L'hôpital, toxique pour les neurones ?

L'hôpital, toxique pour les neurones ?

C'est la hantise des personnes âgées : ressortir de l'hôpital plus handicapé ou dépendant qu'en y entrant. Une crainte qui ne serait pas infondée selon une étude parue dans le journal Neurology. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Le lien entre hospitalisation et perte d'autonomie est souvent évoqué chez les personnes âgées. Pour prouver s'il y a un lien, des scientifiques ont étudié 1870 personnes de 65 ans et plus pour une étude d'envergure à Chicago. 70 % d'entre eux ont été hospitalisés à un moment ou à un autre, entre janvier 1993 et décembre 2007.

Tous les trois ans, et pendant douze années, ces personnes inclues dans l'étude ont passé des tests afin d'évaluer leurs fonctions cognitives globales. Au bout de neuf années d'observation, le taux de déclin des fonctions cognitives des personnes s'accélère au point de doubler après un séjour à l'hôpital, affectant le raisonnement et la mémoire. Le score cognitif global, c'est-à-dire les performances intellectuelles et de la mémoire, baisse plus rapidement après chaque hospitalisation. Il décline de 0,031 point par an avant la première hospitalisation, à comparer avec un score de déclin cognitif atteignant 0,075 point par an après cette première hospitalisation. Cette perte est d'autant plus importante que la maladie est grave, la personne âgée et la durée du séjour longue.

L'étude relate également que les patients ayant des pathologies lourdes et nécessitant une hospitalisation plus longue, comme ceux qui souffraient déjà de perte de troubles cognitifs ou de troubles de mémoire, étaient particulièrement vulnérables.

On savait déjà qu’un séjour hospitalier pouvait interférer sur les capacités physiques des patients et réduire leurs capacités à vivre seul, à se laver, se doucher, s'habiller, se faire à manger, mais ce que démontre cette étude c'est que les fonctions cognitives sont également altérées. Une raison de plus de prodiguer, lorsqu'il est possible, les soins à domicile et d'éviter l'hospitalisation pour les personnes âgées. Uniquement lorsque c'est possible…

Source : "Hospitalization and effects on cognition", Neurology, 27 mars 2012

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :