1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Téléphone et ordinateur : à fleur de peau ?

Rédigé le 30/04/2015 / 0

Parallèlement à l'émergence des téléphones portables, la généralisation de l'utilisation de l'ordinateur, sont apparues de nouvelles maladies de peau. Allergie provoquée au contact de l'appareil et affection due aux frottements des doigts sur le clavier, ne sont pas exceptionnels dans les cabinets de dermatologue…

Allergique au téléphone portable ?

Des démangeaisons et des plaques rouges sur la main, la joue ou la cuisse ? Le coupable est peut-être votre téléphone chéri !

Il peut s'agir d'un eczéma de contact, provoqué par certains matériaux, comme le nickel, retrouvé dans certains téléphones portables, le chrome ou le cobalt. Idem pour les mains, le cou ou les cuisses lorsque le téléphone est rangé dans la poche du pantalon. Ces affections à type d'allergie de contact sont en augmentation.

Il est alors possible chercher la présence du nickel dans toutes les parties du téléphone, ainsi que les accessoires (kit mains libres) : le spot test se fait par application d'un produit hydroxyde d'ammonium ou diméthylglyoxime.

Les métaux ne sont pas les seuls en cause : d'autres composants, comme les plastiques des coques ou des kits mains libre, sont aussi source de bien des désagréments.

Le traitement est celui de toutes les allergies : l'éviction du coupable (changez de marque de téléphone) et des anti-histaminiques.

Ordinateurs et tablettes en cause

Les contacts avec les ordinateurs et tablettes provoquent le même danger d'allergie, soyez vigilant quand les lésions sont situées à un endroit du corps en contact avec l'ordinateur…

Autre affection, les dermatoses de friction. En tapant sur son clavier ou en touchant sa souris, on provoque des frictions qui sont responsables d'affections cutanées en cas d'usage prolongé, quotidien et répété.

Plusieurs variantes sont possibles : la "computer palm" (littéralement la paume de l'ordinateur), avec des lésions rouges sur la paume (du côté externe, autrement celui du petit doigt), qui  font suite aux frictions de la paume sur le clavier, ou à leur appui sur l'ordinateur, à la transpiration.

Les "mouse fingers" (doigts de souris) sont caractérisés par des lésions rouges et des desquamations de la pulpe des doigts, du pouce et du petit doigt essentiellement, au niveau de la main qui utilise la souris.

Le "mousing callus" (cal de souris) se traduit par un épaississement jaunâtre au niveau du poignet, une sorte de cal au niveau du poignet de la main qui se sert de la souris.

Le "keyboard wrist pad" se situe au niveau du poignet, du côté externe, là où la poignet repose sur le clavier de l'ordinateur. Des reposes poignets permettent d'éviter ces désagréments.

Les cuisses ne sont pas épargnées non plus, avec la "dermite des chaufferettes" ! Nombreux sont ceux qui posent leur ordinateur sur leurs genoux quand ils l'utilisent : l'exposition répétée aux infra-rouges provoque des lésions d'abord rouges, puis pigmentées, brunâtres, au niveau des deux cuisses (avec une intensité plus forte du côté de la batterie de l'ordinateur ou du disque optique). Lorsque l'ordinateur n'est plus posé sur les cuisses, l'éruption s'éclaircit progressivement. Et il est hautement recommandé de ne plus poser son outil de travail sur ces cuisses, puisque la persistance des lésions, considérées comme précancéreuses. Des supports pour ordinateur portable offrent une alternative plus sûre…

Source : Dermatoses, nouvelles technologies (téléphones portables, ordinateurs et jeux vidéo), EM-consult