Corriger la myopie grâce à la chirurgie laser

Pour ne plus avoir à porter de lunettes, de nombreux myopes se tournent vers le laser. C'est le cas de Yacine, rencontré avant son opération.

Margot Zaparucha
Rédigé le , mis à jour le

Yacine est myope et astigmate. Il porte des lunettes depuis ses 6 ans.  
"Sans lunettes, je vois très flou, j’ai moins six dioptries aux deux yeux. Sans lunettes, je perçois quand même les formes mais je ne pourrais pas vous reconnaître à plus de dix mètres. J'ai du mal à lire les panneaux, par exemple dans le métro",
explique Yacine Labidi.  

La myopie le gêne dans sa vie quotidienne. Le jeune homme pratique le karaté et il lui est impossible de porter ses lunettes pendant l’entraînement.

Récemment il s'est mis à porter des lentilles de contact. Il a vraiment ressenti une forme d’euphorie à voir de façon intégrale, le problème est qu'il ne les supporte pas. Il commence à avoir les yeux secs et à avoir une sensation de sable dans l’œil. 

Stabiliser la myopie avant la chirurgie

Cela fait des années que Yacine souhaite être opéré pour se débarrasser de ces désagréments. A 29 ans, sa vision s’est enfin stabilisée et aujourd’hui, c’est le grand jour.  

Il retrouve son ophtalmologue, qui va l’opérer grâce au laser. L’anesthésie est simplement faite avec les collyres. Il faut garder les yeux fermés quelques secondes. 

La Trans PKR : une technique innovante

L’opération s’effectue grâce à la trans-PKR, une méthode récente et entièrement automatisée. La couche supérieure de la cornée, l’épithélium, est d’abord vaporisée par le laser. Une fois cette première étape réalisée, le laser creuse la cornée afin de la rendre divergente, c’est ce qui permet de corriger la myopie.  

"Ne bougez pas, on va prendre une photo de votre œil. On sait que c’est vous et on sait que c’est l’œil droit qu'on va traiter. La première étape est pour enlever la couche superficielle de la cornée qui s’appelle l’épithélium. Le laser vaporise le tissu, ne bougez pas du tout c’est parfait, on fait une pause de quelques secondes. On va faire le traitement réfractif, on va corriger votre myopie et votre astigmatisme. Gardez bien la fixation du point vert, parfait", commente le Dr Cati Albou Ganem, ophtalmologue.

Pour la dernière étape, le laser est brièvement réappliqué pour lisser la cornée. Il faut rincer l’œil et c’est terminé. Le collyre antibiotique est mis, puis c'est le tour de l'autre œil. En quelques secondes, les défauts de la vision sont corrigés.

A chaque myopie, sa chirurgie

Cette méthode très efficace, permet d’opérer les patients qui ne sont pas éligibles à la technique classique du Lasik. Elle est toutefois plus douloureuse, la couche superficielle de la cornée est détruite, et met quelques jours à cicatriser. 

"On la réserve pour des indications particulières, soit des myopies importantes avec des cornées qui sont fines, soit des morphologies de cornées, qui sont particulières et qui imposent de passer en Trans-PKR, et puis pour des professions, aussi à risque traumatique", précise le Dr Cati Albou Ganem.  

L’œil est rincé, l’intervention sera terminée. Yacine a une cornée très fine, et n’aurait pas pu être opéré sans cette méthode.  

Pas de prise en charge

Chez lui, Yacine devra de nouveau mettre les collyres. Le meilleur antalgique pour ne pas avoir cette phase un peu désagréable des 24 heures est de rester les yeux fermés dans la pénombre. 

Au bout de quelques jours, Yacine aura retrouvé une vue presque parfaite.  

"En fait, on a déjà un aperçu de ce que ça va être quand ça va être stabilisé, et je sais que ça va se faire graduellement en fait", se réjouit Yacine Labidi.  

Le résultat final sera atteint environ un mois après l’opération. Ce type d’intervention coûte entre 1 000 et
3 000 euros, non pris en charge par la Sécurité Sociale.  

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !