Le vaccin contre la coqueluche perdrait en efficacité avec le temps

Une étude préliminaire menée par des chercheurs américains a mis en évidence une inefficacité du vaccin de la coqueluche au bout de trois ans.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Des recherches plus approfondies doivent confirmer cette première étude, menée sur 15 000 enfants du comté de Marin en Californie. En 2010, la région avait été touchée par une épidémie de coqueluche, responsable de la mort de onze nourrissons. 8 000 autres cas avaient été détectés. "Nous avons assez vite déterminé que la plus grande partie des enfants touchés par l'épidémie dans ce comté étaient vaccinés et avaient de 8 à 12 ans", a expliqué le Dr David Witt, du Kaiser Permanente Medical Center à San Rafael, en Californie, principal auteur de cette communication.

Selon l'étude, les enfants vaccinés depuis plus de trois ans étaient plus vulnérables : "les enfants de plus de 12 ans et de moins de 8 ans paraissaient bien protégés contre la coqueluche tandis que les 8-12 ans étaient les plus touchés." Le Dr David Witt tient à préciser que les résultats doivent encore être confirmés, et que même si le vaccin perdait de son efficacité, il fournissait "une très bonne protection les deux ou trois premières années". De plus, il permettait de minimiser les symptômes en cas de maladie.

En France, les nourrissons sont vaccinés dès l'âge de 2 mois, avec une deuxième injection à 3 mois, et une troisième à quatre mois. En plus des rappels à 16-18 mois et 11-13 ans, on conseille aux couples ayant un projet parental, ainsi qu'aux femmes enceintes, et plus généralement à toute personne en contact avec un nourrisson, de faire un rappel. Selon le Haut Conseil de la santé publique, l'immunité diminue au bout de dix ans.

Dans les années 1950, la coqueluche tuait environ 3 000 personnes. Aujourd'hui, grâce à la vaccination, seuls quatre décès en moyenne par an sont rapportés. Mais le relâchement de la vaccination entraîne une résurgence de la maladie. La Suède, le Japon et la Grande-Bretagne en ont fait l'expérience et ont connu des épidémies sévères.

Source : AFP

En savoir plus

Sur Bonjour-docteur :

Dans les médias :