niveaux nettement plus faibles que ceux ayant un cancer, constatent ces chercheurs, qui précisent que ces marqueurs possèdent "une bonne spécificité".

Cette découverte pourrait ouvrir la voie à un dépistage non-invasif et peu coûteux de personnes considérées à haut risque de développer ce cancer très agressif. Repéré trop tard, le cancer devient inopérable. Mais lorsqu'il est détecté à un stade très précoce, le taux de survie passe de 3 à 60 % !

Actuellement, "nous n'avons pas les outils pour dépister des formes très débutantes" expliquait au Magazine de la Santé le Pr Pascal Hammel, gastro-entérologue. "Le dépistage du cancer du pancréas est assez invasif, c'est-à-dire qu'il faut faire des anesthésies générales répétées" ajoute-t-il, précisant qu'il "existe des marqueurs sanguins, le CA19-9 mais il n'est pas spécifique, il peut augmenter en cas de diabète, en cas d'hépatite, en cas d'autres maladies..."

10.000 nouveaux cas chaque année en France

Si la découverte de ces protéines sanguines est un grand espoir, l'objectif reste encore d'évaluer l'efficacité de ces marqueurs à un stade cancéreux peu avancé. Les chercheurs comptent mener d'autres tests d'urine provenant de sujets jugés à haut risque de manière à confirmer davantage les résultats de leur recherche. Le test est donc encore loin d'être au point ...

Bien qu'il n'y ait pas de cause universelle connue du cancer du pancréas, les personnes considérées comme ayant un plus grand risque de développer ce cancer ont des antécédents familiaux de la maladie, sont de gros fumeurs, souffrent d'obésité ou sont devenues diabétiques après 50 ans. Chaque année en France, 10.000 nouveaux cancers du pancréas sont diagnostiqués.

Source : Identification of a Three-Biomarker Panel in Urine for Early Detection of Pancreatic Adenocarcinoma. T. Radon et al. Clin Cancer Res August 1, 2015 21; 3512 doi: 10.1158/1078-0432.CCR-14-2467 

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus