Angiosarcome cardiaque : quel est ce cancer rare qui a emporté Virgil Abloh ?

Le créateur de mode et designer superstar Virgil Abloh est décédé ce dimanche 28 novembre, des suites d’un angiosarcome cardiaque diagnostiqué en 2019. Une forme rare et agressive de cancer qui a emporté le directeur artistique de Louis Vuitton.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Virgil Abloh
Virgil Abloh  —  LVMH

Le styliste de toute une génération. Le prodige de la mode et du design Virgil Abloh, 41 ans, est mort d’un cancer ce dimanche. Directeur artistique de la collection homme de Louis Vuitton et fondateur de la marque Off-White, Abloh luttait depuis 2019 contre un cancer du cœur. Un angiosarcome cardiaque aussi agressif que rare.

Cette tumeur est un sarcome des tissus mous. Le sarcome se présente sous la forme d’une boule, un renflement d'une dizaine, voire d'une trentaine de centimètres. Il peut se développer dans de nombreux organismes, comme la peau, le foie ou plus rarement le cœur. Souvent indolore, son évolution est lente. Si cette boule est spectaculaire, cela peut l'être beaucoup moins, notamment dans les débuts, et c'est pourquoi la tumeur peut passer inaperçue.

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent le sarcome des tissus mous.
Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent le sarcome des tissus mous.  —  Magazine de la Santé

A lire aussi : Les dernières avancées majeures dans la lutte contre le cancer

Diagnostic par imagerie médicale spécialisée

À l'intérieur du corps, la tumeur peut être encore plus volumineuse. Par exemple, au niveau de la cuisse, le sarcome peut prendre naissance dans le tissu adipeux, et envahir toute la cuisse. Chez les adultes, les sarcomes atteignent surtout les membres (jambes, genoux, bras…), puis l'abdomen et plus rarement la tête et le cou. 

On connaît mal les raisons pour lesquelles ces tumeurs cancéreuses apparaissent. On sait néanmoins qu'elles sont parfois associées à des maladies génétiques comme la neurofibromatose. Elles peuvent aussi résulter de séquelles d'irradiations, accidentelles ou médicales. 

Le sarcome des tissus mous est encore assez peu connu des médecins non spécialistes. Alors quels signes doivent nous alerter ? Le diagnostic d'un sarcome doit toujours être confirmé par une imagerie médicale spécialisée. Cela permettra d'adopter la bonne stratégie thérapeutique. 

Attention images de chirurgie ! Les chirurgiens plastiques ont développé des techniques de reconstruction par lambeau, ce qui permet de traiter les patients sans les amputer.
Attention images de chirurgie ! Les chirurgiens plastiques ont développé des techniques de reconstruction par lambeau, ce qui permet de traiter les patients sans les amputer.  —  Magazine de la Santé

Chimiothérapie ciblée

L'un des traitements des sarcomes est la chirurgie. Quand on opère un sarcome, on ne peut généralement pas retirer toute la tumeur. Certaines cellules cancéreuses peuvent échapper à l'opération et elles risquent de se propager pour coloniser les tissus voisins. Autrement dit, le retrait de la tumeur n'empêche pas toujours la récidive.

Pour augmenter les chances de traiter ce cancer, les techniques retenues sont la radiothérapie qui peut être réalisée après l'opération, mais aussi avant, afin de réduire la taille de la tumeur en la nécrosant. Cela facilite par la suite l'intervention chirurgicale et diminue les risques de récidives. Il y a aussi la chimiothérapie ciblée, directement dans la tumeur. On donne des médicaments dirigés contre des récepteurs, ou les protéines impliquées dans le développement de la tumeur. On peut également envisager les nanotechnologies : cette technologie utilise des particules à l'échelle de l'infiniment petit, qui peuvent pénétrer partout dans l'organisme. 

Comment diagnostique-t-on un sarcome des tissus mous ?
Comment diagnostique-t-on un sarcome des tissus mous ?

A lire aussi : Cancer de l’oeil : des résultats encourageants pour un nouveau traitement

En attendant, le traitement le plus efficace reste l'opération chirurgicale. Il y a encore 10 ans, dans 15 % des cas, le sarcome se terminait par une amputation car on ne savait pas reconstruire une jambe sur laquelle on aurait enlevé une boule de plusieurs centimètres.

Après une chirurgie du sarcome réalisée dans les règles, le taux de récidive sur le membre opéré est inférieur à 10 %. Le taux de récidive avec des métastases (récidive à distance) est de 25 %, mais il ne concerne que les patients atteints d'un sarcome de haut grade. C'est-à-dire d'un sarcome très agressif.