Glaires dans la gorge : quand faut-il consulter ?

Si les glaires sont fréquents, comment sait-on qu'il faut se rendre chez un médecin ? La Docteure Céleste Rebours, ORL, nous éclaire.

Muriel Kaiser
Muriel Kaiser
Rédigé le , mis à jour le
Le Magazine de la Santé


"Tout symptôme récent qui se prolonge dans le temps doit alerter", dit d’emblée Céleste Rebours. Cette ORL au Vésinet compte bien sûr beaucoup de patients qui présentent des glaires. "C’est un vaste sujet", dit-elle. En effet, les glaires sont très fréquentes et peuvent être symptômes d’une maladie, mais pas toujours. 

Pour rappel, les glaires sont à la base du mucus, un liquide épais et visqueux sécrété par la muqueuse du nez. Ce mucus est utile puisqu'il humidifie et réchauffe l'air qu'on inspire. Il filtre les microparticules présentes dans l'air pour protéger nos poumons. Quand tout va bien, on en avale près d'un litre par jour sans le remarquer ! 

À lire aussi : Glaires dans les selles : faut-il s'inquiéter ?

Consulter en cas de gêne invalidante

Les glaires dans la gorge peuvent apparaître à plusieurs moments. L’une des causes les plus fréquentes est bien sûr le rhume. "Quand on est enrhumé, la nuit, les sécrétions nasales coulent dans gorge. Le matin, on se retrouve donc avec des glaires", explique la Dre Céleste Rebours.  

Si les glaires sont "fréquentes et bénignes la plupart du temps", l’ORL souligne des situations qu’il ne faut pas négliger. "Par exemple, si les glaires sont associées à des douleurs, un amaigrissement, des saignements de nez, une gêne respiratoire... alors il faut absolument consulter". Dès lors que les glaires sont "invalidantes", il ne faut pas hésiter.

Symptômes de nombreuses maladies

En effet, les glaires sont le signe de tout un panel de maladies. Ainsi, si elles durent dans le temps, "elles peuvent être le symptôme d’une allergie ou d'un reflux gastrique", explique la Dre. Ou encore, "d’une sinusite chronique". Dans la majorité des cas, elles ont alors une couleur jaunâtre-verdâtre mais parfois, elles restent transparentes. Seul un scanner des sinus peut donc confirmer la sinusite chronique. Dans les cas les plus graves, il peut s'agir d'un cancer du larynx, de la bouche ou de la langue.
 
"C’est pourquoi il est important de décrire l’aspect de ses glaires à son ORL", préconise la Dr Rebours. Il permet notamment de déterminer s’il y a une infection. Des glaires jaunâtres, verdâtres, très épaisses sont assez souvent révélatrices. A contrario, des glaires transparentes laissent penser qu'il n'y a pas d'infection. En cas de doute, n'hésitez pas à consulter : "si les glaires sont majoritairement bénignes, ce n'est qu'en examinant qu'on peut rassurer les patients", conclut la Dre Céleste Rebours.

Glaires : comment s'en débarasser  —  Le Magazine de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !