1. / Bien-être - Psycho
  2. / Sport et santé

Stève Stievenart, dit "Stève le phoque": plongée avec un nageur de l'extrême

Stève Stievenart, dit "Stève le phoque", est le premier Français à avoir traversé la Manche à la nage et sans combinaison ! Pour nager en eau froide et s'entraîner toutes les nuits pour son prochain exploit il a adopté l'alimentation des phoques...

Rédigé le

Stève Stievenart, dit "Stève le phoque": plongée avec un nageur de l'extrême

Stève Stievenart, de son surnom, Stève le Phoque, a 43 ans et collectionne les récits d’exploits. En août dernier, il est le premier Français à boucler un aller/retour de la Manche à la nage avec un seul maillot de bain. Steve a passé 34 heures d’affilées dans la mer entre l’Angleterre et la France. Au total, il a parcouru près de 70 kilomètres dans une eau qui dépasse rarement les 15 degrés.  

Une performance hors normes

Pour rencontrer Stève Stievenart, il faut se lever très tôt. Le rendez-vous est à 3h du matin, sur la digue de Wimereux, la température extérieure ressentie est de 0°C, mais pas de quoi décourager le sportif :

"J’attaque mon entrainement de nuit explique Stève. C’est très important d’habituer son corps à s’entrainer la nuit, parce que la perception est différente, il faut que le cerveau s’habitue et que ça devienne un automatisme. Dans notre sport, la combinaison est interdite, les accessoires autorisés sont le bonnet, les lunettes, le maillot de bain".  

Une tenue minimaliste 

En quelques minutes, sans hésiter, Stève se fond dans la nuit. L'objectif de cet entrainement nocturne, est de nager pendant un quart d’heure, avec pour seul repère, les lueurs de la lune et une lumière verte pour rester visible. 

Des conditions extrêmes qui en décourageraient plus d’un, Stève lui se sent comme un poisson dans l’eau : "Pour moi c’est le bonheur confie-t-il, je nage sous la pleine lune, il y a de bonnes énergies. Je suis en connexion avec la nature donc c’est un moment magique à chaque fois".

Une alimentation à base de poissons gras

Pour être aussi à l’aise dans cet élément hostile, Stève sait parfaitement ce dont son corps a besoin. Le lendemain matin au marché, devant son étal préféré Stève explique que le point commun de tous ces poissons, est leur richesse exceptionnelle en vitamines et en Oméga 3, des acides gras essentiels pour son corps. 

Stève consomme des quantités impressionnantes de poissons gras : 1 kilo par jour, réparti en 5 repas. Un régime élaboré avec l’aide d’un nutritionniste et directement inspiré de celui des animaux marins : "C’est un carburant et un isolant donc je stocke, je stocke et pendant mon long voyage je puise dans ces réserves commente t-il, comme fait une baleine quand elle part, ou un bar, ou un phoque, c’est le même process" explique Stève.

"C’est physiologique, votre corps est à 37 degrés et il nage dans une eau à 15 degrés donc il faut des calories pour rester à sa température initiale, d’où une consommation d’énormément de calories. La première traversée pour la petite histoire j’avais perdu 7 kilos en 24h". 

"Mon corps a changé assez rapidement, j’étais très sec à la base et puis de semaines, de mois en mois j’ai grossi tout doucement, pour arriver à ce que je suis aujourd’hui Steve le phoque".  

Une eau à 7 degrés

Il y a quelques années lors d’une épreuve de triathlon, Stève pesait 63 kilos pour 1m80. En 4 ans, il a pris 47 kilos. Cette prise de poids est l’un des secrets de ses performances. La véritable clé, reste l’acclimatation de son corps à l’eau froide.

Accompagné de Frédérique sa compagne, Stève se prépare pour son deuxième entrainement en moins de 24h : "Je sens que mon organisme est beaucoup moins sensible au froid maintenant, explique t-il, depuis que je viens deux fois par jour, il s’est acclimaté à cette descente de température ce qui explique la capacité de résister au froid, d’année en année ça progresse je vois l’évolution".

Prochain projet : le lac Baïkal

Stève est un acharné de l’effort, prêt à tout pour repousser ses limites. Une vie entièrement dévouée à sa passion, au rythme des marées : "C’est mettre tout en œuvre pour un exploit, 35h de nage ça ne se fait pas du jour au lendemain, confie-t-il, il y a un énorme travail en amont, le corps a des capacités extraordinaires tant qu’on l’écoute et je dis toujours à l’écoute de soi, et à partir de ce moment-là on peut créer des choses extraordinaires". 

Stève ne compte pas s’arrêter là, son prochain défi sera de traverser le lac Baikal, en Russie, en juillet prochain.  

Une prise de poids dangereuse

Stève est très impressionnant, mais pour réaliser ces performances, il a pris beaucoup de poids. Il est très suivi par une équipe de spécialistes, tout est parfait pour lui, pas de mauvais choléstérol par exemple.  

Sa fondation "Stop Plastic pollution"

En plus des ses exploits sportifs, Stève se bat contre la pollution marine, il ramasse des déchets. Stève a créé la fondation "Stop Plastic pollution" afin d’alerter et sensibiliser le monde sur ce fléau. Vous retrouverez toutes les informations sur Stop-plastic-pollution.org.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr