1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Incontinence urinaire : un retentissement sur la sexualité

Rédigé le 20/01/2017 / 0

Une femme sur 3 souffrirait d'incontinence urinaire. Une étude publiée en janvier 2017 dans le Journal of Sexual Medicine montre son retentissement sur la sexualité des femmes. Peu abordés par les médecins et les patients, les troubles urinaires peuvent pourtant être traités, facilitant ainsi la vie sexuel

On distingue l'incontinence d'effort (survenant lors de l'éternuement, la toux, le changement de positions,…) et celle par impériosité (avec un besoin d 'uriner impérieux et irrépressible). Une autre forme associe les deux mécanismes. Il est connu que l'incontinence urinaire a des effets négatifs sur la sexualité des femmes, même si les mécanismes restent mal connus. Les auteurs souhaitaient évaluer son  retentissement sur les différents paramètres de la sexualité, tels que désir, l'excitation, l'orgasme, le confort et la satisfaction sexuels, et l'harmonie avec le partenaire. Ils voulaient également comparer des femmes qui présentaient les mêmes caractères démographiques.

Plus d'abstinence, moins de désir et de plaisir

356 femmes de 30 à 60 ans furent inclues dans l'étude, entre août 2012 et septembre 2013. 243 présentaient des fuites urinaires, 113 non et faisaient office de groupe contrôle). L'abstinence était statistiquement plus élevé en cas d'incontinence urinaire (53% contre 33%). Les autres facteurs indépendants, prédisant une abstinence étaient l'âge et le statut marital. Parmi les femmes qui avaient eu des rapports dans les 6 derniers mois, à fréquence égale de rapports, les femmes souffrant de fuites avaient moins de désir, moins de confort et de satisfaction sexuels.  Il y avait également moins de préliminaires, d'harmonie avec le partenaire. La sévérité de l'incontinence urinaire semble avoir un véritable impact : les femmes qui présentaient les fuites les plus importantes étaient celles qui avaient le score le plus faible, au questionnaire Sexualité Quotient – Female Version SQ-F.

Les auteurs soulignent la différence de résultats avec ceux d'une étude[1] publiée en 2006, montrant que des femmes restaient sexuellement actives en dépit d'une incontinence urinaire. Leur âge, plus élevé (en moyenne de 71 ans, contre 50 ans dans cette étude) pourrait en être la raison. Les femmes plus jeunes sont plus embarrassées et vivraient moins bien leur affection.

Une revue[2], menée par la société de médecine sexuelle en 2009 dénonce un problème peu étudié, au détriment des patientes, qui n'osent en parler à leur médecin.

Des traitements efficaces

Il existe en effet des traitements efficaces, à partir du moment où un bilan urodynamique a été réalisé et précisé le mécanisme de l'incontinence. Ainsi pour les fuites urinaires provoquées par l'effort, la chirurgie, avec la pose de bandelettes est très efficace (dans 80% des cas en moyenne pour les auteurs). Un traitement par médicaments, comme l'oxybutinine ou la toltérodine, l'est sans doute moins mais mérite d'être mis en route. Une rééducation périnéale mérite d'être effectuée car elle diminue le nombre de fuites et avait amélioré tous les paramètres de la sexualité (désir, excitation, lubrification, orgasme, satisfaction et douleur), d'après une étude[3] de 2008.

Retrouvez bientôt quelques conseils pratiques pour la vie sexuelle avec des troubles urinaires.

Etude source : What Is the Real Impact of Urinary Incontinence on Female Sexual Dysfunction? A Case Control Study. Felipe. Sex Med. 2017 Jan 10. pii: S2050-1161(16)30070-8. doi: 10.1016/j.esxm.2016.09.001.


[1] The relationship between sexual activity and urinary incontinence in older women. Tannenbaum. Am Geriatr Soc 2006;54:1220-1224.

[2] Female urinary incontinence during intercourse: a review on an understudied problem for women's sexuality. Serati. J Sex Med. 01/06/2009. doi: 10.1111/j.1743-6109.2008.01055.x.