Covid : un hôpital américain refuse une greffe du coeur à un patient non vacciné

Un hôpital de Boston a retiré de la liste d'attente des transplantations cardiaques un patient de 31 ans non-vacciné contre le Covid. Pour l’hôpital, ses chances de survie étaient trop faibles sans schéma vaccinal complet.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Image d'illustration
Image d'illustration  —  Shutterstock

Rayé de la liste d’attente des transplantations cardiaques pour sa réticence à la vaccination. Farouchement opposé au vaccin anti-Covid, un Américain de 31 ans, en attente d’une greffe de cœur, a été retiré des listes de dons. Le Brigham and Women's Hospital de Boston a motivé cette décision par l’échec probable de cette greffe, due à la non-vaccination du patient.

Une porte-parole de l’hôpital a précisé que ce patient avait été retiré des listes de transplantation cardiaque car il n'offrait “pas les meilleures chances de survie” après l’opération. Elle a également confirmé que le vaccin contre le coronavirus était "requis" pour tous les candidats aux transplantations d'organes.

A lire aussi : Un cœur de porc, génétiquement modifié, greffé sur un humain : une première mondiale

Le vaccin "va à l'encontre de ses principes"

C'est David Ferguson, le père du patient, qui a témoigné sur les médias américains CNN et ABC du combat de son fils contre "la mort", affirmant qu'il était "poussé dans ses derniers retranchements". 

Son fils refuse en effet catégoriquement de se faire vacciner contre le Covid-19. "Cela va fondamentalement à l'encontre de ses principes, il n'y croit pas", a justifié M. Ferguson. 

Système immunitaire à l'arrêt

Or la vaccination couplée à une "discipline de vie créent pour le candidat à une greffe les meilleures conditions d'une opération réussie et optimisent la survie du patient après la transplantation, notamment car le système immunitaire est affaibli de manière drastique", explique l’hôpital. Son "système de soins requiert plusieurs vaccins recommandés par les autorités de santé, y compris le vaccin contre le Covid-19". 

Pour le docteur Arthur Caplan, de l'université de New York, cité par CBS, "lors de n'importe quelle transplantation, le système immunitaire est à l'arrêt. Le Covid peut alors tuer". Un risque qu’il préfère écarter. “Les organes sont rares. Nous n’allons pas les distribuer à quelqu’un qui a peu de chances de vivre, alors que d’autres, qui sont vaccinés, ont de meilleures chances de survivre après l’opération.” 

Greffe : un nouveau coeur pour une nouvelle vie  —  Le Magazine de la Santé - France 5

Aux Etats-Unis, seule 62% de la population est totalement vaccinée contre le Covid-19. Le pays a jusqu'ici enregistré près de 60 millions de contaminations et 872 000 morts depuis le début de l’épidémie.