Bientôt un smartphone capable de dépister le sida

Bientôt un smartphone capable de dépister le sida

On n'arrête plus le progrès. Des chercheurs sud-africains et sud-coréens travaillent actuellement sur un téléphone portable capable d'effectuer le test du sida. Une invention qui permettrait d'élever le niveau des diagnostics dans les zones rurales les plus touchées par la maladie.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Il pourrait bien s'agir de l'invention de l'année. Une équipe de chercheurs planche actuellement sur un smartphone capable d'effectuer le test du sida. Grâce à un microscope et une application, le téléphone portable pourra photographier et analyser des échantillons sanguins permettant ainsi d'établir un diagnostic du sida, mais aussi d'évaluer l'état du système immunitaire.

"Notre idée était d'obtenir des images et de les analyser sur ce smartphone grâce à des applications", a expliqué Jung Kyung Kim, professeur en ingénierie biomédicale à l'université Kookmin, en Corée du Sud.

Tests sanguins sur smartphone

Le Smartscope, nom donné à cette innovation, est composé d'un minuscule microscope mesurant un millimètre et d'une lumière, qui se fixent au-dessus de la caméra du smartphone. Il suffit ensuite de disposer une plaque avec un échantillon de sang devant le microscope, puis de la photographier via l'application pour analyser les cellules. Le système mesure alors immédiatement le taux de cellules CD4 (cellules blanches) et détermine si un traitement doit être mis en place ou pas.

Cette technologie pourrait ainsi permettre d'élever le niveau des diagnostics dans les régions particulièrement touchées par la maladie comme l'Afrique du Sud et le Swaziland, où les populations sont souvent isolées et où les centres de santé ne disposent pas toujours des technologies efficaces pour faire ces tests.

Des essais cliniques en 2013 ?

L'utilisation du téléphone portable comme outil d'analyses médicales n'est pas nouvelle, puisqu'aux Etats-Unis un prototype différent avait été étudié, mais les tests devaient être envoyés sur un ordinateur pour être analysés.

D'après l’association représentant les intérêts des opérateurs mobiles dans le monde (GSMA), il y avait 649 millions de cartes SIM en Afrique au 4ème trimestre 2011 : l'Afrique est devenu le deuxième marché mondial de la téléphonie mobile derrière l'Asie et enregistre le plus fort de taux de croissance depuis dix ans (30 % par an). Le rapprochement entre nouvelles technologies et santé est donc de plus en plus évident.

Le Pr. Jannie Hugo, directeur du département de médecine de la famille à l'université de Pretoria, partenaire de cette étude, confirme la tendance : "Dans le monde de la médecine, la technologie mobile n'est pas un gadget. Elle devient un élément essentiel pour l'accessibilité aux soins."

Les premiers essais cliniques du Smartscope devraient commencer en 2013.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :