1. / Forums et Ch@ts
  2. / Forums
  3. / Stress, anxiété et fatigue psychologique
Me connecter pour participer au forum
Auteur Burn out, et après ?
Sand56
Le 30/04/2013 17:19:00
Bonjour, Je suis secrétaire médicale dans un cabinet de médecine générale et il y a un mois, j'ai fait un burn out avec tentative de suicide qui, heureusement, a échoué (je n'ai pas pu aller jusqu'au bout...). Burn out causé par une surcharge de travail : je suis seule pour 2 médecins (bientôt 3) avec le ménage à faire dans 2 cabinets, 2 salles d'attentes, hall d'accueil le matin tout en répondant au téléphone (2 téléphones, 1 pour chaque médecin...qui sonnent sans arrêt et en même temps bien sûr!), + accueil physique des patients, numérisation des courriers, biologies, classement, etc...La patientèle est en constante augmentation depuis 3 à 4 ans et je dois faire face à une demande de consultation de + en + importante avec une agressivité et un mécontentement de + en + grands des patients. Bref, au bout du bout, j'ai tenté d'en finir...Je comprends maintenant (après 3 semaines d'hospitalisation en clinique psychiatrique) que je ne voulais pas mourir, mais que je voulais tout simplement que cette situation au travail cesse, je ne supportais plus ce stress au quotidien , le manque de sommeil, cette boule dans l'estomac en permanence, il fallait que je me fasse violence pour aller au travail le matin et le soir venu, je n'arrivais pas à "décrocher", j'étais envahie par l'angoisse du lendemain, de ne pas y arriver... Je suis actuellement en arrêt de travail, sous antidépresseurs et sous anxiolytiques, et je vais commencer une psychothérapie. Je suis très inquiète quant à mon retour au travail (je sais bien que c'est encore trop tôt pour cela), et je souhaiterais avoir le témoignage de personnes ayant vécu un burn out (pas forcément dans le domaine professionnel médical comme moi). Combien de temps vous a-t'il fallu pour revoir les choses de façon positive ? Je sais que chaque cas est différent, mais combien de temps en moyenne faut-il pour pouvoir retourner au travail ? Quelles ont été vos méthodes pour vous en sortir ? J'attends vos témoignages et vous remercie de m'avoir lue.
nanie21
Le 30/04/2013 17:59:52
sand56,marié à nanie21,employé à la poste après un arrêt de 3 mois suite à une grosse dépression,le travail en étant responsable pour une bonne partie:mon poste de travail a été supprimé du jour au lendemain(10ans),j'ai du réapprendre un nouveau métier(à 54ans,pas évident!!!).l'administration,ce n'est pas ce que l'on croit:suppressions de personnel,objectifs financiers à atteindre,des pressions sans arrêt,tout ça pour des salaires de misère(gelés depuis 3ans!!!),plus aucune considération pour le travail fourni,comme tu vois mon mal être n'est guère différent du tien.jeudi prochain,je vais essayer de reprendre mais je dois t'avouer que je ne me sens pas très à l'aise,mais d'un autre coté,je ne veux pas finir bourré de médicaments(pour l'instant,j'en suis à 2 antidépresseurs)ni en hp.bon courage,sache que nous sommes très nombreux dans ce cas.
dge57
Le 30/04/2013 18:57:02
Bonjour Sand56, Ton témoignage m'interpelle car je suis dans le même cas que toi, tout du moins dans le même questionnement..pour ma part, c'est également une surcharge de travail importante, beaucoup de stress et de responsabilités à gérer, plusieurs changements de poste etc..tout ceci étant, j'ai longtemps refoulé les signaux de mon corps pensant que "ça allait passer"..jusqu'au jour où mon corps a dit STOP: plus moyen de me lever, de me concentrer etc..et là j'ai pris mon téléphone pour appeler mon médecin; diagnostic: burn out + dépression (car oui la frontière est infime). Actuellement, je suis en arrêt depuis 8 semaines, sous seroplex 15mg et Lexomil que j'ai pris une dizaine de jours, ce qui a bien calmé mes angoisses.. Comme tu le dis, chaque cas est différent, je crois qu'il n'y a pas d'arithmétique en ce qui concerne la santé (la preuve je n'ai quasiment aucun effet positif à mon traitement!) je reste très faible, physiquement et psychologiquement alors que j'ai toujours été très active et très forte.. Pour m'être beaucoup renseigné sur le sujet, cela peut aller de plusieurs semaines à plusieurs mois..et une chose est sûre (confirmée par mon médecin) cela dépend de la durée et de l'intensité du stress que tu as "encaissée".. Pour terminer, si je peux te donner qqes conseils, ne laisse aucun travail te bousiller la santé, ça n'en vaut pas la peine, coupe toi complètement de ton environnement de travail, repose toi et écoute les signaux de ton corps, vas y doucement sans brûler les étapes, il faut du temps pour se reconstruire! et surtout ne culpabilise pas, entoure toi de gens qui ne te jugeront pas, et fais confiance à ton médecin.. Bon courage, bon rétablissement, au plaisir :)
Sand56
Le 30/04/2013 22:05:27
Merci Nanie21, après avoir lu plusieurs choses sur internet concernant le burn out, je sais maintenant que malheureusement, ce syndrome peut atteindre toutes les catégories de personnels de l'ouvrier au cadre supérieur en passant par les médecins, etc...quand le travail rend malade...Je te souhaite beaucoup de courage pour la reprise et du bonheur dans ton nouveau travail. Merci pour ton témoignage. Dge57 : je me retrouve totalement dans ce que tu dis : moi aussi j'ai longtemps refusé d'écouter les signaux que m'envoyait mon corps, je me disais aussi que j'arriverai à "gérer", que j'étais forte jusqu'au jour où tout s'est écroulé comme un château de cartes. Maintenant, je me sens vide, mon apparence extérieure n'a pas changé mais à l'intérieur il n'y a plus rien...tout est à reconstruire...Merci beaucoup de ton témoignage, je me sens parfois seule dans ma détresse et bien que très entourée par ma famille, ça fait du bien de lire vos messages. Merci pour tout vos conseils. Et bon courage aussi :)
eric1972
Le 18/08/2014 16:31:35
Bonjour, Je poste sur ce sujet malgré le fait qu'il date un peu, car je connais depuis quelques semaine ce même problème. J'ai 42 ans, je suis marié, et je travaille dans l'industrie. J'ai un travail de "cadre", sans en avoir le statu, ni la paye. Il y a 6 semaines de cela, mon médecin m'a diagnostiqué un burn-out, et m'a mis en arrêt. Je travaille dans une grande entreprise, en tant que chargé d'affaires. Des délai courts, toujours plus de travail, de la pression et du stress au quotidien, des responsabilités, (peu de dialogues avec mon boss), sans parlé d'une hiérarchie peu compréhensive et accablante en cas de difficultés, j'ai supporté pendant plusieurs mois cette situation, repoussant toujours plus loin mes limites. Aux 1er malaises (crise d'angoisse), je n'y prêtai pas plus attention que cela, en les surmontant tant bien que mal. Mais cela à durer près d'1 an, et surtout beaucoup s'intensifier. Jusqu'à devenir des angoisses proche d e la panique. J'ai consulté mon médecin à 2 reprises en 1 semaine, pour en parler avec lui et essayer de comprendre ce qui m'arrivait. Lui à de suite compris ce que je ne voulais pas voir. Il voulait m'arrêter, mais comme je me sentais "fort", je disais "Non, je ne peux pas, j'ai trop de travail, des choses à faire, des délai à tenir etc...!". Avec quelques médoc, je pensai pouvoir passer ce mauvais cap... Mais 2 jours tard, un matin, je me suis assis à mon poste de travail pour débuter ma journée... Mais je n'en pouvais plus, j'étais "bloqué" par la peur ! Une peur qui me paralysait dans ma réflexion, et qui me disait stop ! Je suis rentré chez moi, et j'ai consulté mon médecin. Bilan : Burnout. Résultat : Arrêt de travail, anti-dépresseur, anxiolytique, somnifère, et psychothérapie... J'étais à bout, physiquement, moralement et mentalement (j'ai aussi pensé à en finir). J'en étais rendu au stade de l'épuisement total. J'ai donc commencé une psychothérapie pour comprendre et accepter ma situation. Au jour d'aujourd'hui, j'en suis à ma 3eme séance. Je ne sais pas si ma psy pourra m'aider à me sortie de là, mais j'espère réussir par son biais à surmonter cette situation. Je commence tout juste à accepter ce mal, et à vraiment me rendre de compte des dégâts. A présent, je suis presque toujours angoissé. J'essaye de ne plus pensé au travail, mais c'est dur. Je culpabilise de ne pas avoir supporté la situation. Je suis perfectionniste dans l'âme, et je ne cesse de repenser aux travaux que j'ai réalisé avant mon arrêt, et à me dire que ceci ou cela n'a peut-être pas été bien fait... c'est je pense à la limite du raisonnable, mais je ne parviens pas à faire la part des choses. Le travail me hante, le jour et la nuit. J'essaye de me forcé à ne plus y penser, mais je culpabilise de peut-être ne pas avoir bien fait mon travail... c'est un cercle vicieux. Extérieurement, je suis inchangé (car j'ai retrouvé l'appétit après avoir perdu 3-4 kilos au moment de mon arrêt). Mais intérieurement, je suis changé. Je dois reprendre le travail dans 2 semaines (je revois mon médecin dans 1 sem), mais j'ignore si j'en serai capable... Je me sens faible mentalement et moralement. Et je suis dans l'incertitude de mon avenir proche... Quelqu'un peut-il m'aider par son expérience ?
Sand56
Le 18/08/2014 19:39:22
Bonjour Éric, Je comprends exactement ce que tu ressens particulièrement ce sentiment de culpabilité. C'est typique du burn out car cette maladie touche majoritairement les gens perfectionnistes. À trop vouloir bien faire, on se "tue" à la tâche... Il est important pour ta guérison que tu cesses de culpabiliser. Tu n'es absolument pas fautif. Ce sont tes conditions de travail, le peu de considération de ta hiérarchie qui font que... On presse les gens comme des citrons tant qu'on peut et quand ça lâche eh bien tant pis, les employeurs trouveront toujours quelqu'un d'autre pour nous remplacer... Malheureusement, tant que le burn out ne sera pas reconnu comme maladie professionnelle et que la responsabilité des employeurs ne sera pas engagée ( dans certains pays scandinaves notamment la responsabilité de l'employeur est engagée au point que c'est ledit employeur qui doit payer les soins du salarié ) rien ne changera. Je ne peux pas te dire de quoi sera fait ton avenir ni si tu pourras retourner travailler dans 2 semaines (ça m'étonnerait beaucoup), mais je peux te dire que ça n'a pas été mon cas! Guérir d'un burn out est un long combat dont on ne sort pas indemne. Il y a l'avant burn out et l'après. En ce qui me concerne, je n'ai jamais pu retourner travailler au cabinet médical où je travaillais : mes anciens employeurs n'ont jamais pris de mes nouvelles ( on est peu de chose !), me versaient mon complément de salaire avec plusieurs mois de retard, etc... Ce qui bien sûr je faisait que renforcer mon sentiment de dévalorisation. Au final, j'ai été licenciée pour inaptitude à mon poste, le médecin du travail n'a pas réussi à convaincre mes anciens employeurs (médecins aussi! Un comble!) qu'il fallait absolument changer les conditions de travail, et ce après un an d'arrêt de travail. J'ai maintenant un autre projet professionnel, je me sens encore fragile psychologiquement parfois, même si je ne prends plus de somnifères ni d'anxiolytiques ( une grande victoire!) mais en tout cas je sais ce que je ne veux plus faire ni subir au travail! Après un burn out on est comme une coquille vide et il faut apprendre à se reconstruire (avec un psy notamment, mo j'en ai changé 2 fois avant de trouver le bon), c'est ce qui est le plus long. Je te souhaite beaucoup de courage dans ce parcours du combattant et je reste dispo si tu as besoin d'échanger
JOZETT03
Le 22/10/2014 23:52:40
:top: j'en suis à la phase médicaments et psy
JOZETT03
Le 22/10/2014 23:56:42
:( combien de temps pour en sortir?
JOZETT03
Le 22/10/2014 23:57:22
:suspect: moi qui aimé tant travailler
Emjy
Le 24/10/2014 04:39:47
Vécu aussi un burn-out, non reconnu sur lieu de travail bien sûr, et je suis allée dans un CHU en consultation au service de "médecine du travail" où il m'a été proposé de participer à des rencontres d'échanges (groupe de parole) avec d'autres victimes de burn-out et de tous milieux professionnels, ça m'a aidé (soutien moral, je me suis sentie moins seule...) mais ça n'a rien changé dans mes conditions de travail : j'ai compris que je devrai changer de milieu professionnel mais n'ai jamais pu m'y résoudre ! J'ai finalement erré de climats galères en arrêts provisoires de travail et ainsi alternance de reprises et arrêts de travail jusqu'à décider d'accélérer ma mise à la retraite quelques années plus tard (en étant financièrement lésée bien sûr car ce climat a été rapidement mêlé à du harcèlement moral à mon encontre : il y a très souvent harcèlement lors de l'arrivée d'un burn-out et ça complique d'autant les reprises de travail...). Aurais-je dû trouver le ressort pour changer de travail ? Je n'ai pas pu ! Bon courage à ceux et celles encore plongé dans ces climats où il est demandé un surinvestissement démesuré : il faudrait inscrire dans notre société une nouvelle culture du travail où les employés apprennent à ne pas verser dans l'activisme, à savoir poser leurs limites quand il est temps (donc nettement plus tôt que d'en arriver à un burn-out). Emjy

Répondre

Pour répondre à ce sujet merci de vous identifier