1. / Bien-être - Psycho
  2. / Relaxation
  3. / Massages, hammam

Sauna, hammam : entre bienfaits et contre-indications

De plus en plus de Français apprécient les vertus du hammam et du sauna, espérant ainsi se détendre, éliminer les toxines, avoir une jolie peau... Cette chaleur est-elle toujours synonyme de bien-être ? Convient-elle à tout le monde ? Quels sont les bienfaits et les risques de ces pratiques ?

Rédigé le , mis à jour le

Sauna, hammam : entre bienfaits et contre-indications
Sauna, hammam : entre bienfaits et contre-indications
Sommaire

Le rituel du hammam

Quand on est en bonne santé, chaleur et humidité font du bien au corps, mais mieux vaut s'abstenir si vous avez des antécédents cardiovasculaires

Adaptés au mode de vie citadin, les hammams, empruntés à la tradition de l'Islam, fleurissent aujourd'hui dans toutes les villes de France. Ils proposent une palette de soins, censés éliminer les toxines, le stress, la mauvaise humeur, la cellulite, les peaux mortes... Un vocabulaire qui mélange santé et bien-être, mais qu'en est-il vraiment ?

Hammam : le bien-être à l'orientale

Hammam, gommage, massage… tout cela fait très envie. Mais en quoi cela consiste vraiment ? Quels sont les bienfaits du hammam ?

Pour se détendre, faire une pause ou déstresser, de plus en plus de Français se tournent vers les hammams et les saunas. On leur prête de nombreuses vertus comme celles de relâcher les muscles, d'éliminer les toxines ou encore de faire une belle peau. Dans le hammam, la chaleur est humide, elle varie entre 37 et 50 degrés. Dans le sauna, la chaleur est sèche et peut avoisiner les 90 degrés.

Dans les pays orientaux, le hammam fait pleinement partie de la culture. Depuis des siècles, c'est le lieu du bien-être par excellence. En augmentant petit à petit la température du corps, on accélère la sudation et la circulation sanguine pour mieux éliminer les toxines.

Dans la tradition marocaine, le hammam est suivi d'un gommage au gant de crin et d'un enveloppement à l'argile minérale. Après une vingtaine de minutes de hammam, la deuxième étape consiste à appliquer un savon noir. Le savon noir est constitué de pâte d'olive et d'huile essentielle d'eucalyptus pour son pouvoir décontractant et décongestionnant. Le but est de ramollir la peau pour la préparer au gommage.

À l'aide d'un gant contenant des microbilles, les masseuses frottent méthodiquement le corps avec des mouvements circulaires. Les cellules mortes sont alors éliminées en profondeur. Après le gommage, le rhassoul, une terre argileuse provenant du Moyen-Atlas marocain, est appliqué pour nourrir et purifier la peau. L'enveloppement dure entre dix à vingt minutes. Et après une petite douche, vient alors le moment du massage.

Le sauna, une pratique très ancienne

Retour sur l'histoire du sauna

Le sauna est une tradition ancienne née en Finlande il y a plus de 2.000 ans. Il s'est ensuite développé en Suède, en Norvège, en Russie et même au Japon.

Si des vestiges archéologiques laissent penser que les Vikings seraient à l'origine du sauna, sa pratique se développe surtout dans les fermes finlandaises à partir des années 1800. Selon la croyance populaire, transpirer fait sortir les maladies du corps.

En Russie, on ne parle pas de sauna mais de bania. Ils étaient à l'époque associés à un petit esprit farceur soupçonné de prendre son bain à la nuit tombée. À partir des années 1910, le sauna devient une véritable tradition dans les pays du nord. Les soldats de l'armée finlandaise ont pour habitude de s'y prélasser en rentrant de mission. Ils se flagellent le corps avec des branchages afin de stimuler la circulation sanguine.

Autre coutume des pays nordiques, se rouler dans la neige immédiatement après le bain de vapeur. Ce brusque changement de température aurait pour effet de tonifier les tissus et de resserrer les pores de la peau.

Dans d'autres pays comme le Japon, le sauna est pratiqué d'une manière plus originale. Le suna-mushi est une tradition qui remonte au début du XIXe siècle. Le principe est simple, il faut s'enterrer jusqu'au cou dans du sable volcanique. Situé à proximité des sources chaudes, le sable atteint une température de près de 50 degrés. L'objectif est de libérer les toxines et de stimuler la circulation sanguine.

Aujourd'hui, le sauna moderne est principalement électrique ou à infrarouges. S'il est utilisé de façon occasionnelle dans les pays européens, il reste une véritable tradition dans les pays nordiques. On estime par exemple qu'il y aurait en Finlande près d'un sauna pour trois habitants.

Du bon usage du sauna

Dans le sauna qui est une tradition nordique, la chaleur est sèche et peut avoisiner les 80, voire même 90°C.

Le sauna est une tradition qui nous vient des pays scandinaves. Là-bas, on y va une à deux fois par semaine pour se laver, mais aussi se détendre et se retrouver entre amis ou en famille. Une jeune Finlandaise nous explique le rituel du sauna dans son pays.

Hammam : suer pour bien récupérer

Le hammam du pôle médical de l'INSEP est un lieu de récupération pour les athlètes

Les sportifs de haut niveau peuvent aussi bénéficier de séances de hammam pour récupérer de leur entraînement intensif. C'est notamment le cas à l'Institut National Du Sport et de la Performance (INSEP) à Paris.

"La chaleur permet d'une part de diminuer le tonus musculaire donc cela va permettre de limiter les contractures, les lésions engendrées comme les courbatures... Et d'autre part, la chaleur a un effet antalgique. Après une séance de hammam, le sportif aura moins de douleurs et cela va engendrer une meilleure récupération", explique le Dr Sébastien Le Garrec, médecin du sport.

L'effet relaxant est obtenu grâce à la température élevée du hammam : "La chaleur stimule la sécrétion d'un neuropeptide appelé beta-endorphine. Et après une séance de hammam, on se sent bien, on a envie d'aller dormir, on se sent reposé...", précise le Dr Le Garrec.

Alors que le sauna est caractérisé par une chaleur sèche, dans le hammam, le taux d'humidité frôle les 100%. Un bain de vapeur bénéfique pour les voies respiratoires : "Le fait d'inhaler de la vapeur d'eau favorise un mucus qui sera beaucoup plus fluide, qui va permettre d'évacuer les sécrétions… et lorsque vous êtes un peu malade, les séances de hammam vont permettre de guérir un peu plus vite d'une sinusite, d'un rhume voire d'un encombrement bronchique". Après une séance de hammam, pour éviter la déshydratation et subir une baisse de leurs performances, les athlètes doivent boire de l'eau.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus