1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Le préservatif qui détecte les IST (MST)

Rédigé le 30/09/2015 / 2

Vert pour le chlamydia, violet pour le papillomavirus, jaune pour l'herpès… Non, ce n'est pas un canular mais l'idée de collégiens britanniques qui ont mis au point un préservatif changeant de couleur selon le germe détecté. Un outil intéressant pour tous les hommes qui ne souhaitent pas consulter leur médecin ? A voir

Baptisé S.T.Eye, le préservatif en latex est équipé d'anticorps anti-herpès, anti-chlamydia et anti-papillomavirus : ils se fixent au virus et teintent le préservatif de la couleur qui lui est attribuée. L'intérêt ? D'après les concepteurs, qui ont remporté un prix en juin pour leur idée, il offrirait aux gens un test de dépistage à faire à la maison alors que ces infections sont habituellement asymptomatiques et diagnostiquées par des prélèvements, ou pour l'herpès génital à cause de ses lésions typiques.

Tester son partenaire, une bonne idée ?

On imagine facilement que le préservatif sera utilisé avec un nouveau partenaire afin de vérifier qu'il n'est pas infecté (rappelons que le papillomavirus et l'herpès peuvent se transmettre par un contact peau à peau). Que va-t-il se passer ? Dans le pire des cas, "Bon, tu es positif, ciao" et dans le meilleur, "Oh mon pauvre, va voir ton médecin mais pas de galipettes ce soir" ?

Certes, le principe de ce préservatif est utile du point de vue de la partenaire (ou du partenaire en cas de rapport homosexuel) mais il est rude si l'on se place dans la peau de l'homme testé ! Est-ce réellement à une femme, non formée médicalement, d'annoncer une infection sexuellement transmissible ? Il est légitime d'en douter, que l'histoire du couple soit toute récente ou pas ! Je vous parlerai dans un autre post de la façon d'annoncer à son ou sa partenaire que l'on a une IST...

De plus, il reste à connaître l'efficacité réelle du préservatif : détecte-t-il toutes les infections (autrement dit quel est le taux de faux négatifs ?) ? Et combien de personnes seront détectées malades alors que ce n'est pas le cas (taux de faux positifs) ?

Autrement dit, rien ne remplace le dépistage classique... Retrouvez la conduite à tenir ici en à chaque prise de risque (rapport sans préservtafi, rupture de préservatif).