Comment préserver la fertilité des enfants atteints de cancer ?

Les traitements utilisés pour soigner un cancer, comme la chimiothérapie et la radiothérapie, peuvent atteindre le système de reproduction. Des solutions sont proposées au cas par cas pour préserver la fertilité des enfants malades.

Dr Jimmy Mohamed
Rédigé le , mis à jour le
Préserver la stérilité des enfants qui ont un cancer  —  Le Mag de la Santé - France 5

La chimiothérapie détruit "toutes les cellules, les bonnes comme les mauvaises", rappelle le Dr Jimmy Mohamed. Le traitement n'épargne pas les cellules responsables de la reproduction. La toxicité dépend du produit utilisé dans la chimiothérapie mais également du nombre de doses : plus un enfant en reçoit, plus le risque d'altérer la fertilité est important. 

Quant à la radiothérapie, il s'agit de rayons qui détruisent la tumeur. Lorsqu'elle est réalisée au niveau du pelvis, elle peut elle aussi endommager le système de reproduction. C'est également le cas pour la radiothérapie cérébrale, utilisée dans certains cancers, qui peut s'attaquer aux centres responsables de la reproduction, situés dans des glandes du cerveau.

À lire aussi : Infertilité masculine : pourquoi est-il important d'identifier les causes ?

Les moyens sont adaptés à chaque enfant

Généralement, le corps médical conseille aux parents de faire suivre leur enfant par le Centre d'études et de conservation des oeufs et du Sperme (CECOS). Le protocole est adapté au cas par cas, en fonction de l'âge de l'enfant, de sa tumeur... 

Dans le cas d'une jeune fille qui a ses règles, il est possible de conserver des ovocytes avant de débuter la chimiothérapie, en faisant une ponction par voie vaginale. Plus tard, lorsqu'elle souhaitera avoir des enfants, elle pourra alors avoir recours à une fécondation in vitro.

Réimplanter du tissu lors du projet d'enfant

Si l'enfant n'a pas encore de cycles menstruels, il est proposé de faire une ponction de tissu ovarien. Cela signifie qu'"au bloc opératoire, sous anesthésie générale, on récupère un peu d'ovaire pour le congeler" et le réimplanter lors d'un projet de grossesse, explique Jimmy Mohamed.

Pour les garçons, le principe est le même. S'il est pubère, le sperme de l'adolescent peut être récupéré par masturbation ou autre technique d'aide au recueil comme la stimulation. Pour un garçon plus jeune, on peut réaliser une ponction dans le testicule pour prendre du tissu qui pourra être réimplanté plus tard.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !