Incontinence anale : une maladie taboue

Qu'est-ce que l'incontinence anale ? Peut-on la soigner ? Contrairement aux idées reçues, l'incontinence anale ne touche pas seulement les personnes âgées. En France, elle empoisonne la vie de deux millions de personnes. Taboue, elle reste souvent cachée, voire honteuse. Pourtant des solutions existent.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Incontinence anale : une maladie taboue

L'incontinence anale : décryptage

Marina Carrère d'Encausse et Antoine Piau expliquent l'incontinence anale
Marina Carrère d'Encausse et Antoine Piau expliquent l'incontinence anale

L'incontinence anale touche 11% des plus de 45 ans mais est sous-estimée. Elle altère fortement la qualité de vie de près d'un million de Français. Elle touche davantage les femmes et, contrairement à ce que l'on peut croire, pas seulement les personnes âgées. Conséquence d'accouchements particulièrement difficiles, séquelles de chirurgie (fistule fissure, hémorroïde), maladies des intestins ou neurologiques, radiothérapie dans la région intestinale... les causes de l'incontinence anale sont variées mais heureusement des solutions existent.

Les aliments entrent par la bouche, passent par l'oesophage, l'estomac et l'intestin grêle. Ensuite, les déchets alimentaires sont déshydratés dans le côlon. Les selles sont stockées un temps dans la partie terminale du côlon, le sigmoïde, et s'accumulent ensuite dans l'ampoule rectale. Les selles sont finalement évacuées par le canal anal.

Les parois du canal anal sont composées de muscles puissants et circulaires : les sphincters. Il existe deux types de sphincters : les sphincters internes, pour lesquels la commande est involontaire, et les sphincters externes, que l'on peut commander. Ce sont eux que l'on relâche en allant à la selle. Les zones rectales et anales intègrent également des nerfs sensitifs. Ces capteurs sont sensibles à la pression ou au toucher. Ils participent eux aussi à la défécation.

Lorsque les selles arrivent dans l'ampoule rectale, les parois du rectum se distendent. Les nerfs envoient alors un message au cerveau, lui signalant qu'il faut aller à la selle. La pression se fait alors plus forte dans le rectum, entraînant la détente des sphincters, pour faire passer les selles.

Grâce à ces mécanismes complexes de régulation, il est donc possible de retarder la défécation. Or, en cas d'incontinence anale, ce contrôle volontaire n'est plus possible à cause d'un dysfonctionnement des sphincters ou des nerfs sensitifs par exemple.

Incontinence anale : la manométrie, examen de référence

L'analyse de la fonction ano-rectale permet de proposer un traitement adapté.
L'analyse de la fonction ano-rectale permet de proposer un traitement adapté.

Pour trouver des solutions à leur problème d'incontinence anale, les personnes doivent avoir un examen clinique complet au niveau du périnée. Elles peuvent être amenées à passer une manométrie pour mesurer le tonus anal.

La manométrie a aussi pour but de mesurer les pressions dans le canal anal comme l'explique le Dr Denis Soudan, proctologue : "Le canal anal se situe à la fin de l'intestin. Il s'ouvre et se ferme. Il s'ouvre pour laisser passer les selles et il se ferme pour les retenir, en particulier lorsqu'on cherche les toilettes. Il faut donc un certain niveau de pression dans le canal anal pour qu'on puisse retenir les selles. Les personnes qui consultent pour une incontinence anale ont souvent une insuffisance de pression dans le canal anal".

L'enregistrement des pressions se déroule en plusieurs phases. Le proctologue enregistre d'abord la pression de repos, c'est-à-dire la pression qui reste dans l'anus quand on marche, quand on dort… Puis il enregistre la pression au cours de contractions volontaires. Il teste enfin la sensibilité du rectum à la distension. Pour cela, il gonfle la poire située à l'extrémité d'une sonde à l'aide d'une seringue remplie d'air.

D'autres examens peuvent être réalisés comme une électromyographie si on suspecte une maladie neurologique, une écho-endoscopie anale, et/ou une imagerie du périnée. Après avoir récolté toutes les données, le médecin est en mesure de dresser un bilan et de proposer au patient une prise en charge adaptée.

Incontinence anale : quelle prise en charge et traitements ?

La pompe à lavement permet de limiter les fuites.
La pompe à lavement permet de limiter les fuites.

Dans 61% des cas, l'incontinence anale se soigne grâce à un traitement médical, allant de la révision de son régime alimentaire à la rééducation anale (électrostimulation, biofeedback - voir vidéo ci-dessous), en passant par un bouchon anal. . Autre technique plus récente et simple : la stimulation du nerf tibial postérieur, ou TENS.

Et pour soulager le quotidien des patients, il existe également des appareils de lavement gérés au jour le jour par le patient. La pompe à lavement est un système permettant de limiter les fuites. L'efficacité d'un lavement dure en moyenne 48 heures. Pour certains patients, le système peut alors atteindre ses limites.

Dans ce cas, il faut envisager d'autres solutions comme la neuromodulation. Une technique visant à stimuler les racines nerveuses autour de l'anus et du rectum afin d'améliorer la continence (pour plus de détails voir ci-dessous).

Incontinence anale : quelle rééducation ?

La rééducation a pour objectif d'améliorer le contrôle du sphincter anal et la perception du besoin exonérateur.
La rééducation a pour objectif d'améliorer le contrôle du sphincter anal et la perception du besoin exonérateur.

Quand l'incontinence anale se manifeste, la première solution est la rééducation anale que l'on nomme : le biofeedback. Une technique simple et non douloureuse qui peut permettre de retrouver des sensations et de remuscler les sphincters de l'anus. La rééducation s'avère souvent efficace et permet dans certains cas d'éviter une opération.

La rééducation anale est efficace (quatre ou cinq séances peuvent suffire) mais assez mal suivie par les patients, et surtout les kinés qui ne sont pas suffisamment formés à cette rééducation. Il existe une association l'ARREP (association réseau rééducation périnéale) qui regroupe les kinésithérapeutes et les sages-femmes formées à la rééducation périnéale.

La neuromodulation : le pacemaker de l'incontinent

Il existe des cas où les sphincters sont normaux mais fonctionnent mal : le nerf qui les contrôle, le nerf honteux, ne transmet plus d'ordres. Les sphincters sont comme paralysés.

La neurostimulation permet de traiter certains patients sans faire appel à une chirurgie trop lourde. Créée pour les problèmes urinaires, elle s'est en effet avérée aussi efficace pour réduire une incontinence anale associée. Il s'agit d'une sorte de pacemaker de l'incontinence, qui envoie des impulsions électriques aux nerfs, qui contrôlent les sphincters de l'anus. 80% des patients voient leurs symptômes s'améliorer d'après la HAS.  

La pose d'un sphincter anal artificiel : une chirurgie révolutionnaire

Attention, images de chirurgie ! La pose d'un sphincter anal a révolutionné la vie des malades
Attention, images de chirurgie ! La pose d'un sphincter anal a révolutionné la vie des malades

Si l'accouchement lui-même peut être destructeur, les grossesses sont aussi une cause majeure d'incontinence anale. Il s'agit du prolapsus, c'est-à-dire de la descente des organes où les attaches se relâchent au niveau du bassin.

Il en existe différentes formes. À chaque fois, l'activité des sphincters est déréglée. Le chirurgien peut alors tout repositionner correctement.